Traduire les sens en littérature pour la jeunesse

Appel à communication et / ou article

Palimpsestes 31 / Colloque TRACT 13-14 octobre 2017

(scroll down for English version)

Centre de recherche en traduction et communication transculturelle anglais-français / français-anglais

(TRACT – PRISMES EA 4398 – Université Sorbonne nouvelle- Paris 3)

Ce n’est pas un hasard si ce précurseur de l’album moderne qu’est l’Orbis Sensualium Pictus (1658) de l’éducateur tchèque Coménius établit un parallèle entre le plaisir physique découlant de la relation que l’enfant entretient avec le livre par le biais du sens de la vue et son rapport au monde environnant. Cet ancêtre de l’imagier d’aujourd’hui, encyclopédie à l’usage des enfants destinée à apprendre les mots au moyen de la représentation visuelle des choses — en partant de l’axiome d’Aristote et de Thomas d’Aquin selon lequel « Rien n’est dans l’intellect qui ne soit d’abord passé dans les sens »[1] —, exploitait déjà le lien entre le passage d’une langue à une autre (en l’occurrence de la langue maternelle de l’enfant au latin)[2] et le passage d’un mode à un autre (de l’image au mot).

De façon significative, la littérature de jeunesse en tant que telle n’a véritablement émergé en Occident, un siècle après la parution de l’ouvrage de Coménius, que lorsque la notion de plaisir du texte s’est imposée et que le principe de divertissement est venu faire contrepoids à l’incontournable mission éducative des livres pour enfants. Les progrès des techniques d’imprimerie, et notamment de la gravure sur bois, ont ainsi contribué, dès les débuts, à la place centrale de l’image. L’importance de la dimension non verbale du livre pour enfants a fait de ce corpus une littérature multimodale par essence, non seulement dans les livres numériques actuels et pour les adaptations sur de multiples supports, mais aussi dans le support traditionnel de l’imprimé : les illustrations, la matérialité du livre comme objet qui décline à l’infini les jeux de taille, de forme, de matière et de graphisme y suggèrent des expériences de manipulation proches de celles procurées par le jouet (livre animé ou pop-up, kamishibaï, livre accordéon ou leporello, livre à toucher, à trous…), renvoyant souvent à une matérialisation de la langue elle-même, terrain d’expérimentation et de jeu d’un jeune lecteur qui ne la maîtrise pas encore parfaitement.

Ainsi, traduire le livre pour enfants signifie bien plus que de traduire le seul texte verbal, et le traducteur n’est qu’une des différentes instances impliquées dans ce processus. Il s’agit aussi de parvenir à la recréation, dans un objet éditorial différent, d’une expérience sensorielle proche de celle générée par l’original. Dans de nombreux cas, il faudra traduire non pas le texte seul mais le rapport texte-image (album, BD, manga)[3], voire traduire des éléments autres que verbaux (le graphisme, la mise en page, la texture du papier, etc.)[4] : même l’album sans texte est traduisible ![5]

Parallèlement à cette multimodalité essentielle, la traduction a joué un rôle fondateur dans l’émergence de la littérature de jeunesse dès le XVIIIe siècle, grâce à la richesse des échanges européens retravaillant le même matériau textuel, dans un va-et-vient incessant de traductions, retraductions, réécritures et adaptations, afin de forger et de développer un corpus et un patrimoine enfantins.[6] L’appropriation par la littérature de jeunesse émergente de matériaux textuels antérieurs (littérature orale et populaire, fables, contes et légendes, mythologies gréco-romaine, celtique, nordique) trouve un écho dans le recyclage qu’elle opère de textes d’autres langues-cultures afin de pallier l’insuffisance de certaines productions nationales par la traduction d’œuvres étrangères auxquelles le jeune lecteur n’a forcément pas accès. Mais la traduction, indispensable en littérature de jeunesse, vient compliquer encore le rapport déjà complexe sur lequel reposent ces livres. Les livres pour enfants constituent en effet la seule littérature qui se définisse par son lectorat : c’est pourquoi la question du destinataire et de sa spécificité est doublement essentielle lorsqu’il s’agit de traduire ce corpus. La littérature de jeunesse reposant sur un paradoxe fondateur – un auteur adulte tentant de retrouver dans son entreprise d’écriture le point de vue enfantin qu’il a définitivement perdu –, le processus de traduction ne fait que redoubler l’inextricable équilibre adulte/enfant et doit notamment tenir compte des liens sensoriels qui caractérisent cette relation asymétrique[7] dans laquelle les sens tiennent une place essentielle. Chez le très jeune lecteur surtout, le rapport à la langue maternelle[8], la présence physique et le grain de la voix de l’adulte lorsqu’il fait la lecture à l’enfant constituent des défis particuliers de la traduction de cette littérature.[9] Mais la difficulté de traduire l’oralité concerne également les lecteurs plus âgés, adolescents et jeunes adultes, lorsqu’elle implique la transposition dans la langue cible de la musicalité d’une écriture désormais plus résolument multiculturelle à destination de la jeunesse et de plus en plus métissée de langages vernaculaires (argot des cités, verlan, etc.)

On pourra notamment s’intéresser, dans le cadre de la traduction de la littérature pour la jeunesse, aux aspects suivants :

  • la traduction du rapport texte-image dans l’album et dans la littérature graphique
  • le cas particulier du manga, notamment la traduction des onomatopées comme expression des sens
  • la traduction des éléments non-verbaux dans les livres pour enfants
  • l’objet-livre en traduction (mise en page, couleurs, graphisme, matières et textures, format, découpes…)
  • la traduction de l’oralité et de la musicalité du livre pour enfants, notamment en poésie
  • la traduction de la multimodalité des livres pour enfants
  • les spécificités de la traduction de la littérature numérique pour la jeunesse
  • sens et traduction du nonsense

Les propositions de communications / articles (résumé d’une demi-page, en français ou en anglais), ainsi qu’un bref CV, sont à adresser, pour le 31 mars 2017, date butoir à Clíona Ní Ríordáin (cliona.ni-riordain@univ-paris3.fr) et Virginie Douglas (virginie.douglas@univ-rouen.fr).

 ***

Translating the Senses in Children’s Literature

Center for Research in Translation and Transcultural Communication English/French – French/English

(Université Sorbonne nouvelle)

Call for papers and/or talks

 Palimpsestes 31 / TRACT Conference 13-14 October 2017

 In Orbis Sensualium Pictus (1658), Comenius, the Czech educationalist, established a parallel between the physical pleasure that results from a child’s relationship with the book (via the sense of sight) and his/her connection to the surrounding world. Comenius’s illustrated work, a forerunner to today’s picture book, was an encyclopaedia that allowed children to learn new words through the visual representation of objects. The book relied on the movement from one language to another (from the child’s mother tongue to Latin) and from one mode of representation to another (from the image to the word). This principle was in keeping with the maxim beloved of both Aristotle and Thomas Aquinas: “Nothing is in the intellect that was not first in the senses”[10].

Children’s literature emerged as a distinct genre in the western world a century after the publication of Comenius’ work. At that time, the notion of the pleasure of the text was firmly established, countering the ever-present educational dimension of children’s books. From its earliest stages, the central role of the image in children’s literature was consolidated by printing’s technical progress, coupled with the advances made in wood engraving. The importance of the non-verbal dimension of the children’s book has thus made it the multimodal corpus par excellence, both in its present electronic incarnation and in the more traditional printed form, where the materiality of the book as object plays with size, form, texture, and graphics, thus allowing for forms of physical interaction which are close to those provided by toys (pop-up books, kamishibaï, fold-out books, tactile books, lift-the-flap books). These books often have a strong meta-linguistic dimension, and stimulate young readers in their quest for language mastery through the experimentation and language games fostered by such books.

In fact, translating a book for children implies far more than simply translating the written text. The translator is only one of the different mediators involved in the process of recreating the sensorial experience generated by the original in a distinct published object. In many instances, both the text and the relationship between text and image (picture books, graphic novels, mangas) need to be translated. Attention also needs to be paid to the non-verbal dimension of the book (graphics, layout, the texture of the paper) as even a wordless book can be translated.

Beyond the multimodal dimension, translation has also played a fundamental role in the emergence of young people’s literature from the 18th century onwards. This can be seen in the development and circulation of a European literary corpus for children, via a continuous process of translation, retranslation, rewriting and adaptation. Earlier textual materials, such as oral tales, fables, stories, legends and classical, Norse and Celtic mythologies, were recycled in other languages and cultures, filling, by means of appropriation, any gaps that national cultures might have had in the area of children’s literature. However, as children’s literature is the only genre defined by its readership, the translation required in the expansion of children’s literature further complicated the relationship this corpus had to the translated book. As a result of the founding paradox on which children’s literature is based (an adult writer attempts to find in his/her writing the child’s eye view/perspective that he/she has lost forever) the notion of reception and the specificity of the corpus is even more vital. The translation process thus has to reproduce the inextricable equilibrium between the adult and the child. The translation must also take account of the sensorial links that characterize this asymetrical relationship, in which the senses occupy an essential place. For the young reader especially, the connection to his/her mother tongue, the physical presence of the adult and the timbre of the adult’s voice when s/he reads aloud to the child are part of the peculiar challenges that this literature represents. However, translating orality for older readers – adolescents and young adults – is also a difficulty as it often implies transposing into the target language the musicality of a form of writing ever more resolutely multicultural and diverse/variegated (various forms of slang, verlan, etc.)

In the case of the translation of children’s literature the following aspects may be addressed:

  • the translation of the relationship between text and image in children’s picture books and graphic novels
  • the case of manga, especially the translation of onomatopoeia as expressions of the senses
  • the translation of non-verbal elements in children’s books
  • the book as object in translation (layout, colours, graphics, materials, textures, format, cut-outs)
  • the translation of orality and musicality in children’s books
  • the specificities of the translation of e-books for young people
  • the senses/meaning and translation of nonsense

Propositions (a half page in English or in French) plus a short CV should be sent, by 31 March 2017 at the latest to Clíona Ní Ríordáin (cliona.ni-riordain@univ-paris3.fr) and

Virginie Douglas (virginie.douglas@univ-rouen.fr).

 

[1] « Nihil est in intellectu nisi prius fuerit in sensu ».

[2] L’Orbis Pictus étant une version modifiée de la Janua linguarum, manuel écrit par Comenius pour faciliter l’apprentissage du latin.

[3] Cf. Isabelle Nières-Chevrel, « Traduire In the Night Kitchen » (dir.), Traduction pour les enfants. Meta  48 : 1-2, mai 2003, Presses de l’Université de Montréal et Patrick Honnoré,  « État des lieux de la traduction des mangas », in Virginie Douglas,  État des lieux de la traduction pour la jeunesse, Rouen : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015.

[4] Cf. Loïc Boyer, « Rétrographisme », Florence Cabaret et Virginie Douglas (dir.), La Retraduction en littérature de jeunesse / Retranslating Children’s Literature, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2014.

[5] Cf. le cas de l’imagier Tout un monde, analysé par Marie-Odile Derrien et Sophie Van der Linden dans « La traduction de l’album : quels choix éditoriaux ? », in Traduire les livres pour la jeunesse : enjeux et spécificités, sous la dir. de Nic Diament, Corinne Gibello et Laurence Kiefé, Paris, Hachette et BnF, 2008.

[6] Cf. les travaux d’Isabelle Nières-Chevrel.

[7] Emer O’Sullivan parle de « communication asymétrique » (asymmetrical communication) dans Comparative Children’s Literature.

[8] Cf. Roberta Pederzoli.

[9] Cf. Riitta Oittinen, Traduction pour les enfants. Meta  48 : 1-2, mai 2003, Presses de l’Université de Montréal ; et les articles de la 2e partie : « Retraduire l’oralité et la musicalité, entre création et retour à l’œuvre », in Virginie Douglas et Florence Cabaret (dir.), La Retraduction en littérature de jeunesse / Retranslating Children’s Literature, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2014.

[10] Nihil est in intellectu nisi prius fuerit in sensu.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *