« Childism » et « Enfantisme », réflexions sur une notion, une pratique, un engagement

Il y a quelques semaines, Cécile Boulaire attirait mon attention sur un groupe de recherche de la Rutgers University Camden, aux Etats-Unis, intitulé « Childism Institute ». A l’Afreloce, association qui regroupe des chercheurs et des chercheuses de différentes disciplines s’intéressant aux objets culturels de l’enfance, la question des « Childhood Studies » ou des « Child Studies » a déjà suscité nombre d’interrogations : s’il s’agit d’un champ de recherche bien établi et structuré dans les pays anglo-saxons, les Etudes sur l’enfance ne semblent pas encore avoir trouvé leur place dans le monde académique français. Nous sommes pourtant plusieurs à y avoir songé, proposé des rapprochements entre universités et laboratoires, créé des rencontres comme l’école de printemps au Moulin d’Andé, en juin 2017, avec notamment Aliyah Morgenstern, Pascale Garnier, Régine Sirota. Un dossier thématique publié dans la revue Strenae, « Les rituels de l’enfance », a été l’une des productions scientifiques issues de ces rencontres. Toutefois, ce nouveau champ semble difficile à construire, dans un monde universitaire peut-être trop cloisonné en disciplines – quoique les équipes de recherche inter- ou pluuridisciplinaires se multiplient aussi – peut-être aussi par manque d’échanges de nos différents outils, pratiques et méthodes. Le séminaire de l’Afreloce puis, plus récemment, les ateliers thématiques comme celui autour de la Ville et l’Enfant, coordonné par Christophe Meunier, sont autant de tentatives pour améliorer ces indispensables échanges.

Qu’est-ce que le « Childism » ?

Le « Childism » (je conserve dans un premier temps le terme en anglais) a donc éveillé mon attention et je propose ici quelques réflexions, encore en cours d’élaboration, autour de cette notion, qui est aussi une pratique et un engagement. Le « Childism Institute » fournit des références bibliographiques ainsi qu’une présentation téléchargeable sur son site, intitulée « Childism : An Introduction ». Qu’est-ce donc ? La notion est apparue, selon ce document, dans les années 2000, au sein des Childhood Studies. Le parallèle proposé est celui du féminisme, à savoir de considérer les enfants comme un groupe minoritaire et marginalisé par les adultes et d’œuvrer pour que les enfants parviennent à une égalité de droits avec les adultes, en changeant radicalement les structures de la société. Le statut d’adulte est remis en question et critiqué comme un mode de domination et il s’agit de donner aux enfants, à leurs expériences, à leurs voix et leurs points de vue, la place qu’ils méritent en tant qu’êtres humains dans la société, à un niveau local, national et international. Dans la recherche, le Childism est un prisme et un outil critique comparable au féminisme, au décolonialisme, à l’antiracisme ou au posthumanisme. Il peut être utilisé dans les domaines de la sociologie, de l’éducation, de l’histoire, de la littérature ou de la philosophie. L’intersectionnalité est consubstantielle à la recherche « childist » et l’inclusivité en est l’un des objectifs :

« The aim of childist research is to understand and transform systems of adultist normativity. It examines not only children’s agency but also the intersectional ways that being a child involves both structural marginalization and social empowerment. And it looks to children’s lived experiential differences to develop more childinclusive social and scholarly imaginations. » (Childism : An Introduction, p.5)

« Enfantisme » ?

Quel terme employer en français ? Les néologismes ne sont pas toujours les bienvenus dans la langue française ni dans la recherche. On leur reproche souvent d’écorcher la langue, l’oreille et, partant, la pensée. L’ « enfantisme » sonnera donc bizarrement mais ce qui dérange et perturbe est aussi ce qui incite à réfléchir. Je ne vois guère d’autre terme possible. Il ne semble pas encore employé (ce qui ne signifie pas que ces pratiques n’existent pas dans la recherche française, j’y reviendrai). Toutefois, il est utilisé en 1999 par Erik Neveu, dans un article publié dans la revue Réseaux et intitulé… « Pour en finir avec l’ « enfantisme » ». De quoi s’agit-il ici ? L’« enfantisme » dont parle Erik Neveu est-il similaire au « Childism » des années 2020 ? Dans cet article, consacré à une étude des pratiques télévisuelles des enfants dans les années 1980, Erik Neveu qualifie d’ « enfantisme » une approche qui considère les enfants comme une catégorie homogène, tenant peu compte d’autres variables que l’âge et le genre, au détriment des caractéristiques sociales : « l’enfance, écrit alors Erik Neveu, demeure un univers impensable et largement impensé sociologiquement » (p.182), notamment en raison de la domination d’une approche psychologique. Il utilise le terme « enfantisme » en le calquant non pas sur « féminisme », comme l’institut de l’Université de Rutgers, mais sur « ouvriérisme » : « Le vocable d’ouvriérisme a servi à désigner une vision enchantée, complaisante et réductrice du monde entier. Celui d’enfantisme serait fort utile pour pointer cette vision appauvrissante de l’enfant comme pur psychisme en développement, défini quasi exclusivement par un âge et un genre, saisi dans une illusoire apesanteur sociale. » (p.183) L’ « enfantisme » ainsi formulé ne correspond pas à une notion scientifiquement construite mais à une façon de saisir une approche considérée comme réductrice, pour la critiquer et la disqualifier. Or cet « enfantisme » n’a que peu de rapport avec la conception du « childism » proposée par les chercheurs et les chercheuses actuelles, attentives au contraire au croisement des approches et à une démarche nécessairement et résolument intersectionnelle.

L’enfantisme est donc à percevoir plutôt comme une nouvelle démarche épistémologique et comme un nouveau paradigme intellectuel et scientifique. Il me semble qu’il se trouve particulièrement bien illustré et représenté dans le récent essai de Thierry Paquot, Pays de l’enfance (éditions Terre Urbaine, 2022) : au croisement de la philosophie, de l’histoire, de l’urbanisme, de l’autobiographie, cet essai part d’un constat, celui de l’absence des enfants dans la ville, où « ils ne se sentent pas chez eux. Ce sont les oubliés de l’urbanisme de la ville productiviste. » (p.11) Thierry Paquot souligne que, si « les articles de la Convention internationale des droits de l’enfant incitent les adultes à considérer les plus jeunes comme des citoyens, […] il existe d’innombrables manquements, aussi bien en ce qui concerne l’école, la famille et la ville que la santé, l’habitat, les transports et les loisirs. » Les enfants ne sont pas plus consultés pour le plan d’une crèche, d’une école que pour le dessin d’un parc ou pour décider des aménagements qui leur seraient nécessaires dans une ville (p.29). Néanmoins, Thierry Paquot n’utilise pas la notion d’ « enfantisme » : la recherche existe déjà, peut-être n’est-il nul besoin d’une nouvelle étiquette. Quoique. L’enfantisme peut aussi avoir besoin d’être dit, formulé et théorisé pour se déployer, pour devenir un mouvement autant intellectuel que politique, pour continuer le parallèle avec le féminisme.

Suis-je enfantiste ?

Répondre à cette question nécessiterait que je me documente bien davantage et que j’y réfléchisse plus longuement. Néanmoins, poser la question de l’enfantisme est aussi poser la question d’un positionnement par rapport à l’enfance, dont j’ai rappelé la nécessité dans le mémoire de synthèse que j’ai présenté à l’occasion de mon habilitation à diriger des recherches, en novembre 2020. J’écrivais dans l’introduction : « quelle est la place de l’enfance dans un parcours de recherche consacré presqu’exclusivement à la littérature pour la jeunesse ? Comment définir mes recherches non seulement dans le cadre des « Childhood Studies » ou études pluridisciplinaires sur l’enfance mais aussi dans une réflexion plus large sur la place des enfants dans la société, sur un engagement éducatif ancré, pour partie, dans un territoire et dans une histoire à la fois collective et individuelle ? »

On pourrait dire, de façon rapide, que travailler sur la littérature pour la jeunesse est déjà une démarche enfantiste. Promouvoir cette littérature comme une littérature à part entière, lui accorder une légitimité scientifique serait déjà enfantiste. Pourtant, mes recherches n’impliquent pas directement des enfants réels : je ne mène pas d’études de réception et mes objets de recherche principaux ne sont pas contemporains. En sociologie de l’enfance en revanche, des chercheurs et des chercheuses impliquent les enfants dans leurs recherches, non pas seulement en les observant ou en les interrogeant mais en les associant au processus même de la recherche. C’est le cas par exemple de Pascale Garnier et de ses collègues, dans le domaine de la sociologue de la petite enfance, où il s’agit de prendre en compte le point de vue des enfants (Cf. Pascale Garnier et Sylvie Rayna (dir.), Recherches avec les jeunes enfants. Perspectives internationales, Peter Lang, 2017). Cette perspective me semble bien relever de l’enfantisme (au sens de childism, pas au sens d’Erik Neveu). Mes recherches n’associent pas des enfants lecteurs, ce qui ne m’empêche pas de réfléchir à ma position enfantiste. Elle est sans doute présente quand je présente mes travaux de recherche à des enfants, comme dans le cadre du programme « Ma recherche en 180 briques », à la bibliothèque de la Cité des sciences. A l’Université Sorbonne Paris Nord (Paris 13) où je travaille comme enseignante chercheuse depuis 2008, je fais en sorte de pouvoir ouvrir le campus aux enfants, en considérant l’université comme un lieu de savoir et de culture qui doit être mis à la portée des enfants, à l’occasion d’expositions ou de programmes de lecture plus réguliers, comme ceux mis en place avec l’AFEV et Livres au trésor. On pourrait imaginer une journée portes ouvertes à destination des enfants, voire intégrer davantage les enfants en créant des espaces propres à les recevoir.

Si la notion de « childism » a éveillé ma curiosité, c’est donc sans doute parce qu’elle trouve déjà un écho dans mes pratiques et qu’elle peut donner plus de sens encore à mon positionnement et à mon engagement de chercheuse en littérature de jeunesse. Il est aussi très stimulant intellectuellement de réfléchir à la construction d’une perspective nouvelle, d’autant qu’elle est à mettre en relation avec d’autres domaines de recherche qui étudient les inégalités sociales et économiques, de genre, de race ou d’espèce. L’enfantisme pourrait être ce fil directeur pour penser et construire ces études sur l’enfance qui semblent avoir du mal encore à se mettre en place dans le paysage académique français.

Mathilde Lévêque

Maîtresse de conférences HDR en littérature Université Sorbonne Paris Nord Membre de l'équipe de recherche Pléiade (ER 7338)

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search