Presse magazine, parentalités et éducation post-68 (2)

Le premier âge de Pomme d’Api (1966-1972). Un journal éducatif à la conquête de ses petits « lecteurs » et de leurs parents

La seconde partie de la séance du séminaire « Presse magazine » (jeudi 1er février 2018) est consacrée à l’étude d’un cas, celui de Pomme d’api (1966-1972), par Claire Sécail (chargée de recherche au CNRS, IRISSO, Laboratoire Communication et Politique), qui a étudié les 82 premiers numéros du magazine. Elle s’appuie sur le mémoire de DEA de Marie Garnier (« Les premiers pas de Bayard Presse dans le domaine de la presse enfantine : l’exemple de Pomme d’api (1955-1991) », IEP Paris, 2003) et sur un article de Marie-Josèphe (dite Mijo) Beccaria publié dans Communication et langage (n°12) en 1971. Mijo Beccaria, épouse d’Yves Beccaria, chargé de développer les publications et d’en créer de nouvelles chez Bayard, est la deuxième rédactrice en chef de Pomme d’api, à partir de 1970.

Pomme d’api relève de la presse éducative et non de la presse distractive. Ce magazine est pionnier dans un nouveau secteur, celui de la presse premier âge. C’est tout d’abord un journal de chaînage du groupe Bayard Presse (de 3 à 23 ans) :

  • Pomme d’api (créé en 1966) pour les 3-7 ans
  • Nade (remplace Bernadette en 1963) pour les filles de 7 à 14 ans
  • Record (remplace Bayard en 1962) pour les garçons de 11-14 ans
  • Club (remplace Rally Jeunesse en 1966) pour les 15-20 ans
  • Promesses pour les 18-23 ans

Dès mai 1971 est préparé le lancement d’Okapi (8-11 ans) pour les lecteurs ayant grandi avec les premiers Pomme d’api. Ce lancement est annoncé par un courrier publié dans Pomme d’api.

Le public est très composite, allant du non-lecteur au lecteur débutant. Pomme d’api est un magazine que l’on regarde, que l’on écoute, que l’on lit seul. Ces scènes de lecture sont représentées en images dans le journal. Claire Sécail évoque un seul précurseur, Perlin et Pipin, pour les 5-8 ans, publié chez Fleurus à partir de 1956. Le chaînage est complété en 1986 par Popi, pour les 1- 3 ans.

Dès le numéro zéro (novembre 1965), les créateurs envisagent deux cahiers : un cahier principal et un cahier d’activités détachable. Un cahier « Club des parents », aussi détachable, apparaît en 1969 (le numéro zéro envisageait déjà un « club des mamans »). On passe alors de 32 à 48 pages, ce qui entraîne une augmentation du prix. Les premiers objectifs sont de donner des outils spirituels et pédagogiques. Quel est le modèle éducatif proposé ?

Pomme d’api combine une valorisation des nouvelles méthodes pédagogiques et la promotion de valeurs traditionnelles (Bayard reste une maison d’édition catholique). Y est diffusée la pédagogie montessorienne, notamment grâce à Anne-Marie Lanternier (épouse de Besombes), rédactrice dans le journal, fille d’un disciple de Maria Montessori, Jean Lanternier. Le journal doit être à moitié « à faire avec les mains » : de fait, le cahier d’activités de 16 pages occupe la moitié du journal. Ce sont de petits livrets à découper, à plier, à coller, avec parfois des activités botaniques, par exemple. Il s’agit bien d’une pédagogie par la pratique, qui entend développer l’autonomie de l’enfant, grâce aux deux figures emblématiques de la une, dessinées par Lucile Butel, David et Marion, un frère et une sœur, toujours seuls dans leurs activités. La pédagogie montessorienne se retrouve également dans les pages du Club des parents, avec des reportages et le point de vue de spécialistes.

Crédits photographiques: Loïc Boyer

 

L’autre méthode mise en avant est la méthode phonétique et gestuelle d’apprentissage de la lecture, préconisée par les orthophonistes, dont la discipline est alors émergente. En effet, Yves et Mijo Beccaria sont les parents d’une petite fille sourde, née en 1958 : le handicap de leur fille les conduit à découvrir de nouvelles méthodes. Il n’est donc pas étonnant que le premier cahier des parents (novembre 1969) soit notamment rédigé par une orthophoniste anonyme « Mme M. », qui est sans doute Suzanne Borel-Maisonny, une des fondatrices de l’orthophonie en France. La méthode phonétique et gestuelle est mobilisée pour la mise en images, comme le montre le découpage des phrases et la mise en page des textes et des images. En janvier 1971, un dossier est consacrée à une étude comparée de cinq méthodes d’apprentissage de la lecture : la méthode syllabique est jugée « aride » et « ennuyeuse » alors que la méthode Montessori et la méthode phonétique et gestuelle sont l’objet de nettes louanges.

Une autre dimension du journal est l’éveil religieux : les « Pages Evangiles » témoignent d’une volonté d’éveiller très tôt l’enfant à la foi. Ces pages montrent que l’éveil à la foi passe aussi par une expérience de contemplation sensorielle des images. L’éveil religieux trouve aussi sa place dans les cahiers des parents.

Une rupture advient en 1969-1970 : en avril 1970, pour le numéro 50, Jeanne-Marie Faure, la première rédactrice en chef, signe son dernier éditorial. En effet, avec la création du 3e cahier en novembre 1969, qui accorde une large place au point de vue d’un spécialiste, montre la montée en puissance de la parole issue des sciences de l’éducation. L’éveil religieux cesse d’occuper une place centrale : Jeanne-Marie Faure, très attachée à la catéchèse, s’oppose à Mijo Beccaria, qui veut se tourner davantage vers les spécialistes de l’enfance, moderniser le journal et élargir le public. Suite à ce conflit, Jeanne-Marie Faure cède la place à Mijo Beccaria comme rédactrice en chef (elle continue à travailler pour Bayard en se chargeant de Pomme d’api Soleil, magazine d’éveil à la foi dès 3 ans). Cette évolution interne est perçue par les parents et des courriers montrent que certains n’apprécient guère ce changement d’orientation par rapport à la ligne éditoriale d’origine. Il est vrai que les Pages Evangile étaient un frein à la diffusion de Pomme d’api dans les écoles publiques. Le journal se déconfessionnalise progressivement au cours des années 1980. La stratégie est payante car le nombre d’abonnements augmente considérablement.

Le journal accorde aussi une place primordiale à l’image : le texte doit être mis au service de l’image. On observe également une cohérence forte entre les pages enfants et les pages parents. Par exemple, lorsque les pages parents comportent un article intitulé « Mon enfant ne mange pas » et signé d’un médecin psychologue, les pages enfants présentent le récit illustré d’un petit agneau qui répète à sa mère qu’il n’a pas faim. Dans une époque dominée par l’image, en particulier télévisuelle, Pomme d’api est donc un journal résolument ancré dans son époque. L’image y est mise au service de l’expérience pédagogique. On peut repérer dès le numéro zéro l’influence de la culture télévisuelle : les jeunes lecteurs sont invités à reconstituer l’écran d’une télévision en faisant défiler des images découpées et empruntées aux programme de l’ORTF (« Thierry la fronde », etc). En mars 1972 est publiée une enquête sur les usages de la télévision où des avis sont émis sur certaines émissions. On trouve dans Pomme d’api tout un imaginaire du quotidien ancré dans le réel : David et Marion regardent la télévision et devant une émission de cirque jouent à faire des cabrioles de clowns. Le numéro 12 (décembre 1967) évoque aussi l’immigration portugaise avec la famille Gonsalvez. Apparaissent aussi dans les pages du journal les grands ensembles et l’urbanisme, la conquête de l’espace (entre août 1969 et janvier 1970), les élections municipales (mars 1971. En revanche, il n’est pas ou très rarement question de la séparation des parents, du divorce et de la mono-parentalité.

En conclusion, il apparaît que le projet éditorial initial de Pomme d’api a été modifié dans la mouvance de 68. Le projet pédagogique s’est affiné dans un contexte de montée en puissance du tout jeune enfant dans la société.

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *