Soutenance de thèse de Merveilles Mouloungui: Société-monde et production identitaire en contexte post-colonial

Nous avons le plaisir d’annoncer la soutenance de la thèse de Merveilles Mouloungui, membre de l’Afreloce, intitulée Société-monde et production identitaire en contexte post-colonial : à propos de l’implication en littérature pour la jeunesse de Maryse Condé, Louise Erdrich et Véronique Tadjo. La thèse, dirigée par Pierre HALEN et ylvère MBONDOBARI, sera soutenue le lundi 13 décembre 2021 à l’Université de Lorraine.

Le jury sera composé de

M. Pierre HALEN, Université de Lorraine, Directeur de thèse
M. Sylvère MBONDOBARI, CNRS – IEP Bordeaux, Co-directeur de thèse
Mme Dominique RANAIVOSON, Université de Lorraine, Examinatrice
M. Steeve RENOMBO, Université Omar Bongo, Rapporteur
Mme Isabelle NIERES-CHEVREL, Université de Rennes2, Rapporteure
M. Kodjo ATTIKPOE, Memorial University of Newfoundland, Examinateur

Cette thèse porte sur la production des identités en contexte post-colonial. Elle part du constat selon lequel les divers aspects de la société-monde (la circulation des personnes, des capitaux et des cultures) ont participé à la formation d’un public enfant pluriculturel, influencé par une culture-monde, elle-même dominée par les cultures des grandes puissances économiques. Face à cette « colonisation des imaginaires » (Joseph Tonda, 2015), interprétée par certains chercheurs comme une américanisation du monde (Jean-Marie Guehénno, 1999), on assiste à une « contre-attaque » des minorités (cultures peu visibles dans le sillage de la culture-monde) : les écrivains africains, antillais, amérindiens, etc., entendent écrire des livres géoculturalisés à l’intention des enfants et des jeunes : le but serait de leur transmettre un héritage culturel, linguistique et historique susceptible de leur apporter un équilibre identitaire dans le maelström de la globalisation culturelle. Ainsi, dans un contexte post-colonial, de « grands » écrivains contribuent à enrichir la bibliothèque des plus petits, à qui ils fournissent des récits « ancrés » dans des cultures du terroir ; ils font ainsi, de la littérature pour la jeunesse, un outil de transmission des identités culturelles. Or, l’analyse d’un échantillon de cette production littéraire (constituée des œuvres de Maryse Condé, Louise Erdrich et de Véronique Tadjo) révèle, outre l’existence de ce qu’on pourrait appeler une littérature de jeunesse post-coloniale, un paradoxe lié à l’engagement même des auteurs : les œuvres qui s’annoncent comme des productions géolocalisées oscillent, en réalité, entre nation et mondialisation, local et global, particulier et universel. Ce phénomène, qui s’explique par le métissage et le parcours des écrivains, débouche sur ce qu’on pourrait appeler une « double impossibilité de passage » en même temps qu’elle fait penser à une « imposture culturelle » (Hélé Béji) dont la fonction pourrait être de favoriser l’entrance des auteurs dans le marché international de la reconnaissance. En effet, le débat sur les identités éclairé par les thèses d’Hélé Béji, Laurent Dubreuil, Léonora Miano, entre autres, sans dénier le rôle positif que la littérature de jeunesse postcoloniale peut jouer dans la construction de nouvelles citoyennetés (celles de lecteurs-mondes ouverts sur l’universel), est néanmoins susceptible d’éclairer autrement les configurations et les effets de ces écritures. La présente étude doit donc permettre de discerner les démarches esthétiques et sociologiques ainsi que les enjeux politiques de cette production littéraire. Les premières concernent, d’une part, l’organisation textuelle et ses caractéristiques formelles et, d’autre part, la dimension épistémologique d’une littérature de jeunesse post-coloniale (Clare Bradford, 2007). Les deuxièmes, quant à elles, concernent les stratégies éditoriales des écrivaines (circulation entre les secteurs éditoriaux, lieux de publication, traductions, etc.) ainsi que les modalités et le sens possible d’une ouverture de l’enfant à l’universel. Les dernières, enfin, se penchent sur les enjeux de la question identitaire par rapport à l’entrance des auteurs et au débat actuel sur la politique d’identité.

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search