Appel à contributions: Berceuses – circulations historiques et culturelles, transmissions de l’intime

Nous avons le plaisir de publier cet appel pour le numéro 18.1 de la revue Textes et contextes qui vise à rassembler musicologues, historiennes et historiens, anthropologues, ethnologues, ethnomusicologues, sociologues, spécialistes de littérature, linguistes et thérapeutes. Le propos du numéro, dirigé par Élise Petit et Anne Cayuela (université Grenoble-Alpes) sera de questionner un répertoire de « l’enfance des peuples » sur ce qu’il révèle de leur(s) histoire(s) et de leurs circulations, mais aussi des transmissions de l’intime, dans une perspective transhistorique et transdisciplinaire.

Argumentaire

Ce numéro 18.1 de Textes et Contextes se veut résolument pluridisciplinaire et vise à rassembler musicologues, historiennes et historiens, anthropologues, ethnologues, ethnomusicologues, sociologues, spécialistes de littérature, linguistes et thérapeutes. Le propos du numéro sera de questionner un répertoire de « l’enfance des peuples » sur ce qu’il révèle de leur(s) histoire(s) et de leurs circulations, mais aussi des transmissions de l’intime, dans une perspective transhistorique et transdisciplinaire. Que nous apprennent les berceuses sur l’histoire parfois partielle ou fragmentaire des circulations et des migrations ? Quelle est l’importance de ces répertoires dans la transmission orale de l’histoire des peuples ? Les berceuses relatant des événements traumatiques pourraient-elles avoir un rôle « cathartique » ? Quels sont les enjeux extra-musicaux à l’œuvre pour l’interprète,souvent féminine ?

Il sera pensé selon deux axes principaux.

A. Circulations, transferts culturels

Cet axe privilégiera les communications portant sur des transferts culturels, à toutes les époques, ou retraçant l’évolution du répertoire des berceuses au sein d’une population au fil des siècles.

Tout comme le terme espagnol désignant la berceuse porte la trace du passé arabe – « Nana, nanita », formule initiale du chant, viendrait de «nám, nám, nám» qui signifie «dors, dors, dors» – le répertoire des berceuses est riche d’enseignements sur les circulations de populations au fil des siècles : migration des populations nomades de l’Orient à l’Occident, domination arabe suivie de l’expulsion des morisques en 1609 dans la sphère hispanique, déracinement forcé de populations réduites en esclavage se retrouvent dans l’évolution esthétique des berceuses dans chaque sphère géographique. Certains styles musicaux liés à la berceuse, comme la nana du flamenco, témoignent d’un syncrétisme musical qui mériterait d’être analysé plus en détail.

B. Transmissions de l’intime, berceuses et genre

Tout au long des siècles, nombre de berceuses constituèrent des moyens de transmission d’une mémoire traumatique liée à des conflits ou des persécutions de nature politique, raciale ou religieuse : la fameuse « berceuse cosaque » collectée au XIXe siècle, les berceuses yiddish ou séfarades1 commémorant des pogroms ou l’exil des populations juives, les berceuses gitanes évoquant le sort des populations marginalisées, les berceuses composées dans les camps de concentration ou celles d’Atahualpa Yupanqui, emprisonné sous le régime de Juan Perón, en sont quelques exemples. Au-delà de l’aspect mémoriel et testimonial d’un tel répertoire, s’adressant à une communauté politique, religieuse ou culturelle, c’est aussi ce qu’il dit du destin des individus qui interpelle et intéresse. L’étude de ces répertoires interroge en outre sur l’aspect initiatique de chansons dont la violence du texte ou son caractère inattendu contrastent de manière frappante avec l’esthétique musicale2.

La transmission de l’intime est aussi celle de l’interprète, le plus souvent féminine ; si l’objectif premier de la berceuse reste l’endormissement de l’enfant, certaines berceuses collectées évoquent cet enfant comme un fardeau et nombre d’entre elles s’en prennent, parfois avec virulence, au père absent. La berceuse acquiert alors un rôle exutoire et permet de formuler un mal-être qui contredit ici encore l’esthétique du genre musical : les enjeux d’apaisement s’appliqueraient-ils en premier lieu à la mère elle-même ? La berceuse de tradition orale n’offrirait-elle pas finalement un espace inédit de liberté pour l’interprète créatrice, qui chante pour un enfant dont elle suppose qu’il ne comprend pas le sens de ses récriminations ?

La question des genres qui se croisent dans la berceuse interpelle également : les berceuses « savantes », destinées à l’exécution dans le cadre du concert ou en dehors de tout cadre fonctionnel, ont souvent été le fait de compositeurs et non de compositrices, alors que l’interprète est le plus souvent féminine et s’adresse souvent à un garçon. La dimension performative de la berceuse destinée au concert constitue-t-elle une forme de « mise en scène de l’intime », ou la rend-elle impossible ? La question du genre de la personne créatrice influe-t-elle sur les paroles, et dans quelle mesure ? Observe-t-on une différence notable de paroles selon que l’enfant destinataire est fille ou garçon ? Existe-t-il des corpus de berceuses destinées à être chantées par des hommes ?

Modalités de soumission

Les propositions de communications, en français, anglais ou espagnol, devront comporter un résumé d’une longueur approximative de 800 mots accompagné du plan prévisionnel de l’article. Il est également demandé de joindre à la proposition une courte présentation biographique ainsi qu’une publication récente.

L’ensemble des documents est à adresser à Élise Petit (elise.petit@univ-grenoble-alpes.fr) et Anne Cayuela (anne.cayuela@univ-grenoble-alpes.fr) avant le 6 mai 2022.

Les candidatures retenues seront avisées fin mai 2022. Les articles devront être remis pour le 7 octobre 2022.

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search