Mémoires en représentation. Les grandes figures du passé et les héros – référents en Europe au début du XXIe siècle

Journée d’études de l’Université de Strasbourg

Septembre/Octobre 2009

Organisée par le Groupe FARE : Michel Fabréguet / Danièle Henky

Les titres de la « Bibliothèque morale de la jeunesse » que publie de 1850 à 1900 Mégard et Cie – un important éditeur provincial de littérature pour la jeunesse – laissent entrevoir une étrange persistance des contenus et des auteurs. Ils correspondent à ce que proposaient les pédagogues catholiques du début du XIXe siècle pour constituer une « bibliothèque idéale » d’institutions éducatives privées : livres de piété et de morale, biographies de saints, ouvrages historiques de tendance conservatrice et royaliste, puis nationaliste (Second Empire) et républicaine (Troisième République), enfin vies exemplaires… Des anthologies et recueils de morceaux choisis de grands historiens laïques – Michelet, Henri Martin, Thiers – défendent l’action des grandes figures de la Révolution française dans le camp laïque, tandis que des éditions très abrégées de grands textes de Chateaubriand, de Michaud (les Croisades), de Montalembert (Histoire de sainte Élisabeth et des Moines d’Occident) réhabilitent les gloires de la civilisation chrétienne. Des biographies collectives, le plus souvent nationales, quelquefois universelles répartissent les célébrités selon leur spécialité professionnelle : les grands ministres, les grands soldats, les bienfaiteurs de l’Humanité, etc. Les plus polémiques vantent, à gauche, les Martyrs de la Liberté depuis les révoltes de l’Antiquité jusqu’aux révolutions contemporaines, à droite, tous les serviteurs zélés du trône et de l’autel…

En considération de cet héritage d’un monde révolu, on peut justement s’interroger sur ce qu’il est advenu aujourd’hui des grandes figures du passé proposées comme référents non seulement à la jeunesse mais à l’ensemble de la population toutes générations confondues. Avons-nous encore besoin de tels référents dans une société de consommation laïcisée qui tend à perdre le sens de la transcendance, dans laquelle les transformations permanentes engendrées par les progrès accélérés des sciences et des techniques remettent en cause le rôle et la valeur de l’expérience exemplaire du passé, alors même que notre avenir le plus proche devient aussi source d’incertitudes et d’inquiétudes ? Et si ce besoin se fait malgré tout encore sentir, quels référents de notre passé continuent-ils d’imprégner nos mentalités, nos représentations et nos imaginaires ? Les référents historiques du XXIe siècle restent-ils toujours aujourd’hui des héros édifiants ? Et quels sont les nouveaux héros du monde contemporains ? Alors que les grands hommes proposés en exemples au XIXème siècle étaient généralement engagés au service de la religion ou de la nation, quelles grandes causes (politico-idéologiques, humanitaires ou religieuses) se trouvent-elles aujourd’hui distinguées par leurs actions ? La construction européenne a-t-elle en particulier su trouver des référents exemplaires susceptibles de la rendre plus accessible aux différentes opinions publiques ? Par ailleurs, tandis que les récits édifiants proposés à la jeunesse du XIXe siècle étaient transmis par le support alors incontournable de l’écrit, quels avantages offrent aux constructions mémorielles les supports médiatiques diversifiés des nouvelles techniques de l’information et de la communication ?

La réflexion devra rester très largement inter- et pluridisciplinaire. Toutes les disciplines aux approches complémentaires s’inscrivant dans le champ des sciences humaines (histoire, littérature, philosophie, sociologie, sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sciences économiques…) se trouvent ici sollicitées. Les sujets pourront être envisagés dans le cas de la France et/ou des pays de l’Union européenne.

Les propositions de communication devront être impérativement envoyées à Michel Fabréguet et à Danièle Henky pour le 31 mars 2009 au plus tard. Dans le cadre d’une seule journée d’études, le nombre des propositions accepté sera malheureusement forcément limité. Les auteurs des propositions retenues seront informés d’ici le 15 mai 2009.

Courriel : daniele.henky@wanadoo.fr & michelfabreguet@noos.fr


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *