Photographies d’enfance japonaise depuis la Deuxième Guerre mondiale : entre omniprésence et invisibilité

Le samedi 7 octobre 2017, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS reprenait ses activités autour de l’art et de l’enfance avec Aurore Yamagata-Montoya (University of the West of England), qui a présenté ses recherches sur la photographie d’enfance au Japon. Nous remercions Déborah Lévy-Bertherat pour ce compte rendu et Aurore Yamagata-Montoya pour sa relecture et la riche bibliographie qui est mentionnée en fin de billet. La prochaine séance du séminaire aura lie le samedi 18 novembre.

Aurore Yamagata-Montoya évoque les hasards et les rencontres qui l’ont amenée à choisir ce sujet. Elle explique que l’ambition de sa thèse a été de montrer comment le gouvernement japonais a utilisé la photographie pour créer une certaine image de l’enfant japonais après la Deuxième Guerre mondiale.

Deux ouvrages de référence s’attachent aux représentations de l’enfance en Occident : Pictures of Innocence (1998) d’Anne Higonnet, et Picturing Childhood. The Myth of the Child in Popular Imagery (2004) de Patricia Holland. Mais très peu de travaux ont abordé la question au Japon. En revanche, les représentations de mères et d’enfants dans les Ukiyo-e (estampes) – Children Represented in Ukiyo-e, Kumon Institute of Education (1998) – et celles de jeunes filles dans la culture populaire contemporaine (mangas, dessins animé), ont été étudiées.

Les photographies du quotidien auxquelles Aurore Yamagata-Montoya a choisi de s’intéresser ne sont pas nécessairement artistiques, contrairement, par exemple, aux œuvres de Masahisa Fukase ou de Daido Moriyama. Elle rappelle brièvement les débuts de la photographie au Japon : les premiers clichés ont été pris dès 1848, par des étrangers (notamment l’Anglo-italien Felice Beato), qui ont formé les premiers photographes ambulants japonais. Elle choisit de présenter trois objets culturels photographiques différents : les purikura, les albums scolaires et un troisième groupe d’objets composés de livres d’artistes, de catalogues d’exposition et d’anthologies historiques.

  1. Les purikura

Ils appartiennent à la sous-culture du kawaii (mignon, cf. Hello Kitty…), c’est-à-dire au monde de l’enfance, et maintenant de la femme au Japon. Il s’agit de photographies prises et imprimées en bandes par des machines qui sont à mi-chemin entre photomaton et jeu d’arcade. Certaines cabines peuvent accueillir jusqu’à huit personnes, car l’utilisation typique consiste à fixer le souvenir d’une sortie entre amis, d’un examen de fin d’années, etc. Apparues en 1995, à Tokyo, les machines étaient déjà 25 000 en 1998. À la fin des années 1990, elles ont été liées au scandale de la prostitution lycéenne, ce qui a contribué à une relative désaffection. Leur nombre a diminué en même temps qu’elles se sont également orientées vers une clientèle familiale. La photo est prise sur fond vert dans un petit studio, puis on la customise sur un écran. Le temps est compté pour permettre une utilisation maximale : une machine peut attirer 2000 personnes par jour le week-end !

  1. Les albums scolaires

Sur le modèle du Yearbook américain, l’album est proposé en fin d’année de collège (12-15 ans) avec des photos imprimées : l’école, les photos, éventuellement individuelles, de la classe et les activités (clubs sportifs et culturels, très prenants, et indispensables dans un CV à venir). Certaines sont prises par des professeurs ou des parents, elles l’étaient auparavant par des photographes professionnels attachés à l’établissement. L’album existe également dans les universités, lycées, écoles, et même les maternelles. Tout le monde l’achète jusqu’au lycée, moins à l’université, à la différence des États-Unis. Les écoles ont interdit à A. Yamagata-Montoya de publier les photos des albums utilisés dans sa thèse. Elle a notamment utilisé 5 albums d’une même famille de la région du Kansai sur 3 générations, de 1942 à 2010 – la structure étant la même dans les autres régions.

Quelle est l’origine de cet objet ? Aurore Yamagata-Montoya avance plusieurs hypothèses : peut-être trouvent-ils leur origine dans les albums présentant le Japon comme ceux que composait déjà Felice Beato (celui de 1868 présente des personnalités du monde culturel, des costumes, coutumes, paysages…). La plus ancienne photo de classe japonaise a été prise à l’Université Keio en 1883, lors de la remise de diplôme. Le fondateur et deux étudiants y apparaissent vêtus à l’occidentale, les autres en kimonos et socques traditionnels. Le professeur est au centre, il se trouvera ensuite sur le côté. Les premiers albums connus ont aussi été constitués à Keio, en 1883. L’université a interrompu leur fabrication de la 2e Guerre mondiale au milieu des années 1950, faute de moyens matériels.

Les diplômés de l’Université de Keio en 1883

Le modèle est-il américain ? Il a peut-être été importé par des missions, entre autres celle nommée Iwakura, qui a envoyé de jeunes gens à l’étranger pour les former au contact du monde moderne, rattraper l’Occident, participer aux expositions universelles. Cinq jeunes filles de familles de l’ancien régime, âgées de 6 à 19 ans, sont parties pour les États-Unis où elles ont été objets de curiosité.

La plus jeune, Tsuda Umeko, a tenté de revenir au Japon à 16 ans, mais la modernité occidentale n’étant plus au goût du jour, son souhait d’agir pour les femmes de son pays n’a pas été écouté : elle a été rejetée et est retournée étudier aux États-Unis. Elle a fondé plus tard le Tsuda College sur le modèle américain. Il est possible que les Yearbooks américains soient passé par le canal de ces étudiants japonais partis étudier aux États-Unis. Les Yearbooks américains étaient apparus dans les années 1860 dans les universités.

La structure des albums scolaires japonais est restée la même depuis l’origine : on y voit successivement le directeur, le bâtiment, le drapeau, les professeurs, puis les élèves… La pose des élèves sur la photo de groupe est très statique, suivant un modèle d’équipe sportive. On y retrouve les han, groupes constitués de 3 filles et de 3 garçons, (chargés des tâches de ménage et de service dans les écoles), qui posent lors des sorties, voyages, etc. Pendant la guerre, les garçons ont été photographiés durant les entraînements militaires, dont les attitudes martiales se prolongent après la guerre dans les cours de gymnastique, hormis uniformes militaires et baïonnettes. Du reste, certains uniformes de lycéens ont conservé une coupe militaire, sur le modèle prussien. L’élégance des uniformes est importante et peut même déterminer le choix d’une école !

Ces albums sont précieusement conservés, malgré le manque d’espace dans les demeures japonaises, à travers les déménagements et même les tremblements de terre, mais rarement regardés.

 

  1. Publications autour des photos d’enfants

 

  • Les livres d’artistes

La photographie japonaise se montre souvent en livre, le tirage unique n’ayant pas de valeur. Ken Domon, le photographe plus connu, a constitué un vaste répertoire photo-documentaire des enfants japonais, notamment après la guerre dans les villes dévastées, ou d’enfants pauvres dans des villes minières. Il a également photographié des trésors japonais, dont certains ne sont visibles qu’à certaines dates très rares. Les enfants sont intégrés à l’image du Japon patrimonial qu’il a voulu fixer. Ses livres sont réédités, un musée lui a été dédié, et une exposition est consacrée chaque année à ses photographies d’enfants.

On trouve dans les librairies japonaises un rayon entier de livres de photographies d’enfants, pratiquement sans texte, suivant le modèle de l’album de famille (parfois de familles réelles, parfois composées d’éléments divers). Koji Yasukochi a photographié, de manière très classique, les mêmes enfants à des âges divers. Takashi Homma a photographié une fille, qu’il fait passer pour sienne, dans toutes les situations de la vie quotidienne (Tokyo and my Daughter, 2006), de même que Kotori Kawashima, dont le Mirai Chan 2011, est devenu un best-seller.

Comment expliquer ce succès ? Peut-être par la crise du Shōshika shakai, période de dénatalité que certains ministres comparent à la chute de l’empire romain. Leur discours s’adresse aux femmes, de manière plus ou moins injonctive : elles doivent avoir des enfants pour le bien-être de la nation. Il n’y a pourtant aucune tolérance pour les naissances hors mariage. Le gouvernement a créé, dans les années 2000, la semaine de la famille, pour encourager la natalité. Les jeunes mères sont souvent isolées et cette campagne est censée y remédier en suggérant d’« élever les enfants ensemble ». Les livres de photographies d’enfants contribuent-ils à ces encouragements ?

 

  • Publications documentaires

Très nombreuses et commercialisées avec succès, elles montrent le monde de l’enfance (images d’archives, pages de journal, publicités…) à une période donnée, avec des légendes très minces. Elles illustrent la vie quotidienne et les évènements majeurs qui ont marqué la période définie. L’histoire du pays est revisitée à travers les enfants.

On peut citer entre autres : Kodomotachi no Shōwashi [Children of the Shōwa Period] (Taira, 1984), Nihon no KodomotachiKodomo no Ayumi [Japanese Children – The Evolution of the Child] (Iwamoto, Suzuki and Nagashima, 1996), and Shashin ga Kataru: Kodomo no 100 Nen [Photographic Stories: Children in the Past Hundred Years] (Murakami, 2002).

  • Catalogues d’expositions

Plusieurs expositions, depuis les années 2000, ont été consacrées au thème de l’enfance dans l’art. La première exposition, centrée sur l’art japonais, intitulée « Wonder and Joy, Children in Japanese Art » au Musée National de Tokyo en 2001 pour célébrer la grossesse de la princesse impériale, a proposé une sélection et une présentation totalement dénuées de sens critique. Par la suite ont été montées des expositions sur les collections du Rijksmuseum puis du Louvre.

Parallèlement sont apparues des expositions de photos d’enfants, d’abord autour d’une agence de presse rassemblant 70 ans de photos. Cette tendance s’accompagne d’une critique de la baisse de la natalité, présentée comme la source des problèmes actuels des enfants, y compris de la pauvreté… A suivi, en 2011, un

triptyque « photographies d’enfants » au Musee Metropolitain de la Photographie à Tokyo en 2011, divise en trois expositions : enfants et guerre, l’art de photographier les enfants et l’enfant en nous; l’exposition « les enfants du Japon : 60 ans » par la Societe des Photographes Professionnels du Japon, qui a donné lieu ensuite à  l’exposition itinerante « Scenes de l’enfance : 60 ans » montee par la Fondation du Japon, entre 2006 et 2011 (montée 32 fois dans 19 pays) ; « Go-Between : le monde vu par les enfants » au musee d’Art Mori à Tokyo en 2014.  Certaines de ces expositions incluent des images japonaises et étrangères. Ces expositions ont toutes publie un catalogue qui s’ajoute à la liste de livres de photographies d’enfants produits au Japon ces dernières décennies.

Ken Domon, Les enfants de Chikuho, 1984

Ces trois types d’ouvrages remplissent les rayons des librairies japonaises, Ces photographes ou les commissaires d’exposition ont-ils conscience de participer à une politique nataliste ? Parfois, c’est explicite, parfois non.

 

Références bibliographiques

Bennett, T. (1996) Early Japanese Images. Rutland: Tuttle.

Burke, C. and Ribeiro de Castro, H. (2007) The School Photograph: Portraiture and the Art of Assembling the Body of the Schoolchild. History of Education: Journal of the History of Education Society. 36 (2), pp. 213-226.

Cabinet Office, Japan (2015) Kazoku no Hi” “Kazoku no Shūkan” Jisshi Yōkō [Guidelines for the Implementation of the “Family Day”, “Family Week”] [online]. Tokyo: Cabinet Office. Available from http://www8.cao.go.jp/shoushi/shoushika/family/youkou-27.html [Accessed 23 July 2015].

Chappell, D., Chappell, S. and Margolis, E. (2011) School as Ceremony and Ritual: How Photography Illuminate Performances of Ideological Transfer. Qualitative Inquiry. 17 (56), pp. 56-73.

Chen, S.-J. (1996) Positive Childishness: Images of Childhood in Japan. In: Hwang, P., ed. (1996) Images of Childhood. Mahwah: Lawrence Erlbaum Associates, pp. 113-127.

Conant, E. (2006) Japan ‘Abroad’ at the Chicago Exposition, 1893. In: Conant E. ed., (2006) Challenging Past and Present: The Metamorphosis of Nineteenth-Century Japanese Art. Honolulu: University of Hawai’i Press, pp. 254-280.

Cook, T. (2005) “Making Soldiers”: The Imperial Army and the Japanese Man in Meiji Society and State. In: Molony, B. and Uno, K., eds. (2005) Gendering Modern Japanese History. Cambridge and London: Harvard University Press, pp. 259-294.

Coulmas, F. (2007) Population Decline and Ageing in Japan: The Social Consequences. London and New York: Routledge.

Domon, K. (1960) Chikuhō no Kodomotachi [Children of Chikuhō]. Tokyo: Patoria Shoten.

Domon, K. (1960) Rumie-Chan. [photograph]. In: Domon, K. (1995) Ken Domon no Shōwa. Vol. 2: Kodomotachi [Children]. Tokyo: Shōgakukan, p.113.

Domon, K. (1960) Rumie-chan wa Otoosan ga Shinda. Zoku Chikuho no Kodomotachi [Rumie’s Father is Dead. The Children of Chikuhō Continues]. Tokyo: Tsukiji Shokan.

Domon, K. (1960) Rumie’s Father is Dead [photograph]. In: Domon, K. (1960) Rumie-chan wa Otoosan ga Shinda. Zoku Chikuho no Kodomotachi [Rumie’s Father is Dead. The Children of Chikuhō Continues]. Tokyo: Tsukiji Shokan, p.81-82.

Domon, K. (1983-1984) Koji Junrei [Pilgrimage to the Old Temples]. Tōkyō: Shōgakukan

Domon, K. (1995) Ken Domon no Shōwa. Vol. 2: Kodomotachi [Children]. Tokyo: Shōgakukan.

Domon, K. (1995) Ken Domon no Shōwa. Vol. 5: Nihon no Butsuzō [Japanese Buddhist Images]. Tokyo: Shōgakukan.

Domon, K. (2000) Shōwa no Kodomo [Child of the Shōwa period]. Tokyo: Shōgakkōkan.

Domon, K. (2002) Wanbaku Kozou ga Ita [Little Rascals]. Tokyo: Shōgakkōkan.

Domon, K. (2006) Ken Domon: Kodomotachi [Ken Domon: Children]. Tokyo: The Photography Pavillon Best Library

Galbraith, P. (2011) Lolicon: The Reality of Virtual Child Pornography in Japan. Image and Narrative. 12(1), pp. 83-114.

Garon, S. (1997) Molding Japanese Minds: The State in Everyday Life. Princeton: Princeton University Press.

Gordon, J. (2005) The Crumbling Pedestal: Changing Images of Japanese Teachers. Journal of Teacher Education. 56, pp. 459-470.

Grosvenor, I. (1999) On Visualising Past Classrooms: Photographs and the History of Education. In: Grosvenor, I., Lawn, M. and Rousmaniere, K., eds. (1999) Silences and Images. The Social History of the Classroom. New York: Peter Lang, pp. 83-104.

Grosvenor, I. (2010) The School Albums: Images, Insights and Inequalities. Educació i Història: Revista d’Història de l’Educació. 15, pp. 149-164.

Hasegawa, Y. (2002) Post-Identity Kawaii: Commerce, Gender and Contemporary Japanese Art. In: Lloyd, F., ed. (2002) Consuming Bodies: Sex and Contemporary Japanese Art. London: Reaktion Books, pp.127-141.

Higonnet, A. (1998) Pictures of Innocence- The History and Crisis of Ideal Childhood. London: Thames and Hudson.

Himeno, J. (2004) Encounters with Foreign Photographers: The Introduction and Spread of Photography in Kyūshū. In: Rousmaniere, N. C. and Hirayama, M., eds. (2004) Reflecting Truth: Japanese Photographs in Nineteenth Century. Amsterdam: Hotei, pp. 18-29.

Hoffman, L. (2002) Why High Schools Don’t Change: What Students and their Yearbooks Tell us. The High School Journal. 86 (2), pp. 22-37.

Holland, P. (2004) Picturing Childhood: The Myth of the Child in Popular Imagery. London: I.B. Tauris.

Iwamoto T., Suzuki R., Nagashima T. et al., eds. (1996) Nihon no Kodomotachi [Japanese Children].  Vol. 5: Kodomo no Ayumi [The Evolution of the Child]. Tokyo: Nihon Tosho Sentā.

Japan Foundation (2006) Scenes of Childhood: Sixty Years of Postwar Japan. Available from: http://www.jpf.go.jp/e/culture/exhibit/oversea/traveling/child.html [Accessed 8 October 2012].

Jolivet, M. (1997) Japan: The Childless Society?. The Crisis of Motherhood. London and New York: Routledge.

Jones, M. (2010) Children as Treasures: Childhood and the Middle Class in Early Twentieth Century Japan. Harvard: Harvard University Asia Centre.

Ken Domon Museum (2012) Ken Domon Museum of Photography. Available from: http://www.domonken-kinenkan.jp [Accessed 08 October 2012].

Kinsella, S. (2002) What’s Behind the Fetishism of Japanese School Uniforms?. Fashion Theory. 6 (2), pp. 215-238.

Kumon Children’s Research Institute, ed. (1998) Children Represented in Ukiyo-e: Japanese Children in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. Japan Foundation and Kumon Institute of Education: Tokyo.

Lewis, C. (1995) Educating Hearts and Minds: Reflections on Japanese Preschool and Elementary Education. Cambridge: Cambridge University Press.

Li, S.-C. (2012) Images of Children in Modern Art in Taiwan: Public Messages Concealed in Private Depictions. In: Nakamura, T., ed. (2012) Images of Familial Intimacy in Eastern and Western Art. Leiden: Brill, pp.249-286.

Margolis, E. (2000) Class Pictures: Representations of Race, Gender and Ability in a Century of School Photography. Education Policy Analysis Archive. 8 (31), pp.1-28.

Margolis, E. and Fram, S. (2007) Caught Napping: Centuries of School Surveillance, Discipline and Punishment. History of Education. 36 (2), pp. 191-212.

Montoya, A. (2013) Sensei in the Picture: Teachers and Pupils in Japanese School Album Photographs (1942-2010). In: Damrow, M. and Hearn, H., eds. (2014) Conflicts in Childhood. Oxford: Inter-Disciplinary Press, pp. 197-206.

Ohinata, M. (1995) The Mystique of Motherhood: A Key to Understanding Social Change and Family Problems in Japan. In:  Fukimura-Fanselow, K. and Kameda, A., eds. (1995) Japanese Women: New Feminist Perspectives on the Past, Present and Future. New York: The Feminist Press, pp. 199-212.

Rose, B. (1992) Tsuda Umeko and Women’s Education in Japan. New Haven: Yale University Press.

Shibahara, T. (2010) Through Americanized Japanese Woman’s Eyes: Tsuda Umeko and the Women’s Movement in Japan in the 1910s. Journal of Asia Pacific Studies. 1(2), pp.225-234.

Sutton, M. (2009) Lowest-Low Fertility in Japan: Consequences for A Once-Great Nation. Bulletin of Geography. 12 (1), pp. 61-73.

Suzuki, K. (1995) Women Rebuff the Call for More Babies. Japan Quaterly. 42(1), pp.14-20.

Suzuki, R., Iwamoto, T., Nagashima, T., et al. eds. (1996) Nihon no Kodomotachi [Children of Japan]. Vol.2: Shashin Kaiga Shūsei: Kin-Gendai o Ikiru [Collection of Photographs: Living the Modern Period]. Tōkyō: Nihon Tosho Sentā.

Taira, T. (1986) Kodomotachi no Shōwashi [Children of the Shōwa Period]. Tokyo: Ōtsukishoten.

Takeda, H. (2005) The Political Economy of Reproduction in Japan: Between Nation-State and Everyday Life. London and New York: Routledge Curzon.

Tokyo Metropolitan Museum of Photography (2011) Kodomo no Jyōkei [Photographs of Children]. Tokyo: Tokyo Metropolitan Museum of Photography.

Tokyo National Museum (2001) Bijutsu no Naka no Kodomotachi: Tokubetsuten [Wonder and Joy: Children in Japanese Art]. Tokyo: Tokyo National Museum.

Tsuneyoshi, R. (2007) L’esprit de Groupe et l’École Japonaise. In: Lévi Alvarès, C. and Sato, M., eds. (2007) Enseignants et Ecoles au Japon: Acteurs, Système et Contexte. Paris: Maisonneuve et Larose, pp. 137-155.

Tsuya, N. and Oppenheim Mason, K. (1995) Changing Gender Rules and Below-Replacement Fertility in Japan. In: Oppenheim Mason, K. and Jensen, A.-M., eds. (1995) Gender and Family Changes in Industrialized Countries. Oxford: Clarendon Press, pp. 139-167.

Ueno, C. (1994) The Modern Family in Japan: Its Rise and Fall. Melbourne: Trans Pacific Press.

  1. and Vartanian, I., eds. (2009) Japanese photobooks of the 1960s and ’70s. New York: Aperture, pp. 11-23.

Wilkes-Tucker, A. and Junkerman, J., eds. (2003) The History of Japanese Photography. New Haven: Yale University Press.

Yamagata-Montoya, A. (2016) Scenes of Childhood: Exhibiting Childhood as National Imagery. Mutual Images Journal [Online]. 1, pp.154-171. [Accessed 29th August 2016].

Yamagata-Montoya, A. (2016) Girls on a Mission: Photographs of Japanese Girls in Late Nineteenth Century America. The Example of the Iwakura Mission (1871). Acta Asiatica Varsoviensia, 29, pp.177-197.

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *