La didactique de l’image au prisme du cinéma et de l’enfance

Le samedi 18 novembre 2017, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS recevait Perrine Boutin (Université Sorbonne Nouvelle) pour parler de didactique de l’image au prisme du cinéma et de l’enfance. Nous en publions le compte rendu, rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

Perrine Boutin commence par retracer l’origine de son intérêt pour la question, en évoquant sa première découverte du cinéma d’auteur à 7 ans avec Où est la maison de mon ami ? d’Abbas Kiarostami, où elle s’est totalement identifiée au personnage de l’enfant. L’origine de son émotion de spectatrice l’a amenée à s’interroger sur la réception du cinéma par les enfants, et elle en est venue à s’intéresser en tant que chercheuse à la sociologie du cinéma. Elle a trouvé sa place en sciences de la communication et a soutenu en 2010 une thèse intitulée Le 7e art  au regard de l’enfance, les médiations dans les dispositifs d’éducation à l’image cinématographique. Depuis 2011 elle est Maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle et elle dirige le master professionnel « Didactique de l’image ».

Les questions posées par la thématique de ce séminaire – quelle place la création artistique fait-elle à l’enfant ? Par quels moyens les enfants sont-ils initiés à l’art ? – sont exactement celles qui guident sa recherche. Perrine Boutin prépare d’ailleurs pour les 4 et 5 avril 2018 un colloque avec Bettina Henzler et Emmanuel Siety, incluant des projections de courts métrages aux Studio des Ursulines, le seul cinéma de France destiné uniquement aux enfants.

Enfance et cinéma 

Dès les débuts du cinéma, on s’est posé des questions sur l’enfance (1895 est la date de la première projection des frères Lumière et celle de la naissance de la psychanalyse). André Bazin a vu dans le cinéma un medium qui nous rapproche de l’enfance ; la chercheuse anglaise Vicky Lebeau s’est intéressée à la question de la présence particulière de l’enfant à l’écran : selon elle, la mimique enfantine peut être captée par l’image animée. Dans Ponette de Jacques Doillon (1996), histoire d’une petite fille de 4 ans qui vient de perdre sa mère, le jeu d’actrice de la petite Victoire Thivisol est remarquable dans son réalisme, par sa gestuelle et ses larmes ; à l’opposée, Shirley Temple dans On the Good Ship Lollipop (1934, elle a 5 ou 6 ans), propose une performance très artificielle, comme si une image stéréotypée ce que on pense être l’enfance était plaquée sur l’enfant acteur.

Regard cinématographique et regard enfantin

Il y a même une accointance entre le regard cinématographique et le regard enfantin : en soulignant tel ou tel détail, en répétant des gestes grâce au montage, la caméra mime un œil enfantin. Béla Balázs, dans son essai Der sichtbare Mensch (1924) met en relation le regard de l’enfant et le geste cinématographique : un parallèle peut être tracé entre l’intérêt que la caméra accorde aux détails et le regard de l’enfant, dissocié de la fonction d’usage de l’objet. L’accointance entre enfance et cinéma est donc forte. Par ailleurs, le spectateur de cinéma est aussi un enfant, non seulement parce que l’expérience le place dans un régime de croyance, mais aussi parce que la salle est souvent comparée à une sorte d’utérus confortable où l’écran serait la peau de la mère. Serge Daney, grande figure du « passeur » chez les cinéphiles, a pensé le cinéma par rapport à l’enfance, à son enfance. Beaucoup de cinéastes, des avant-gardes aux modernes, ont affirmé que le regard de l’enfant est un relai du réalisateur. Ingmar Bergman, par exemple, dit qu’il faut se plonger dans les racines de son enfance pour créer. Selon Bettina Henzler (Université de Brême), certains cinéastes créent des films « d’enfants », par exemple Godard dans Pierrot le fou, qui ne comporte aucun personnage d’enfants mais se fonde sur les principes du jeu (tel que les définit Roger Caillois).

L’éducation au cinéma en France

Alain Bergala, auteur de L’Hypothèse cinéma. Petit traité de transmission du cinéma à l’école et ailleurs (2002), a été responsable du plan à 5 ans d’éducation au cinéma sous Catherine Tasca et Jack Lang. Il ne veut pas que le cinéma soit une discipline comme les autres (d’où l’absence de CAPES, contrairement à d’autres arts – plastiques, musique). Le cinéma est un art mais aussi une industrie (André Malraux est le premier à le souligner). Selon Bergala, le cinéma n’a pas sa place à l’école, car c’est un art à pratiquer et à recevoir hors de toute institution, et transmettre l’émotion à un groupe n’est pas facile. Le risque est aussi celui de la scolarisation, qui peut détruire l’expérience esthétique. Freinet a été l’un des premiers à utiliser le cinéma dans un cadre pédagogique.

Les moyens institutionnels d’éducation au cinéma en France

Le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) a été créé sous le Maréchal Pétain d’après une idée de Jean Zay. Le système économique de l’avance sur recettes, les ciné-clubs et les mouvements d’éducation populaire ont soutenu l’industrie du cinéma, chacun à leur façon, alors que les studios de production de ses voisins (allemands, italiens, etc.) sont ruinés après 1945. Les dispositifs d’éducation à l’image ont été mis en place progressivement pour redonner le goût du cinéma aux enfants et aux adolescents, face à la baisse de fréquentation des salles dans les années 1970, avec l’arrivée de la télévision dans les foyers : « Collège au cinéma » (1989), « Lycées et apprentis au cinéma » (1995), « École et cinéma » (1994) ; la création de l’Option cinéma au lycée date de 1984. Ces dispositifs nationaux, qui créent un lien particulier entre les salles de cinéma et l’éducation au cinéma, sont spécifiques à la France, du fait de son histoire particulière avec le cinéma (défense par les ciné-clubs, les fédérations d’éducation populaire et le système économique).

Le sociologue Thomas Legon (La recherche du plaisir culture) a beaucoup décrié les dispositifs d’éducation au cinéma destinés aux lycéens, qui ne modifient pas les rapports entre culture et distinction sociale. La discussion s’est axé sur la difficulté de projeter Les Vacances de Monsieur Hulot de Jacques Tati à une classe de grande section de maternelle, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une zone d’éducation prioritaire où les enfants n’ont jamais fréquenté le cinéma, quel qu’il soit. Le catalogue du dispositif « Ecole et cinéma » est donc souvent très déroutant, comme en témoignent plusieurs participants du séminaire, enseignants ou anciens élèves. Un dispositif « Maternelle et cinéma » est en cours de construction (privilégiant les courts métrages) pour répondre à ces difficultés.

Comment fonctionne la constitution du catalogue ? Une commission nationale de 22 personnes se réunit et choisit les films, sur des critères jugés contestables (par ex. Zéro de conduite a été intégré sous prétexte que c’est un classique incontournable, alors qu’il est peut être jugé difficile d’accès). « École et cinéma » fonctionne bien dans l’ensemble (15% des élèves en bénéficient), mais « Collège au cinéma » et « Lycéens et apprentis au cinéma » sont très critiqués pour différentes raisons qui ne sont pas du tout liés qu’aux films. Il existe aussi des dispositifs hors temps scolaire (« Passeurs d’images »…). L’idée principale de la commission est de ne pas choisir des films consensuels mais de créer un choc esthétique chez les élèves ; le dispositif permet de sortir de la classe et de l’école, d’aller au cinéma et de vivre une expérience esthétique et collective. Le catalogue d’« Ecole et cinéma » est pérenne : deux à trois nouveaux titres y entrent chaque année ; aucun film n’en sort, sauf s’il n’est plus distribué.

Le cinéma est-il un « bloc d’altérité » ?

Est-il vraiment attaqué ? Peut-il se défendre seul ? Les nouveaux médias (Youtube, Vimeo…) et la profusion actuelle d’images ne sont pas nécessairement concurrents du cinéma. Le regard d’aujourd’hui impose une lecture genrée et critique des images (ex. Shirley Temple). Le contexte de production du cinéma permet d’en parler d’une manière qui complète la seule dimension esthétique (le cinéma est une œuvre collective, produite dans un contexte…). Le cinéma est utilisé à l’école comme moyen pédagogique dans le cadre de cours d’histoire, de langue… Il n’est pas seulement matière à émotion : il peut être utilisé pour transmettre autre chose (des connaissance en histoire, en géographie, etc.)

D’autre part, le cinéma est un média, comme la littérature : il crée une médiation entre soi et le monde. La grande différence est que l’on peut parler à propos du cinéma, avec Marshall McLuhan, d’un « média chaud », immédiat, direct, qui immerge immédiatement (alors que la lecture demande davantage d’efforts). Il faut prendre en compte ces nouvelles pratiques de l’image animée, et on commence également à étudier la pédagogie de Youtube, son usage de l’extrait…

Références bibliographiques :

Balasz, Béla, Der sichtbare Mensch oder die Kultur des Films, Frankfurt, 2001 (Orig. 1924)

Bazin, André, « L’enfance et le cinéma. Des cailloux du petit poucet au chemin de la vie », in : L’écran français, Nr. 233, 19. Décembre 1949, S. 13-15

Bergala Alain, L’hypothèse cinéma – Petit traité de transmission du cinéma à l’école et ailleurs, Paris, Cahiers du cinéma, 2002, 132 p.

Bergala, Alain ; Bourgeois, Nathalie, Cet enfant de cinéma que nous avons été, Aix-en-Provence, Institut de l’Image, 1993, 244 p

Henzler, Bettina ; Pauleit, Winfried (eds.), Kino und Kindheit. Figur – Perspektive – Regie. Bremen, 2017.

Kuhn, Annette, « Cinematic Experience, Film Space, and the Child’s World », in : Canadian Journal of Film Studies, Band 19, Ausgabe 2, 2010, S. 82–98, 2010

Lebeau, Vicky, Childhood and cinema, London, 2008

Legon, Tomas, « Malentendus et désaccords sur le plaisir cinématographique. La réception de Lycéens et apprentis au cinéma par les jeunes rhônalpins », Agora débats/jeunesses, vol. 66, no. 1, 2014, pp. 47-60.

Livecchi, Nicolas, L’enfant acteur : De François Truffaut à Steven Spielberg et Jacques Doillon, Les Impressions Nouvelle, 2012

Lury, Karen, The child in film. Tears, fears and fairy tales, London, 2010

Lury, Karen, « The child on screen », Screen , Nr. 46 /3

Paigneau, Christian, L’odyssée de l’enfance. Enfance et narration au cinéma, Paris, 2010

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *