Premières Assises de la littérature de jeunesse (3/4)

Ce billet a été rédigé par Bérénice Waty, que nous remercions.

Intitulé « Diffusion/distribution ; trois présentations », cet atelier n’accueille aucun auteur ni illustrateur, et se tient sans modérateur : étonnant s’il en est, le sujet est vaste et pluriel, riche et potentiellement polémique, bref il aurait mérité un vrai cadrage. Ces trois présentations ont été le fait d’Amanda Spiegel, libraire, Bruno Caillet, directeur de la diffusion du groupe Madrigall et Jean-Luc Treutenaere, directeur des relations extérieures du groupe Cultura. Trois professionnels, trois personnages pourrait-on dire aussi, qui représentent le monde de la distribution avec un effet de grand écart indéniable : Amanda Spiegel est à la librairie Folies d’Encre à Montreuil qui compte 10 libraires, alors que Jean-Luc Treutenaere travaille dans un groupe qui emploie 3500 collaborateurs dans plus de 80 magasins ; c’est en cela qu’un modérateur aurait pu pointer les éléments de contexte, ceux qui réunissaient les intervenants et ceux qui ne permettaient pas de se comparer – écueil inévitable dans ce genre de raout où l’on sent que la « profession » se met un peu parfois en scène et règle quelques comptes de manière plus ou moins élégante. Si Samantha Bailly le matin avait été chaleureusement applaudie par ses camarades de combat, Amanda Spiegel le fût tout autant l’après-midi, la figure quasi angélique de la « petite libraire de quartier » fonctionnant pleinement face au mastodonte quasi méchant de la grande surface spécialisée ; dont acte, mais cela peut-être nous éloigne des échanges et de la co-construction avec tous les acteurs de la chaîne du livre de jeunesse, tant demandés et essentiels.

Mais il faut concéder qu’Amanda Spiegel maîtrise l’art oratoire et sait intéresser – voire réveiller, il était plus de 16h – un public. Pour être librairie, « l’amour des livres » est fondamental, assène-t-elle d’entrée de jeu. Apparemment la salle partage cette conviction, au-delà même, avec tous les acteurs de la chaîne du livre. Dans son introduction, elle présente son établissement et s’attarde sur la Loi Lang, promue par la force de conviction d’un Jérôme Lindon à l’époque. Si cette loi est relative au prix du livre et limite les effets de la concurrence pour protéger la filière, elle est aussi un moyen de préserver le métier de libraire, qui s’exerce dans des magasins de tailles très variées, avec des capitaux de départ très contrastés, que l’on soit détaillant spécialisé ou de la grande distribution. Cette loi permet de fixer la remise de l’éditeur faite au libraire, qui en échange lui propose des services et leur permet de collaborer activement. Attestant d’un manifeste d’une politique culturelle en action, cette loi, suivie d’autres, ont permis à la France d’avoir un maillage territorial très dense : aujourd’hui, 40% des ventes se font dans les librairies, établissements qui se réinventent plus ou moins actuellement, notamment dans les relations avec les éditeurs et diffuseurs, mais aussi avec les collectivités territoriales et les nouvelles habitudes des lecteurs-consommateurs. Amanda Spiegel parle de son métier comme celui d’un « manutentionnaire intellectuel », donnant souvent des références ou images du quotidien de sa profession (porter des cartons, les vider, faire des tables de présentation, remplir les cartons pour les retours aux éditeurs). Le développement de son intervention s’adresse à l’ensemble des acteurs avec lesquels les libraires dialoguent et travaillent chaque jour, sous une forme originale, celle de lettres, plus ou moins ouvertes : elle interpelle les pouvoirs publics en évoquant la gratuité des livres scolaires, qui représente une perte financière pour sa profession, mais aussi une perte symbolique, celle de la venue en librairie de familles pour venir acheter ces ouvrages, pour découvrir la librairie. Elle rappelle aux élus locaux et aux décideurs territoriaux que les centres-villes nationaux se meurent et que les augmentations des prix des locations et des baux hypothèquent fortement la création ou le maintien de librairies. La notion de « show-roomisation » lui permet d’aborder la concurrence d’Internet : les gens viendraient regarder les ouvrages en librairies, les feuilleter, les z’yeuter avant que de ne faire leurs achats in fine sur de grandes plateformes commerciales en ligne. Au monde des bibliothèques, elle renvoie le système d’appels d’offres et l’accentuation des concentrations de groupes au détriment des librairies de proximité, qui ne peuvent répondre à ces cahiers de charge complexes. Aux auteurs et illustrateurs, elle adresse un cri d’amour, « sans vous rien ! », indiquant que Folies d’Encre en accueille une soixantaine par an dans es murs. Cependant, en s’appuyant sur un décompte financier finement évocateur, elle explicite combien une séance de dédicace – même voulue et plébiscitée, même vitale pour sa librairie –  lui coûte au final : vendre 40 exemplaires est un maximum, il faut installer les chaises, préparer les ouvrages de l’auteur, aller le chercher à la gare, voire le loger à l’hôtel et/ou l’inviter à dîner ensuite, cela fait des horaires supplémentaires aux personnels ; rien n’est simple, ni gratuit. Avec les éditeurs et diffuseurs, elle se fait plus revendicative : la remise accordée par l’éditeur au libraire coïncide avec le gain de ce dernier sur la vente d’un livre et donc constitue son chiffre d’affaires ; avec des remises entre 25 et 40%, cela n’est guère possible selon elle, estimant qu’en dessous de 36% « c’est impossible de s’en sortir ». Elle leur demande des représentants, des commerciaux « formés », afin d’établir une vraie confiance et d’être aidée par de vrais professionnels. Par la suite, elle précise que « ni les murs ni les trésoreries ne sont élastiques chez les libraires ». Enfin, elle s’adresse aux étudiants qui sont souvent une main-d’œuvre contractuelle en CDD et qui permet aux libraires d’assumer l’ensemble de leurs tâches. C’est peu dire qu’elle a été fortement applaudie.

Durant la matinée, Jeanne Benameur et Thierry Magnier avaient parlé d’une « prise de risques » du côté des éditeurs et des auteurs ou illustrateurs ; Samantha Bailly, au nom de la Charte, estimaient que les premiers en prenaient moins que les seconds. Sur plusieurs aspects évoqués par Amanda Spiegel, on serait tentée d’en faire autant et de parler du « choix » à faire profession de libraire, à parler de prise de risques assumée ; comme l’a dit l’auteure de Les demeurées, personne ne contraint personne et si c’est « l’amour des livres » qui est le plus puissant levier, il faudrait alors assumer les choix et les difficultés ; mais la libraire de Montreuil ne veut pas les subir, en tout cas pas les subir sans les évoquer, voire sans en débattre avec d’autres acteurs de la chaîne du livre… Les 1ères Assises auront aussi servi à suggérer des sujets – nombreux – d’échanges à venir. Soulignons aussi que d’autres professions connaissent elles aussi l’avènement des appels à projets, comme le milieu universitaire, et que le monde des bibliothèques se qualifie souvent comme celui des « lettrés et des techniciens »[1]. Sans émettre de jugement sur ces nouvelles modalités de travail et les difficultés qu’elles engendrent ou engendreraient, le quotidien dépeint par Amanda Spiegel n’est pas, hélas, l’apanage des libraires.

L’intervention de Bruno Caillet sera plus rapide et moins militante. Lui aussi avait prévu d’initier son propos en revenant sur la Loi Lang de 1981, l’environnement juridique et les usages professionnels qu’elle a produits. Une slide de son Powerpoint explicite ces points en évoquant des « délais de paiement allongés » et des « conditions commerciales (remises libraires) encadrées par des critères quantitatifs et qualitatifs », parmi lesquels les « offices », le droit de retour des invendus sur offices ou les « ventes aux collectivités réalisées par les libraires ». Il prend le temps d’apporter deux définitions, importantes pour les échanges : la diffusion est « l’ensemble des opérations commerciales et marketing mises en œuvres par les éditeurs, dans les différents réseaux de vente », alors que la distribution est « l’ensemble des opérations logistiques, informatiques et comptables permettant le stockage, le traitement, l’expédition et la facturation des commandes ». On lui sait gré de ces précisions, permettant de limiter les effets d’un entre-soi du monde de l’édition et de la vente qui a pu se faire sentir, à plusieurs reprises[2]. Bruno Caillet présente des chiffres relatifs à la répartition des ventes de livres de jeunesse par réseau, valables à la fin 2016 : 20,37% des parts des ventes sont assurés les « librairies de 1er niveau », 23,79% par les « librairies de 2nd niveau et Internet », 25,89% par les « GSS Culturelles » et enfin 29,95% par les « GSA »[3]. Il précise que grosso modo Internet représente 15% des ventes. Il revient sur les chiffres de la production en indiquant que 756000 références seraient disponibles au catalogue et qu’il y aurait 68000 nouveautés par an. Sans évoquer le terme de surproduction, il estime que la connaissance des catalogues éditeurs et de la totalité des productions sont indispensables pour les acteurs de son secteur. Vient le tour ensuite de Jean-Luc Treutenaere, qui présente dans son introduction sa société : 1/10 livres jeunesse vendus en France, annuellement, se fait chez Cultura ; 40% des activités de son groupe concernent le rayon livres ; ses magasins proposent des allées larges et de grandes tables pour présenter au mieux les ouvrages, à la fois les « best-sellers qui sont mis en avant » mais aussi les « autres livres » ; ses libraires sont des « collaborateurs formés » qui connaissent la littérature de jeunesse et qui peuvent proposer des ateliers afin de « fidéliser la clientèle » mais aussi de « faire évoluer la gamme, de tirer vers le haut ». Assumant son identité de groupe commercial, il ne se cache pas de leur objectif (« s’ils viennent petits chez Cultura, on pourra peut-être les garder quand ils seront plus vieux ») et développe une approche quasi sociologique des achats en livres de jeunesse : ses libraires ont des « coups de cœur » et parlent avec les clients, enfants et parents (« 15% des clients sont des femmes »), en assumant ainsi leur rôle de prescripteurs ; mais ils font face aussi à des enfants qui savent ce qu’ils veulent, avec beaucoup de licences mais pas exclusivement ; tout en devant parfois aider des parents à choisir un livre comme « un sèche-pleurs », un achat non réfléchi pour calmer l’enfant, ou pour satisfaire son caprice. Cultura a crée récemment le « Prix Talents » qui se réparti en quatre sections d’âges, autour d’albums et de romans, le dispositif se déclinant au moment de la rentrée littéraire.

Dans cette table ronde, il s’est agi de voir trois façons de faire un même métier ou de naviguer dans la diffusion ou distribution des livres : des convergences les rapprochaient, et des différences aussi se faisaient sentir. Chacun pourra développer ses impressions sur ces trois manières d’être libraires ; cette table ronde n’aura pas le droit d’échanger avec le public, l’horaire avançant et le retard sur le programme grandissant.

[1] Voir Jean-Pierre Durand (et all.), Bibliothécaires en prospective, Paris MCC-DEPS, 2006.

[2] Les Assises impliquaient que les « professionnels parlaient aux professionnels », cependant différentes communautés y assistaient également et il s’est avéré que durant la journée, à plusieurs reprises, des précisions, des présentations auraient permis à tous – et toutes, le public étant majoritairement féminin – d’être à égalité dans la compréhension des informations. À titre d’exemple, on évoquera l’expression « qu’on ne présente plus… », au sujet de plusieurs intervenants, sans aucun doute connus de leur milieu professionnel, mais pas forcément par l’ensemble du public, plus ou moins néophyte.

[3] Voir remarque ci-dessus. GSS, soient les grandes surfaces spécialisées, GSA, soit la grande distribution. On pourra se reporter à un billet sur le site web du SNE pour plus de précisions : « Une organisation et des structures complexes », (09/07/2014). En ligne : http://www.sne.fr/etre_editeur/diffusion-2/


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *