Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un appel à contributions pour le n°22 de notre revue Strenæ. Dirigé par Dominique Perrin (Université Lyon 1/Inspé), avec l’appui d’Hélène Weis, le numéro s’intitulera Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album.

L’album sériel occupe une place centrale dans le champ de la littérature adressée à l’enfance, sous quelque jour qu’on l’appréhende : celui de l’histoire et de l’actualité, du rayonnement culturel et de l’histoire des formes, des luttes d’influence et des controverses éducatives. Il est au cœur des pratiques de lecture propres à l’enfance – des premiers livres partagés à la première autonomie des jeunes lecteurs. Il exemplifie les conditions générales de la création en littérature de jeunesse : discrétion relative et pluralité de la fonction auteur, importance de l’éditeur et des médiations adultes, mais aussi de l’équation des coûts de production et prix d’achat1 ; il exemplifie aussi les enjeux spécifiques de la tradition – au sens complexe de médiation, transmission et recréation des contenus culturels – aux premiers stades de l’échange littéraire. Aussi divers dans ses réalisations historiques que repérable dans ses grandes caractéristiques éditoriales, il emblématise, à sa manière, les singularités les plus irréductibles de la littérature d’enfance.

Il n’est dès lors pas surprenant que cet objet conserve un statut incertain dans le procès de légitimation – au double sens de mouvement historique et de litige idéologique et culturel – du champ dont il relève. Il est plus étonnant que sa constitution en tant qu’objet d’étude apparaisse toujours en suspens, alors que la littérature de jeunesse a conquis dans son ensemble le statut d’objet de savoir et de questionnement. Les historiens et sociologues du livre, de la lecture et de la culture, les chercheurs en sciences de la communication et plus exceptionnellement les représentants d’autres disciplines contribuent à construire un regard scientifique sur l’album sériel pour enfants. Dans le cadre des études littéraires cependant, ce pan à la fois étendu et significatif de la culture enfantine fait essentiellement l’objet de mentions contextualisantes, à la périphérie de panoramas et de monographies centrés sur des critères de reconnaissance complexes, en tout état de cause peu compatibles avec les ancrages les plus populaires – aux sens médiologique et sociologique du terme – de la sérialité.

Les corpus mis en lumière par les études sur l’album n’intègrent de fait que rarement les pratiques sérielles d’auteurs consacrés ; mais ils semblent plus globalement exclure – à l’exception de créations historiques comme Babar et de quelques œuvres intergenre relevant aussi de la bande dessinée –, l’ensemble des séries les plus largement représentées dans les pratiques sociales de lecture enfantine. Ce phénomène de cloisonnement oblitère l’étude de ces corpus – objectivement variés – en tant que forme-sens et leurs conditions diverses de développement.

Les critères qui président à ce cloisonnement se situent au carrefour de l’analyse formelle et de l’analyse idéologique, la production sérielle étant traditionnellement perçue et présentée comme peu créative et peu émancipatrice. Mais ce diagnostic global, emblématique d’une coupure spécifiquement française entre sphère légitime et sphère populaire, ne repose que sur très peu de recherches. Les études d’Isabelle Nières-Chevrel sur Babar en tant que série à valeur fondatrice – et de Laurence Olivier-Messonnier sur le corpus contigu de la presse enfantine –, de Nathalie Froloff sur une série contemporaine relativement légitime comme Les P’tites poules (2012), et de façon plus frappante encore de Cécile Boulaire sur trois séries populaires emblématiques – Caroline, Emilie et T’Choupi (2010) –, montrent cependant le caractère stimulant de tels corpus et témoignent des avancées épistémologiques qu’ils autorisent.

Comment, dès lors, rendre compte de la diversité et de la complexité de l’album sériel pour enfants en tant que genre, pratique culturelle et champ d’interactions sociales ? Le dossier propose de construire un regard transversal et actualisant sur cette situation, à la lumière de quatre types de questionnement.

Appel complet, avec modalités de soumission, sur le site de la revue.

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search