Lecture: “Au nom de la loi : ne les laissez pas lire !”

En raison de la périodicité des numéros publiés dans la revue Strenae (2 numéros par an), il arrive que des comptes rendus de lecture patientent quelque temps avant d’être mis en ligne. Le comité de rédaction de la revue vous propose d’en découvrir quelques-uns en pré-publication. Après la lecture du livre de Jella Lepman, Die Kinderbuchbrücke, nous publions aujourd’hui le compte rendu du hors-série de la Revue des livres pour enfants, Au nom de la loi : ne les laissez pas lire !, coordonné par Marine Planche, paru en août 2021. Ce compte rendu a été rédigé par Carine Beruben, doctorante en littérature comparée à l’Université Sorbonne Paris Nord (Pléiade). Bonne lecture !

Le titre de ce hors-série, provocateur, vient « chercher » le lecteur, l’interpelle et l’incite à la réflexion, ne laisse pas indifférent. Dans un retournement antinomique du titre d’un ouvrage de Geneviève Patte, Laissez-les lire !, paru en 1978, il questionne et ouvre le débat, avec pour point d’ancrage la loi de 1949.

Les enfants constituent un public fragile qu’il faut par définition protéger. Quelles actions doivent être alors menées dans le domaine de la littérature enfantine ? Selon quels critères ? Quel contrôle doit s’exercer et selon quelles modalités ? Ce dernier numéro hors-série de La Revue des livres pour enfants reprend et approfondit les thèmes abordés lors de l’exposition « Ne les laissez pas lire ! Polémiques et livres pour enfants » présentée à la BnF en 2019 à l’occasion des soixante-dix ans de la loi de juillet 1949. La revue réunit la centaine de publications qui comprend des reproductions d’originaux assorties de citations extraites de supports divers, tout en ajoutant des articles et des interviews. Le hors-série fait suite au dossier paru dans la Revue de la BnF en mars 2020 (n°60, sous la direction de Marine Planche et de Jean-Yves Mollier), qui présentait des positions antagonistes d’adultes prescripteurs de livres pour la jeunesse. La présence d’illustrations, de couvertures, d’extraits de livres rend la lecture attrayante et permet de se remémorer, voire de découvrir, les contributions des différentes époques, d’un point de vue diachronique. Ce choix éditorial facilite l’appropriation de cet ouvrage et rend possible la focalisation sur des passages ou des moments clés grâce au découpage en parties, dont le point d’orgue est la loi de 1949, encore en vigueur de nos jours, et qui régit le monde de l’édition.

En quatre grandes étapes, la revue présente une rétrospective historique depuis la publication en 1904 de Romans à lire et romans à proscrire par l’abbé Bethléem. Le bibliothécaire de l’évêché de Cambrai avait un sens accru pour la communication, il déchirait et lacérait les journaux dans les kiosques de la capitale lorsqu’il les considérait comme « licencieux » et impies, en se mettant en scène et conviant la presse pour faire connaître son combat auprès de l’opinion. Le succès du guide Romans à lire et romans à proscrire aboutit à une publication périodique, la Revue des lectures. Le best-seller classifie les romans de l’époque et proscrit certains auteurs, comme George Sand, mise à l’écart pour l’ensemble de son œuvre, même si son talent d’écrivaine est reconnu par le grand amateur de littérature. Les illustrés, c’est-à-dire les premières bandes-dessinées, constituent une des cibles privilégiées de l’abbé Bethléem, en particulier l’emblématique Journal de Mickey, publié à partir de 1934, dont « l’indigence intellectuelle et morale » doit le bannir « rigoureusement » des familles. La Revue des lectures conspue également les publications des frères Offenstadt, « des journaux malsains, criminels, répugnants et détraquants » et prône le « boycott » du périodique Hurrah. Le succès rencontré auprès du public par les ouvrages de l’abbé est retentissant, il est cité et pris en exemple par d’autres comme Georges Sadoul, qui publie une brochure en 1938 Ce que lisent les enfants : la presse enfantine en France, son histoire, son évolution, son influence dans laquelle il dénonce les dangers des illustrés pour la jeunesse et met en avant les dessinateurs français, par opposition aux productions américaines.

L’importance et l’influence de l’abbé Bethléem trouvent un écho sur le long terme dans l’adoption par l’Assemblée nationale en juillet 1949 de la loi sur les publications destinées à la jeunesse, c’est-à-dire après la mort de l’abbé en 1940, considéré comme instigateur de la loi.

La seconde partie de ce hors-série se concentre sur la période allant jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et la genèse de la loi de 1949. Le retour historique permet de revenir sur l’origine et le contexte d’élaboration de la loi.

La Seconde Guerre mondiale voit le rétablissement de la censure qui aboutit à la suspension de certains journaux pour la jeunesse par l’occupant allemand ou par le régime de Vichy. C’est ce qui arrive à la revue Jumbo, dont le sous-titre évolue. En 1939, le titre évoque un univers à consonance américaine, Jumbo, le journal du far ouest avec un cow-boy sur le bandeau. Cette appellation sera remplacée deux ans plus tard en 1941 par un milicien dans une publication intitulée Jumbo, pour les jeunes de France, ce qui n’empêchera pourtant pas sa suspension en septembre 1941. C’est également ainsi que la revue Spirou « cessera provisoirement de paraître » durant la guerre en raison de l’interdiction par l’occupant allemand. D’autres ouvrages « anti-allemands », visés par la « liste Otto » entre 1940 à 1943 et ciblant les ouvrages pour le jeune public, sont interdits dans les librairies ou bibliothèques françaises.

A la fin du conflit mondial, un contrôle de la presse illustrée est largement plébiscité. Les ouvrages mettant en scène des brigands, des batailles entre gangsters sont accusés d’être à l’origine de la délinquance juvénile, en recrudescence durant cette période. De Elsa Triolet, « Ne laissons pas corrompre notre jeunesse » à Louis Pauwels, « Combien d’enfants tuez-vous par semaine ? », de nombreuses déclarations paraissent, toutes virulentes et pointant du doigt la prédominance de l’image jugée nocive et agressive. Un large consensus dans l’opinion aboutit ainsi à la loi de 1949 qui concerne les livres tout comme les revues. Elle met à disposition de la « commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence » un pouvoir allant de la recommandation, en passant par l’avertissement et pouvant aller jusqu’à la mise en demeure de retirer tous les exemplaires non vendus des points de vente. Seul un éditeur a été poursuivi et condamné en 1961 après l’intervention de la commission en vertu de l’article 2 de la loi de 1949 qui stipule que les publications « ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit, aucune chronique, aucune rubrique, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse. » Le terme de « démoraliser », déjà utilisé par l’abbé Bethléem, renvoie à la privation de morale de certains ouvrages pour le jeune public.

Dans une perspective internationale, le hors-série se penche sur le sort réservé aux publications étrangères puisque la commission rend son avis avant leurs importations, ce qui signifie qu’elle peut donner son véto. Le cas des éditeurs belges est particulièrement analysé en raison de l’attention qui leur est accordée en vertu de l’article 13 (tout comme aux publications américaines et italiennes). Afin d’éviter les interdictions d’exportations, les éditions Dupuis anticipent les réactions de la commission. Les premières cases de Billy the Kid montrant un bébé préférant téter un revolver à la place d’un biberon sont ensuite supprimées dans la version française en album de 1961. Dans la même optique, l’auteur de Popaïne s’est vu reprocher d’utiliser le nom d’un stupéfiant et a dû justifier son choix en arguant le fait que « cela n’existe pas » et que le mot avait été inventé « exprès pour ne pas avoir de problème de censure ! »

La troisième partie revient sur la période post Mai 68, qui marque un renouveau dans le choix des thématiques et l’émergence d’auteurs comme Maurice Sendak et Tomi Ungerer, ce dernier préconisant de « traumatiser » les enfants, afin d’éviter le pire. Cette période est également le témoin de l’apparition d’éditeurs tels Harlin Quist ou bien François Ruy-Vidal, qui déclare : « Il n’y a pas de couleurs pour enfants, mais il y a les couleurs. Il n’y a pas de graphisme pour enfants, mais il y a le graphisme. […] Il n’y a pas la littérature pour enfants, il y a la Littérature ». Une vision de l’enfant à l’opposé de celle de Françoise Dolto, pour qui une « voix » doit pouvoir « crier danger ». Une collection, « Du côté des petites filles », voit le jour en 1976, avec des ouvrages comme Rose Bombonne de Nella Bosnia et Adela Turin. En 1985, le pamphlet contre la « subversion », Ecrits pour nuire, de Marie-Claude Monchaux vise aussi bien des auteurs français qu’étrangers. Ainsi le roman La Sixième de Susie Morgenstern est-il vivement critiqué quant à sa qualité : « Pour une enfant de sixième, elle a tout de même un vocabulaire assez succinct. Il est vrai que ce n’est pas une enfant follement intelligente. Le livre non plus. » Christian Bruel est également fustigé pour son album dans lequel une petite fille a pour ombre celle d’un petit garçon, tout comme certains livres d’auteurs américains, allemands ou suédois sont particulièrement visés. L’ouvrage de Marie-Claude Monchaux qualifie la littérature de jeunesse de « diabolique » entreprise de subversion visant à détruire « lentement et sciemment les valeurs du monde libre ».

Une section considère les lieux de culture, en particulier les bibliothèques qui, gérées directement sous l’égide des municipalités, peuvent subir des pressions quant à la sélection, le choix de livres et la manière dont ils sont concrètement présentés et exposés au public. Dans cette optique, des livres peuvent se voir attribuer des pastilles, rangés sur les étagères les plus hautes, inatteignables pour un jeune public, voire tout simplement relégués en littérature adulte. Les pressions sont parfois dirigées vers les auteurs, qui se voient écartés de la sélection de prix littéraires ou privés de rencontres avec des élèves.

La quatrième partie considère la période depuis les années 2000 et questionne le rôle de la loi de 1949 et son évolution. Sa place aujourd’hui n’est-elle pas supplantée par d’autres outils de contrôle, à l’instar des réseaux sociaux ?

Cette loi, quelque peu tombée en désuétude, est remaniée en 2011, notamment avec une nouvelle rédaction de l’article 2 de la loi de 1949, dans une formulation plus en prise avec la société actuelle. Ainsi, certains termes comme « banditisme », « paresse », « mensonge » ou encore « débauche » sont retirés, alors que certains font leur apparition : la « discrimination », l’ « usage », la « détention » ou le « trafic de stupéfiants », l’ « atteinte à la dignité humaine ». Certains éditeurs prennent le contrepied de l’obligation inscrite dans la loi de 1949 et qui consiste à mentionner cette loi dans leurs publications. La classification selon l’âge n’est toutefois pas requise, à la différence de la réglementation concernant les jeux vidéo.

Même si le nombre des membres du comité a été fortement réduit, la commission de surveillance continue d’exercer un rôle de contrôle, par exemple lorsqu’elle envoie une lettre a posteriori au Salon du livre de Montreuil pour un livre sélectionné pour le prix « Baobab ».

Afin d’échapper à une interdiction probable, certains auteurs et éditeurs écartent d’eux-mêmes les contenus qui pourraient sembler litigieux. Delphine Perret pointe du doigt cette attitude dans son ouvrage Une super histoire de cow-boy, dans lequel elle remplace le cow-boy trop effrayant « avec ses dents cariées et son air mauvais » par un petit singe à l’air plus inoffensif. Les éditeurs pratiquent une autocensure tout en concédant qu’ils s’adaptent et suivent les évolutions propres à chaque période. Ainsi la traduction française du roman d’Astrid Lindgren Mademoiselle Brindacier en 1951 transforme-t-elle la présence d’un cheval par celle d’un poney « pour des raisons propres à l’époque », selon l’éditeur Hachette. La nouvelle parution de 1995, sous le titre de Fifi Brindacier, reprend la version suédoise, tant dans le texte que dans les illustrations, notamment après le courrier de l’autrice dans lequel elle écrit qu’Hachette considère ses ouvrages « non pas comme de la littérature mais comme des manuels d’éducation ». Cette modification dans la première publication suffit-elle pour autant à expliquer le moindre succès du livre en France que dans d’autres pays, restés fidèles au texte d’origine ? Thierry Lenain, qui a pu réintroduire en 2006 une scène écartée dans l’édition de son ouvrage de 1988 paru sous le titre Un pacte avec le diable, souligne quant à lui « l’évolution des mœurs, mouvance des frontières de la littérature jeunesse ».

Si des évolutions sont ainsi possibles, les éditeurs retoquent parfois des manuscrits en raison de leur violence ou bien gomment certains passages, comme le constate Béatrice Alemagna, qui, coopérant avec un éditeur japonais, assiste au remplacement d’une cigarette par un cornet de glace. Les éditeurs décident dans ces deux exemples eux-mêmes de cette autorégulation. Ils peuvent également prendre leur décision en s’appuyant sur les courriers qu’ils reçoivent, émanant de bibliothécaires ou de parents. La critique peut s’immiscer dans le débat public, comme le témoigne la parution du livre Tous à poil ! en 2014 et aboutir au retrait d’ouvrages dans les écoles ou les bibliothèques.

Ces dernières années sont marquées par l’émergence d’autres instances, qui, parallèlement à la commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence, se développent massivement, voire dépassent et se substituent au pouvoir d’influence dont disposent les membres de la commission puisque des livres sont mis à l’index alors même qu’ils ont été validés. La Revue des livres pour enfants pose ainsi la question de la place dévolue aux réseaux sociaux, dont chacun peut user et se poser en censeur. Ce médium permet d’interpeler directement l’éditeur, comme cet internaute qui demande où se trouve le corps d’un homme décapité dans le documentaire Les Gaulois de la série Mes P’tits docs. La polémique née en 2018 autour du livre On a chopé la puberté,objet d’une pétition regroupant près de 150 000 signataires, aboutit à la non-réimpression de l’ouvrage par l’éditeur mais aussi de manière paradoxale à une envolée des ventes.

D’un point de vue international, l’association des bibliothécaires américains, la plus puissante au monde, organise depuis 1982 la « Banned books week », ou Semaine des livres interdits, dont une des affiches intitulée « Les mots ont du pouvoir : lisez un livre censuré » est mise en exergue dans le numéro hors-série. Cette campagne, qui vise à promouvoir la lecture et à défendre la liberté d’expression auprès de l’opinion, établit un classement des titres les plus contestés (« challenged ») durant l’année, à 80% des livres pour enfants. De manière tout à fait contemporaine, des prêtres ont brûlé à Gdansk en Pologne en 2019 des exemplaires de Harry Potter et de Twilight car ces livres sont associés à la magie.

La dernière rubrique, sans ancrage chronologique, se présente comme un prolongement et un approfondissement des précédentes. En six entretiens et articles, il s’agit « d’aller plus loin », notamment dans la connaissance de la loi de 1949. Une section concerne la bande dessinée, cible privilégiée de la critique, à travers le témoignage de deux spécialistes, Christian Marmonnier et Jean-Paul Jennequin. Selon ce dernier, les mesures prises ne relèvent pas exclusivement de protection morale, mais aussi de protection contre la concurrence d’autres pays, notamment américaine. Toujours selon Jean-Paul Jennequin, il est possible de considérer que « l’âge d’or mondial de la bande dessinée, c’est clairement l’après-guerre ». L’émergence à cette époque de nouveaux médias a déclenché la critique et la peur chez les parents et aboutit à une panique morale dans beaucoup de pays. Le moment où la bande dessinée commence à s’exposer à des interdictions, c’est donc dans les années 1960. Les éditeurs retravaillent les productions au sein d’ateliers de « retouches » pour combler des décolletés, faire disparaître des pistolets… Enfin, Jean-Paul Jennequin souligne que, depuis les années 1990, les interdictions diminuent et qu’« à partir des années 2000, la commission a cessé de lire des bandes dessinées ».

La Revue des livres pour enfants s’empare ainsi d’un sujet toujours d’actualité, peut-être même plus que jamais si l’on regarde l’impact croissant des réseaux sociaux. La rétrospective se lit facilement, revient sur une loi souvent ignorée – parfois même de certains auteurs – et montre que, si la commission semble avoir perdu de son influence, la littérature de jeunesse reste touchée par la censure, parfois relayée par des personnes n’ayant pas lu les livres mis en cause. La revue revient sur un phénomène mondial, c’est pourquoi il est important d’avoir une vision éclairée et globale de l’évolution de la lecture jeunesse afin de mettre les enfants au cœur de cette littérature, une littérature il ne faut pas l’oublier faite pour eux. Il s’agit d’un débat qui n’est pas près de s’arrêter, mais en tout état de cause il s’avère impérieux pour les différentes instances d’engager le dialogue et de ne pas le rompre. Comme le faisait remarquer Serge Martin, « discutons et laissons les enfants lire des livres[1] ».

Au nom de la loi : ne les laissez pas lire !

La Revue des livres pour enfants

Hors-série n° 6 – août 2021

Marine Planche (dir.)

120 pages

978-2354941048

15 euros


[1] Serge Martin, « La Censure chevauchant la morale », Le Français aujourd’hui, n°121, mars 1998, p.106-111.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search