Atelier Campus Condorcet: Enfances en traduction (4)

Le vendredi 19 mai s’est tenue à l’Université Paris 13 la 4e et dernière séance de l’atelier Campus Condorcet, « Enfances en traduction : approches transculturelles ». Pour cette séance de clôture, les étudiantes de Paris 8 et de Paris 13, du M1 au doctorat, ont présenté leurs travaux de recherche accomplis durant l’année. La préparation de ces présentations a été encadrée par leurs enseignantes (Anne Chassagnol, Mathilde Lévêque, Marie Salgues) et l’animation de la séance (fondée sur une écoute particulièrement bienveillante) a été assurée par le concours d’enseignants-chercheurs (Susan Pickford, Rose-May Pham Dinh, Vivian Feasson). Il ne s’agissait ni d’une soutenance anticipée ni d’une évaluation mais bien d’un atelier visant à aider à la construction d’un projet ou à la finalisation d’un travail de recherche. Cette séance a également été l’occasion d’esquisser le bilan de l’atelier (grâce à la présence d’étudiants de licence et de masters, toujours assidus tout au long de l’année), qui sera amené très probablement à évoluer sous de nouvelles formes et avec davantage de partenaires universitaires. Les organisatrices remercient très chaleureusement les étudiants et les collègues qui les ont accompagnées dans ce projet.

Soumia Lablack (doctorante, Paris 8) : «  3 Cuentos de la Alhambra (Rubén Garrido, 2014) : le cas d’une édition grenadine multilingue et le pari de l’adaptation en BD »

Il s’agit d’étudier le cas d’un transfert aux dimensions multiples et complexes : traduction d’un texte anglais, lui-même inspiré de contes espagnols, dans six langues (italien, français, néerlandais, allemand, anglais et espagnol), transfert des contes sous la forme de la bande dessinée, transfert culturel d’un objet littéraire vers un objet plus commercial destiné au tourisme. Soumia Lablack commence par revenir sur les étapes de la circulation de l’œuvre. Le recueil Tales of the Alhambra de Washington Irving est publié en 1832 ; l’œuvre est issue d’un voyage de Irving en Espagne et plus particulièrement à Grenade (il a même résidé dans le palais de l’Alhambra). Dans ce recueil, la dimension du voyage s’efface au profit de celle des contes. L’œuvre est traduite en français dès 1832 et la traduction française sert de source à  la traduction espagnole, qui est également très partielle. Des adaptations pour la jeunesse, en France comme en Espagne, paraissent à la fin du XIXe siècle.

Les 3 Cuentos de la Alhambra de Rubén Garrido (2014) sont une singularité dans le paysage éditorial espagnol contemporain. Rubén Garrido est un auteur de BD grenadin et indépendant, très présent sur le web et très actif à Grenade (http://rubengg.blogspot.fr/). L’éditeur des 3 Cuentos de la Alhambra est une maison d’édition grenadine, Edilux, éditeur multilingue créé en 1983 et spécialisé dans l’édition touristique. De fait, le livre de Garrido, édité simultanément dans 6 langues, est destiné aux touristes étrangers visitant Grenade et qui souhaitent rapporter un souvenir de l’Alhambra dans leur propre langue. Si le texte original est celui d’Irving (en anglais, donc), le texte source ici des différentes versions est le texte espagnol, tandis que l’anglais n’est qu’un élément de cet ensemble plurilingue.

L’œuvre est aussi réinventée par le passage à la bande dessinée. Deux autres adaptations graphiques des Contes de l’Alhambra ont déjà été publiées auparavant et sont destinées à la jeunesse. Dans le cas de Rubén Garrido, il s’agit d’une création hybride mêlant deux systèmes communicationnels : le texte figure sur une page tandis que la B.D. se déploie sur la page en face. Le texte est orné d’éléments végétaux qui rappellent aussi le contexte originel du récit de voyage.

Les traductions dans les différentes langues ont été publiées de façon simultanée. Il s’agit donc d’un ensemble formant un corpus de base où l’espagnol redevient le texte source : « redevient » car Washington Irving s’est bel et bien inspiré d’histoires racontées, en espagnol, par des Grenadins, au cours de son voyage. On pourrait donc parler d’un geste de réappropriation culturelle.

Qui sont les traducteurs ? Pour le français comme pour l’anglais, les traducteurs sont aussi des guides touristiques. Le traducteur de la version française est un journaliste espagnol dont les choix de traduction semblent guidés par sa connaissance de l’Alhambra. Seul le traducteur de la version italienne a une formation universitaire en traduction. On peut relever de très nombreuses maladresses syntaxiques voire des erreurs dans la traduction française du paratexte. Dans les parties dessinées, les textes comportent aussi plusieurs erreurs et omissions.

S’agit-il pour autant du pari économique remporté ? Toute une stratégie publicitaire a été mise en place autour de ces ouvrages et les critiques ont été plutôt positives. Les ventes se font essentiellement à la librairie de l’Alhambra (qui compte chaque jour 8000 visiteurs). Chaque livre coûte 9 euros. Pour autant, la maison d’édition n’envisage pas de donner une suite à cette sélection de contes.

Naomi Huart (M1 LISH, Paris 8) : « Gravity Falls, la traduction des messages codés et des néologismes dans la littérature jeunesse »

Il s’agit de présenter une traduction en cours d’élaboration, dans le cadre du master de traduction de Paris 8. Gravity Falls est une série d’animation diffusée sur Disney Channel entre 2012 et 2016. La série, très populaire aux Etats-Unis mais qui a eu une réception beaucoup plus limitée en France (sans doute pas assez « enfantine » ou alors mal doublée), a suscité la création d’une fanbase très active, notamment parce que la série est fondée sur des énigmes et des mystères. Le Journal 3, que Naomi Huart a entrepris de traduire, se présente comme un objet dérivé de la série : c’est un livre trouvé par les héros dans la série et sa retranscription comme véritable objet livre constitue une forme de prolongement de la série dont il est issu. Il ne peut se lire sans connaître la série. La difficulté de la traduction repose aussi sur le principe d’écriture : il s’agit d’un journal de bord où écrivent différents personnages, de façon chiffrée ou codée. Comment donc traduire une écriture codée ? Tel est le pari principal de ce travail ardu. Il s’agit en effet de déchiffrer d’abord les différents codes en anglais (code de César, chiffre de Vigenère, etc.) puis de recréer, en français, des systèmes de codages qui rendent compte du même contenu textuel et informatif. Il faut donc décoder en anglais, traduire en français puis recoder la traduction. Un vrai défi de traduction !

Camille Landrain (M2 LISH, Paris 8) : « Changing Planes de Ursula K. Le Guin : la traduction de la fantasy »

Le mémoire est également un projet de traduction, à partir du recueil de nouvelles Changing Planes (2003) d’Ursula Le Guin, auteur californienne née en 1929, très prolifique et très active dans le militantisme féministe. Son œuvre est considérable et a été récompensée par de nombreux prix littéraires. En littérature pour la jeunesse, les ouvrages de Le Guin se situent à la frontière de la littérature dite pour jeunes adultes, à l’exception peut-être de la série des Chats Volants (1988-1999, traduite par Bee Formentelli). « Ecrire pour les enfants, écrit Ursula Le Guin, est aussi facile que les élever ».

Changing Planes est un recueil de nouvelles où se mêlent sentiment d’étrangeté et familiarité. Le genre est plutôt celui de la fantasy et le public visé s’oriente davantage vers les adolescents, en raison notamment des thèmes abordés dans les récits, où les personnages d’enfants sont souvent victimes d’expériences cruelles (question de l’acquisition/perte du langage via l’isolement de l’enfant, thématique narrative ancienne, ou encore expérience de privation de sommeil dès la naissance pour créer une armée d’êtres puissants, qui rappelle les expérimentations nazies).

La traduction en français rencontre plusieurs problèmes :

  • La narration est à la première personne mais il est impossible de savoir si ce « je » est un homme ou une femme. Le choix a été fait d’un narrateur féminin, en raison d’un ressenti et du militantisme de l’auteur.
  • Les temps des verbes : parfois au passé, parfois au présent, mais il n’est pas toujours judicieux de rendre compte systématiquement de ces passages en français.
  • Le style mêle une langue orale et une langue très écrite. Certaines phrases s’étendent sur plus d’une page, voire une page et demie.
  • Les jeux de mots.

Une autre difficulté de ce travail tient au fait qu’il existe très peu d’ouvrages sur la traduction de la fantasy ou de la SF. Dans la discussion, Vivian Feasson suggère de recourir aux ouvrages sur Tolkien et Susan Pickford conseille de se reporter aux théories de la traduction féministe. Il est aussi possible de recourir, comme le propose Camille Landrain, aux réflexions d’Ursula Le Guin elle-même, traduites et publiées aux Forges de Vulcain sous le tire Le Langage de la nuit (traduit par Francis Guèvremont).

Dehia Kaci (M2 LITHEO, Paris 13) : « Adapter Les Malheurs de Sophie en arabe dans le contexte algérien contemporain »

Ce projet de master combine un projet de recherche et un projet de traduction. Il s’agit de proposer une traduction en arabe dialectal algérien de quelques chapitres des Malheurs de Sophie. Le choix de ce roman s’explique par son statut patrimonial et aussi par le fait que la comtesse de Ségur a aussi souvent parlé de l’Algérie (coloniale) dans ses romans. Pour expliquer ce projet, il faut aussi prendre en compte l’édition pour la jeunesse en Algérie : avant l’indépendance, il n’existe pas de maison d’édition et les publications viennent de France. Après 1962, l’Etat édite des livres pour enfants, principalement des livres scolaires et quelques contes. A partir des années 2000, le paysage éditorial algérien a commencé à se transformer et sont apparues quelques maisons d’édition très connues aujourd’hui, comme Casbah, qui a une section jeunesse. Pour autant, l’édition pour la jeunesse demeure très modeste dans un pays où la population est très jeune. Sont importés beaucoup de livres de pays arabes mais pas toujours adaptés à la culture algérienne. On pourrait considérer que l’édition pour la jeunesse en Algérie serait dans une phase de transition comparable à ce qu’a connu la France à la fin du XVIIIe siècle ou d’autres pays européens comme l’Italie, la Suède ou l’Espagne au XIXe siècle : à savoir la constitution d’une littérature destinée à la jeunesse à partir de traductions et d’adaptations de livres étrangers.

Tel est le projet de cette adaptation des Malheurs de Sophie. Dans le cadre de ce travail universitaire (en temps limité), seuls quelques chapitres ont été sélectionnés : « Les poissons », « Les cheveux mouillés » et « Les sourcils coupés » (rassemblés en un seul récit), « Le pain des chevaux » et « La crème et le pain chaud » (également rassemblés, qui d’ailleurs s’enchaînent dans la narration). La traduction se fait adaptation au public algérien contemporain, avec beaucoup de changements dans le texte source. La traduction se fait résolument cibliste. Elle situe le récit dans la campagne algérienne, dans un temps indéterminé mais plus proche du présent. Le nom de Sophie, à la mode actuellement, a été conservé, mais pas les noms propres de M. et Mme de Réan, qui seront nommés « père de Sophie » et « mère de Sophie », la langue arabe permettant de donner un degré de respectabilité dans ces dénominations. La bonne est divisée en deux personnages : la tante et la grand-mère, qui toutes deux gâtent Sophie. La nourriture, notamment le vin, est également adaptée. La crème, très normande, a été remplacée par un fromage ou lait caillé traditionnel très apprécié en Algérie.

On pourra bien sûr s’étonner et critiquer cette démarche fortement adaptative. Néanmoins, il s’agit de faire connaître un texte aux enfants algériens (une partie du mémoire repose sur une étude de réception de ces traductions dans un contexte scolaire), de les inciter peut-être ensuite à découvrir l’original en français. Mais surtout, il s’agit d’envisager une stimulation de la création pour la jeunesse en Algérie, via une traduction, même très adaptative. Ce point de vue nécessite, bien sûr, un échafaudage théorique solide. On peut aussi se reporter aux étapes de la traduction analysées par Berman. Toutes choses égales par ailleurs, on se souviendra aussi que la première traduction française de Guerre et Paix était loin d’être sourcière : l’objectif de la traductrice, qui travaillait bénévolement pour Hachette, était avant tout de faire connaître le roman de Tolstoï au public français, en sélectionnant ce qui lui semblait pertinent et en éliminant ce qui lui semblait inutile ou peu opportun. Il en est un peu de même dans ce projet : faire connaître un auteur dans un contexte et pour un public qui lui sont très distants, comme une première étape vers la découverte et vers d’autres traductions.

 

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *