Notre revue Strenæ intégrée au DOAJ sur les nouveaux critères

Nous venons d’apprendre que la revue de l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance, Strenæ, a été inscrite au DOAJ en application des nouveaux critères. C’est une excellente nouvelle.

Pour mémoire, Strenæ avait déjà été inscrite au DOAJ en février 2012. Le DOAJ, Directory of Open Access Journals, recense les revues universitaires qui respectent les principes de l’édition académique, d’une part (notamment la double expertise en aveugle), et d’autre part, les règles éthiques de l' »open access », c’est-à-dire la gratuité de l’accès pour les lecteurs, mais aussi, et c’est important, la gratuité de publication pour les auteurs.

Pourquoi Strenæ a-t-elle dû soumettre une nouvelle fois sa candidature au DOAJ, puisqu’elle y était déjà inscrite? Parce que depuis la création de ce répertoire, la communauté savante s’est aperçue que des éditeurs peu scrupuleux s’étaient emparés de l’expression « open access » pour imaginer des pratiques éditoriales extrêmement rémunératrices, mais défavorables à l’exercice de la recherche publique et de sa dissémination. En effet, ces éditeurs, désignés sous le terme de « predators« , exigeaient des auteurs désirant publier dans leurs revues qu’ils paient une somme parfois importante leur donnant accès à publication – une sorte de racket, donc. Or ces éditeurs avaient réussi à se faire inscrire au DOAJ, profitant du fait que les critères d’inscription n’envisageaient pas ces pratiques. Le DOAJ a donc modifié ses critères d’inscription, les rendant plus stricts, de sorte que les revues inscrites au DOAJ garantissent à leurs lecteurs mais aussi aux auteurs qu’elles respectent tous les principes éthiques de l’open access.

Pour cette seconde procédure de soumission, la revue Strenæ a dû travailler à clarifier et publier ses principes de publication. La politique de la revue est précisée sur cette page; on y mentionne notamment le type de licence Creative Commons choisie pour Strenæ: BY-NC-ND: la réutilisation des textes est autorisée sous réserve de leur attribution à leur auteur, et dans la limite d’une utilisation non commerciale, mais il n’est pas autorisé d’effectuer des œuvres dérivées (traductions, par exemple). Cette politique éditoriale a par ailleurs été déclarée dans la base de données Sherpa/Romeo.


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *