Premières Assises de la littérature de jeunesse (4/4)

Ce billet a été rédigé par Bérénice Waty, que nous remercions.

La dernière table ronde, intitulée « Médiation », accueillait Françoise Legendre (inspectrice générale des bibliothèques), Brigitte Réauté (représentante de l’Education nationale, plus spécifiquement dédiée au bureau des collèges), Sébastien Féranec (professeur documentaliste), l’auteur Jo Hoestlandt, sous la houlette de Zaïma Hamnache (responsable du secteur formation, CNLJ-BnF).

Zaïma Hamnache introduit son propos en annonçant qu’il s’agit maintenant « de parler des enfants et des adolescents » – il était un peu temps… Elle souligne, comme d’autres avant elle, qu’il est essentiel de connaître les pratiques juvéniles et que la professionnalisation des médiateurs du livre est primordiale. Françoise Legendre a participé à la rédaction de nombreux rapports sur les bibliothèques et est présentée comme une spécialiste de la médiation en bibliothèque jeunesse. Selon elle, la médiation est une présence humaine, qui est rendue possible grâce aux 7000 bibliothèques-médiathèques et 9000 autres points d’accès au livre en France : cette présence forte sur le territoire national offre une alternative en étant un « lieu non commercial » qui permet de séjourner sans être forcément inscrit, qui permet d’être indépendant et de flâner seul sans être importuné. Selon elle, la médiation pourrait s’apparenter à « un voisinage » : entre les publics, entre les genres littéraires, entre les domaines (livres, musiques, film, presse, activités) ; il s’agit là d’une offre de « braconnage dans ces choix ouverts ». Les bibliothécaires sont présentés comme des professionnels qui font des choix documentaires (en fonction de plusieurs contraintes, dont celles budgétaires ou sociétales) ainsi que des choix patrimoniaux (l’idée étant de conserver dans le temps des ouvrages pour leur valeur historique, pour leur spécificité littéraire et graphique). Activité humaine donc que celle de ces professionnels, qui souvent sont « invisibles », quand le bibliothécaire aide pour faire des devoirs, fait une proposition de lecture, et qui développe des relations dans le temps et la durée avec les jeunes usagers. Françoise Legendre évoque des expériences, où des enfants et des personnes âgées échangent sur la lecture, où la musique se mêle au livre, où les usagers co-construisent les nouveaux espaces ou les collections avec les bibliothécaires. De son côté, Brigitte Réauté développe trois défis qui se présentent à l’Éducation nationale :

– 1er défi : des interlocuteurs très différents à prendre en compte. Des élèves pour qui parfois lire est repoussoir, des enseignants et notamment les professeurs-documentalistes qui travaillent avec leurs collègues et les enfants, des parents qui attendent une utilité liée à la pratique de la lecture ; le pari serait alors de développer le plaisir de lire ou avec l’objet-livre, tout en s’affirmant dans un objectif de savoir et d’utilité scolaire.

– 2ème défi : une littérature de jeunesse mal connue. Beaucoup d’enseignants ne la connaissent pas, certains peuvent même la voir comme un objet de défiance, de méfiance par rapport à certains thèmes traités ou à sa qualité. Il faut aussi faire avancer l’idée d’une littérature de jeunesse, à la fois patrimoniale avec ses « classiques » et en même temps actuelle, de son temps. Le rôle de l’Éducation nationale est de créer un compagnonnage entre les programmes et cette littérature, tout en n’omettant pas le plaisir du lecteur.

– 3ème défi : avoir ou mettre les moyens. L’Éducation nationale apporte son soutien à des associations, à des concours autour du livre, à des Prix littéraires ; elle propose des sélections de titres, comme Lectures pour les collégiens en 2010. Elle invite dans ses murs des écrivains dans le cadre de manifestations « où le lire n’est pas disjoint de l’écrire », « où on n’est pas en cours » et où « on interdit le crayon rouge » (ça fait un peu peur sur l’approche festive de la rencontre).

L’intervention de Sébastien Féranec vient compléter la présentation précédente, puisqu’il relate sa pratique de professeur-documentaliste dans un établissement et l’expérience qu’il mène avec « Croq Lecture ». Son idée initiale était de rendre vivante la littérature de jeunesse en se fixant des objectifs : améliorer le niveau des élèves, développer leur esprit critique en leur apprenant à argumenter leurs points de vue. Il s’impliquait dans une dynamique collective, avec les élèves, mais aussi avec ses collègues enseignants de lettres, cherchant ensemble à faire aboutir une « politique active de la littérature jeunesse » au sein de leur collège dans le 95. Il s’est équipé d’une méthodologie : se fixer entre 10 et 18 ouvrages à lire par an, tout en adaptant les lectures aux niveaux des élèves, mais aussi en étudiant tous les types et les genres de livres (les manga par exemple) ; enfin, son groupe participait à des Prix littéraires. Depuis 7 ans l’opération « Croq Lecture » compte plus de 140 interventions d’auteurs et des centaines de chroniques d’élèves. Véritables critiques amateurs, ces jeunes lisent les ouvrages, font des recherches autour des auteurs, rédigent eux-mêmes la chronique et passent devant la caméra pour être filmés, avant que la vidéo ne soit diffusée sur une chaîne YouTube dédiée. Il est intéressant de constater que durant cette journée, ce sont les jeunes – représentés par un enseignant – qui finalement sont ceux qui permettent d’aborder la question de la critique littéraire, par trop absente dans ces Assises. Si Sébastien Féranec semble épanouit avec cette opération, si l’on sent sa fierté à nous projeter quelques minutes d’une vidéo, il n’en reste pas moins dans le concret : sans les prêts ou les dons des éditeurs, il ne pourrait poursuivre son action ; l’Éducation nationale manque de moyens et plus globalement « l’absence d’un plan lecture » se fait criante ; il fallait avoir le courage de faire ce constat, avec une représentante de son Ministère à ses côtés. Enfin, l’auteur Jo Hoestlandt, dans une approche très personnelle, a évoqué les rencontres avec les scolaires qu’elle mène depuis de nombreuses années. Revenant sur sa propre jeunesse, elle relate son « offre initiale » constituée de 3 livres de Prix chez sa grand-mère, d’un dictionnaire chez ses parents et du magazine Mickey qu’elle achetait toutes les semaines. Elle explique son attrait pour les rencontres avec les enfants par le fait qu’elle n’a pas eu accès ni aux livres ni à la présence d’un écrivain dans sa jeunesse. Cette table ronde dédiée à la médiation m’a laissée un peu sur ma faim, à l’heure des Booktubeuses vénérées sur le Net et avant elles des blogueuses encensées dans les médias. Le panorama dressé par la représentante du ministère de la Culture avait des données chiffrées mais ne relataient pas les difficultés quotidiennes des bibliothécaires, les restrictions budgétaires nombreuses, l’accumulation de tâches (promouvoir la lecture publique, toucher les publics non-usagers, lutter contre l’illettrisme, augmenter les plages horaires d’ouverture la nuit et le week-end, se mobiliser en faveur des personnes sans emploi, former les personnels « petite enfance » des maternelles et les animateurs scolaires à la littérature de jeunesse, etc.). Enfin, jamais n’a été abordée la question de la réception par les enfants eux-mêmes, ou tout du moins une interrogation quand aux effets – positifs ou moins – de cette médiation : où sont les évaluations de ces actions menées par l’Éducation nationale, par la Culture ?

Vincent Montagne (Président du SNE) avait pour mission de proposer « conclusion et perspectives ». Ces dernières paraissent prometteuses, à savoir l’organisation d’une suite à ces 1ères Assises, avec une seconde rencontre dont l’idée est acceptée unanimement et durant laquelle le thème de la « formation » sera abordé. Le pari est donc gagné, celui d’une reconnaissance à la littérature de jeunesse qui passerait par la structuration de ses acteurs, au-delà d’un secteur purement marchand et économique, mais en s’interrogeant aussi sur les définitions de la créativité ou les nouveaux métiers à créer. Les Assises, d’aujourd’hui ou de demain, doivent permettre de mieux « se connaître, se faire connaître et se faire reconnaître ». Selon Vincent Montagne, les auteurs et les éditeurs seraient des « industriels et artisans, des preneurs de risques et des créateurs », son message se veut fédérateur et limitant toutes les questions polémiques ; on lui répondra qu’il aurait aussi pu évoquer les médiateurs, les formateurs, les lecteurs dans son approche. Il présente la lecture comme un « antidote » à l’éparpillement et à l’instantanéité, car elle promeut le temps long, la réflexion : là encore, il est délicat de souscrire à ce poncif mais c’est sans doute la mission du Président du SNE d’asséner cette idée. Avant de conclure, il parle du Prix Vendredi[1], crée cette année, à destination des adolescents, évoquant le partenariat SNE-Fondation La Poste, surlignant l’hommage à Michel Fournier.

À 17h30, la séance est levée et le public est invité à aller visiter les salles du CNLJ.

*********************

Personnellement, ces 1ères Assises ont été intéressantes, cette réunion plénière des acteurs de la chaîne du livre de jeunesse ayant permis de mettre en présence plusieurs métiers, plusieurs personnages, plusieurs maillons d’un secteur qui ne se veut pas uniquement économique. Si les 2nd Assises semblent acquises, il faudra peut-être rebondir sur la proposition de Vincent Monadé du CNL pour accueillir entre temps les protagonistes et défricher au maximum : là où les éditeurs parlaient d’« échanger », des auteurs membres de la Charte employaient le verbe de « négocier », la nuance paraissant de taille[2].

Fréquentant peu le SNE et encore moins sa branche édition jeunesse, j’ai trouvé frappant la facilité de parole des auteurs, ainsi que celle dessinée des illustrateurs qui ont été de vrais acteurs du débat (l’image du gros chat et de la petite souris par Gilles Bachelet). Ils parlent avec aisance, ils ne sont pas impressionnés par le public massé devant eux (pas évidente la scène de l’auditorium de la BnF), ils évoquent leur quotidien mais font preuve de réflexivité ou ont senti les moments de tensions entre les éditeurs et le public. Je ne suis pas sûre que des auteurs en littérature générale, des « grands romanciers » aient forcément cette aisance, cette envie aussi de parler de son métier, de l’acte créatif et des tractations pour parvenir à la publication d’un ouvrage après une « succession de petits miracles » (François Place).

J’y ai vu des manques, comme déjà énoncés : rien sur la formation et les besoins de formation variés entre les acteurs ; très peu sur la critique littéraire qui, pour partie, légitimerait cette production artistique en attirant l’attention des publics et des médias sur les ouvrages et auteurs[3]. En guise de clin d’œil (pas si symbolique que cela), on retiendra Sylvie Vassallo qui pointe qu’on parle d’auteurs jeunesse et non d’écrivains. Cela permettrait aussi, peut-être, d’arrêter de toujours marteler que « la lecture améliore la vie » des jeunes ou vanter « la littérature éducative » (Thierry Magnier) : la promotion du livre de jeunesse doit-elle se fonder sur ce credo utilitariste et jamais concevoir que lire pourrait être ludique, gratuit, pour occuper un temps vide ou libre ? Néant sur la réception par les jeunes eux-mêmes. Mais on pourra aussi souligner l’absence de questionnements ou remarques sur les « revenus connexes » (expression de Nicolas Georges, du ministère de la Culture- DLL) avec les licences, les livres-jouets, ou comme Mathilde Lévêque le pointait, l’absence des principales licences bankable autour de la table des discussions.

On veut croire à ces 2nd Assises prochainement (aucune date n’a été évoquée) et on serait tentée de reprendre le « chiche » de Vincent Monadé, et ce en dépit des soucis, limites ou améliorations évoqués, touchés du doigt ou tus. Ces 1ères Assises, en parlant beaucoup de « méconnaissance » de la littérature de jeunesse dans la société, permettront peut-être qu’on la connaisse mieux et qu’on la re-connaisse surtout. Le chemin est long mais « chiche » !

[1] « J’en ai marre que les livres pour enfants n’existent qu’au moment du Salon de Montreuil ou à Noël. Si l’on peut faire un prix où l’on parlera vraiment de littérature, les médias porteront alors peut-être un regard différent… ». À lire : Eddie Breuil, « Entretien avec Thierry Magnier. Mettre à plat toute la chaîne de la profession », La Quinzaine littéraire, 01-15/10/2017, n°1180, p.6-7

[2] L’article publié dans le journal Le Monde à l’occasion de cette rencontre replace les termes du débat et préfigure des difficultés à dialoguer : « longue complainte », « précarité », « discrimination inacceptable » évoquent les auteurs et illustrateurs, « façon complètement arriérée » vaut pour les éditeurs ; la conclusion est pessismiste : « la voie d’un compromis semble loin d’être tracée ». Nicole Vulser, « Livres pour enfants : le blues des auteurs et illustrateurs », Le Monde, 03/10/2017.

[3] « Les choses bouge(raie)nt doucement » avec plusieurs émissions télévisuelles comme « Contes de Tiji », « La cabane à histoires » ; pour Denis Cheissous « la faible présence du livre jeunesse dans les médias n’est pas une fatalité » et représente « le manque d’ambition du secteur pour la faire connaître ». Voir Pierre Combet, « Le livre jeunesse cherche la lumière », Livres Hebdo, 29/09/2017, n°1143, p. 24-26.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *