Lecture: “La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire”

Nous pré-publions le compte rendu de lecture de La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants, ouvrage collectif coordonné par Anne Schneider et publié en 2020 aux Presses universitaires de Rouen et du Havre. Ce compte rendu, rédigé par Christophe Meunier, sera publié dans le prochain numéro de la revue Strenae.

            Anne Schneider est maîtresse de conférences en langue et littérature française à l’université de Caen-Normandie. Ses recherches en littérature pour enfants portent sur les récits de migrations et d’immigration. Sa thèse, soutenue en 2008, a été publiée en 2013 chez L’Harmattan sous le titre La Littérature de jeunesse migrante. Récits d’immigration de l’Algérie à la France. Dans ce présent ouvrage, elle dirige plus d’une dizaine d’auteurs qui ont fait de leur spécialité les récits de conflits à l’intention de la jeunesse. Les récits qu’ils évoquent viennent de Grèce, du Portugal, d’Italie, de Grande-Bretagne, de France, d’Irlande, de Pologne, d’Espagne, de Corée, de République tchèque ou encore d’Allemagne, somme toute, des pays qui ont connu dans leur histoire récente des régimes dictatoriaux et très souvent violents.

            Comme l’annonce Anne Schneider en début d’ouvrage, « la guerre est la matrice de l’Europe ». Elle a construit ses frontières, ses territoires. Elle les a souvent désunis et puis réunis. Le XXe siècle correspond au « temps des masses » pour Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli[1], un temps de massification des idées, des luttes armées et des cultures. Au cours de ce siècle, « les confits qui ont ravagé l’Europe se sont avérés protéiformes, aux ramifications tentaculaires, embrassant dans la même vision mortifère guerres coloniales, guerres d’opposition, de situation, de position, guerres d’extermination génocidaires, guerres mémorielles, concurrentielles, victimaires ou victorieuses » (p.9), écrit Anne Schneider. Les questions que se posent alors les auteurs de l’ouvrage sont multiples : quelle est la trace de ces grands conflits dans la littérature réservée aux enfants ? comment parle-t-on aux enfants de guerre, d’extermination, d’immigration forcée ? Comment en parle-t-on aujourd’hui et comment en parlait-on jadis ? Au XXe siècle, l’enfant est « au cœur de la narration : ses doutes, ses questions, ses observations font face aux silences, aux trahisons et aux violences des adultes » (p.12). Il paraît tout légitime qu’il trouve des réponses et plus pourquoi pas dans la littérature, faute d’en trouver ailleurs.

            Les réponses que l’enfant va alors trouver dans la littérature sont très souvent bâtie sur un discours mémoriel. Reprenant les analyses de l’historien Henry Rousso, qui a travaillé sur la France de Vichy et les enjeux mémoriels[2], Anne Schneider rappelle les quatre phases mémorielles qui font suite à un conflit : « la phase de liquidation de la crise, clôturée par les lois d’amnistie », la « phase d’amnésie, d’occultation, d’oubli, de deuil silencieux », la « phase de l’anamnèse » avec un retour progressif sur le passé qu’on avait refoulé et enfin la « phase d’hypermnésie », correspondant à une sorte d’excès de mémoire, quasi obsédante.

            Les articles réunis dans cet ouvrage apportent un regard nouveau sur cette littérature jeunesse du conflit. Derrière les fictions se cachent comme souvent un discours moralisateur, prescriptif voire parfois interdit sur les questions soulevées par la guerre. Le plan est sans doute le point le plus faible de l’ouvrage mais il témoigne d’un déséquilibre flagrant entre les articles qui traitent de la Seconde Guerre mondiale (les 2/3 des articles) et ceux traitant de sujets plus contemporains et très divers, allant des guerres civiles au massacre des Tutsis au Rwanda (ce dernier dépassant le cadre géographique posé par l’ouvrage). Ainsi, les deux premières parties portent sur « l’écrasante mémoire de la Seconde Guerre mondiale », distinguant ce qu’en disent les albums (première partie) et ce qu’en disent les romans (deuxième partie). La dernière partie évoque les « mémoires en éclats ou en sourdine ».

1. Les albums ou comment transfigurer l’écrasante mémoire de la Seconde Guerre mondiale

            Le titre choisi pour cette première section aurait tendance à indiquer qu’il appartiendrait aux récits en images un style léger, certes nuancé (cf. p.14), mais simplifié, laissant au roman la complexité du discours mémoriel. Les auteurs choisis par les contributeurs de ce chapitre, Elzbieta, Innocenti ou Ungerer, prouvent manifestement qu’il n’en est rien. Les récits iconotextuels bâtis par ces auteurs-là sont complexes et la part de l’implicite est très grande. Ils offrent aux jeunes lecteurs certains récits que Catherine Tauveron n’a pas hésité à qualifier de « résistants ». Ainsi en est-il de Flon-Flon et Musette d’Elzbieta analysé par Isabelle Lebrat (INSPé de Strasbourg) , ou de La Maison d’Innocenti étudié par Lorenzo Cantatore (Université Rome III), ou encore d’Otto d’Ungerer abordé par Sun Nyeo Kim (Université de Séoul). Dans ces albums, les non-dits se cachent derrière l’éloquence des images. Les atrocités de la guerre, de la déportation, de la méfiance à l’égard de l’autre et de la délation y sont dénoncées. Dans tous ces albums, les auteurs ont recours à ce que Serge Martin, à la suite de Walter Benjamin, nomme le « racontage » et que Sun Nyeo Kim développe page 63. Le « racontage » n’est ni le contage ni la narration, mais « la relation des histoires par les voix et des voix par les histoires[3] ».

            Anne Schneider interroge, quant à elle, la trilogie écrite par Didier Daeninckx, illustrée par Pef et éditée par Rue du Monde : Il faut désobéir (2002), Un violon dans la nuit (2003) et Viva la liberté ! (2004). Les trois albums forment un triptyque sur le nazisme dans la France de Vichy, abordant tour à tour la Résistance, l’extermination des juifs et la Libération. L’auteure de l’article montre qu’il s’agit bien là d’un système éditorial. Les trois albums, aux textes et aux images très explicites, sont complétés par un dossier documentaire comportant textes et images d’archives. L’acte mémoriel entrepris ici par Rue du Monde inscrit l’enfant dans un devoir de mémoire, là où les albums évoqués précédemment l’inscrivait dans un travail de mémoire où l’implicite les obligeaient à l’interprétation, aux débats interprétatifs.

2. Les romans pour une mémoire complexe de la Seconde Guerre mondiale

            Cette deuxième partie s’articule autour de trois axes de recherche : d’abord une étude d’ouvrages contemporains permettant de perpétuer le souvenir de la Seconde Guerre mondiale ; ensuite trois articles présentant des ouvrages moins prescriptifs qui interrogent l’enfance et l’adolescence dans des pays occupés par l’Allemagne nazie (la Pologne, la Tchécoslovaquie et l’Allemagne) ; enfin, un article s’intéresse à un sujet hors des sentiers battus, celui des exilés germaniques en Irlande du Nord.

            Pour débuter cette deuxième partie, Rose-May Pham Dinh, (Université Paris 13) interroge la manière de transmettre aux générations à venir le souvenir d’un conflit dont il ne restera bientôt plus de témoin vivant et d’accomplir ainsi un « devoir de mémoire »[4]. L’auteure de l’article s’est alors penchée sur quelques romans jeunesse publiés en Angleterre lors du cycle des commémorations de la Seconde Guerre mondiale. L’auteure montre que la littérature de jeunesse est un véritable lieu de mémoire. Elle écrit : « La fiction sur la Seconde Guerre mondiale n’est (donc) pas faite pour distraire, mais bien pour instruire les lecteurs et leur faire accomplir le fameux devoir de mémoire dont les limites et les complexités ont été explorées par Paul Ricoeur[5] et Tzvetan Todorov[6] ».

            Aleksandra Komandera (Université de Silésie) étudie les ouvrages pour enfants publiés à l’occasion du 70e anniversaire du déclenchement de la guerre en Pologne. Ces derniers tentent d’expliquer la guerre, de la montrer dans la vie quotidienne des héros et de la raconter par des enfants qui l’auraient vécue. Ces ouvrages sont très souvent accompagnés par un paratexte qui fournit aux jeunes lecteurs des informations supplémentaires. En République Tchèque, les ouvrages pour enfants publiés juste après le conflit sont frappés par un « diktat idéologique », nous dit Milena Subrtova (Université Masaryk de Brno). Ils sont chargés de montrer la nécessité d’un combat entre les nations slaves et les Nazis. Cette première littérature est très fortement inspirée de la littérature soviétique. À partir de 1965, avec la sortie de Vive la République de Jan Prochazka, commence une démythisation des événements de guerre. Les sujets abordés dès lors ont longtemps été tabous : la fuite, la peur, la lâcheté. Il faudra attendre 1989 et la Révolution de Velours pour revivre ses moments de grande liberté de ton et se débarrasser une fois pour toute de la censure communiste.

            Aine McGillicuddy (Trinity College de Dublin) aborde un sujet peu traité dans l’historiographie scientifique européenne et encore moins par la littérature de jeunesse. Elle analyse l’ouvrage de Marilyn Taylor, Faraway Home, publié en 1999 au Royaume Uni. Il y est question de ce que les Britanniques nomment le Kindertransport qui eut lieu entre le 1er décembre 1938 et le 1er septembre 1939, après la « Nuit de cristal ». En réaction à ce pogrom, une initiative fut mise en œuvre en Angleterre pour accueillir des enfants réfugiés juifs en provenance d’Allemagne, d’Autriche, de Tchécoslovaquie et de Dantzig. L’ouvrage de Taylor raconte les expériences d’un réfugié du Kindertransport en Irlande du Nord. Les enfants sont accueillis dans une ferme, achetée par les juifs de Belfast, et qui fonctionne comme un kibboutz. Faraway Home met en avant la dislocation et la déstabilisation, mais aussi la résilience des jeunes exilés à l’époque du nazisme. L’ouvrage délivre un message sur l’acceptation de l’autre dans le contexte d’une Irlande soumise aux clivages religieux, politiques et culturels.

3. De conflits en révolutions : mémoires en éclats ou en sourdine ?

            Dans cette partie, trois articles correspondent totalement au sujet et abordent des sujets très nouveaux : la littérature de jeunesse espagnole évoquant la guerre d’Espagne et le franquisme ; portugaise évoquant la Révolution des œillets ; grecque évoquant le régime dictatorial des colonels. 

            Esther Laso y Leon (Université d’Alcala) constate que les jeunes Espagnols, comme les jeunes Français d’ailleurs, doivent compter sur des sources d’information extérieures au système scolaire s’ils veulent en savoir plus sur la guerre civile espagnole (1936-1939). Il existait en Espagne un « pacte du silence et de l’oubli » imposé au moment de la transition démocratique en 1977 à travers une loi d’amnistie. Il faudra attendre 2007 et la loi en faveur de la mémoire historique pour que de nouveaux romans pour la jeunesse sur la guerre civile apparaissent enfin. L’analyse des quelques livres, qui constituent le corpus de l’auteure, conduit Esther Laso y Leon à observer que le silence sur la guerre s’est imposé pendant les années franquistes pour qu’au moment où il est institutionnalisé avec la loi d’amnistie de 1977 il soit rompu au nom du sentiment d’injustice des victimes de la répression et de leurs descendants.

            Marianna Missiou et Diamanti Anagnostopoulou (Université d’Égée) s’intéressent aux romans grecs pour la jeunesse écrits par des auteurs qui ont grandi sous la dictature des colonels (1967-1973) et qui ont décidé de produire des fictions où le héros est un jeune enfant plongé dans cette période. Les ouvrages sont donc tous postérieurs à la dictature. « Les auteurs de ces romans, en reconstruisant l’histoire de cette période, veulent construire l mémoire des jeunes lecteurs et lectrices, en recourant à la fois à leurs propres mémoires et expérience, à la documentation historique et à la fiction romanesque », concluent les deux auteures de l’article. La mémoire devient un devoir conscient pour que jamais plus le peuple grec revive ces années sombres.

            Enfin, Claudia Sousa Pereira (Université d’Évora) analyse quatre ouvrages adressés aux jeunes lecteurs, écrits entre 1998 et 2007, et traitant tous de la révolution démocratique des œillets au Portugal, le 25 avril 1974, qui met fin au 41 ans de l’Estado Novo, un régime militaro-autoritaire aux ordres d’Antonio de Oliveira Salazar. Globalement, ces ouvrages se veulent d’emblée commémoratifs. Pour les jeunes Portugais, souligne Claudia Sousa Pereira, le 25 avril 1974 est un temps qui s’éloigne. Ils associent cette date à un jour férié sans le relier à ce qui s’est passé ce jour-là ni à ce à quoi il s’est opposé. Dans un contexte de crise, certains auteurs portugais ont peur que le fascisme d’avant le 25-avril ne resurgisse.

            Le travail de direction de cet ouvrage, réalisé par Anne Schneider, est tout à fait remarquable. Le sujet est passionnant et le présent opus peut déjà constituer une première pierre à une très grand édifice qui inclurait Asie, Afrique et Amérique. L’ouvrage plante les premiers jalons d’un travail ambitieux sur la mémoire des conflits dans la littérature de jeunesse et plus particulièrement dans l’album pour enfants, dont l’étude est peut-être sous représentée dans ce volume. L’approche internationale est d’une indéniable richesse et permet de mettre à jour des objets et des phénomènes littéraires tout à fait originaux.

Schneider, Anne (éd.), La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants, Rouen, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2020, 280p. [21€]


[1] Rioux, Jean-Pierre et Sirinelli, Jean-François, Histoire culturelle de la France. Tome 4 : Le Temps des masses, le XXe siècle, Paris, Seuil, 1997.

[2] Rousso, Henry, Le Syndrome de Vichy : 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

[3] Martin, Serge, Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, Paris, L’Harmattan, 2014.

[4] Rousso, Henry, Face au passé : essais sur la mémoire contemporaine, Paris, Belin, 2016.

[5] Ricoeur, Paul, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

[6] Todorov, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2001.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search