Colóquio Kolloquium Colloque

not2-copyLe rappeler est une évidence : un colloque est une rencontre de paroles. Les 12 et 13 décembre derniers, à Lisbonne (Universidade Católica Portuguesa), j’ai été invitée à parler, en allemand, de mes recherches sur la traduction et la réception Maïa l’abeille en France, dans le cadre d’un colloque international organisé par Gabriela Fragoso (Universidade Nova de Lisboa) et consacré à la redécouverte de trois classiques de la littérature d’enfance (Recuperar os clássicos : Heidi, Abelha Maia, Bambi enquanto herança transnacional e intergeracionel / Klassiker der Kinder- und Jugendliteratur neu entdecken : Heidi, die Biene Maja, Bambi als transnationales und generationübergreifendes Kulturerbe).

Le texte de ma communication, prononcée en allemand, a été traduit en portugais pour permettre au public non germanophone de suivre l’exposé. J’écris aujourd’hui ces quelques impressions en français. Les intervenants du colloque venaient de plusieurs universités portugaises, allemandes, autrichienne, espagnole et françaises et la langue de communication et d’échange était l’allemand (le colloque était organisé par l’association portugaise des études germanistiques).

La première bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’organiser un colloque international en littérature de jeunesse dans une autre langue que l’anglais, tout en réunissant des chercheurs issus de cinq pays européens. La moins bonne nouvelle, c’est que cette même langue qui réunit les chercheurs est un barrage pour le public, malheureusement peu nombreux : les étudiants, comme en France à cette même période, sont plongés dans les dernières séances de cours et les examens, ce qui ne facilite pas non plus leur participation. Le colloque, qui a pour objet la redécouverte et la réinvention de trois classiques pour la jeunesse, Bambi, Maïa l’abeille et Heidi, a donc, dans l’immédiat, une portée limitée. Néanmoins, ce colloque a fait émerger un groupe de travail particulièrement sympathique et dynamique et cette expérience aura sans doute une suite, au moins dans un prochain colloque prévu en 2018.

En effet, ces textes continuent de dialoguer, ce qui est une deuxième bonne nouvelle. En interrogeant la notion de redécouverte, c’est le statut même de ces textes dits classiques que l’on interroge : sont-ils encore lisibles pour les enfants ? Dans quelle mesure une traduction ou une illustration sont-elles des interprétations réactualisant des textes du passé ? Quelles sont les résonances de la nature, de la montagne ou de la forêt dans différentes cultures européennes ? Doit-on rééditer ces textes pour les adultes, avec un apparat critique simple et solide ? Le concept de roman pour enfants serait-il à comprendre comme un genre à part entière, quitte à le dissocier de son lectorat ? La langue allemande facilite les choses : en français, il est nécessaire d’utiliser une préposition (« pour » ou « de ») pour relier les mots « roman » et « enfants » ou « jeunesse ». L’allemand ne s’encombre pas de préposition : le « Kinderroman » pourrait donc plus facilement être appréhendé comme un genre littéraire, tout comme on parle de « Krimiroman » (roman policier) ou de « Liebesroman » (roman sentimental). En ce sens, le roman pour enfants (comme le livre pour enfants en général) serait plus lié à une (ou des) esthétique(s) qu’à un public. Le succès et le dynamisme de la littérature de jeunesse semblent en attester : la littérature de jeunesse est pour tous les âges.

Un colloque fait aussi apparaître des domaines de recherche : il semble qu’il n’existe pas de recherche sur la constitution des collections de livres pour enfants (par les collectionneurs privés, par les bibliothèques, par les musées). Voici quelques pistes de réflexion qui ont aussi retenu mon attention et ma curiosité :

  • Relire Jim Knopf de Michael Ende à la lumière des analyses de Julia Voss
  • Lire les travaux d’Agnes Blümer sur la traduction
  • Rappeler que Bambi est un chevreuil et non un cerf : Disney a transformé le texte car le chevreuil européen n’existe pas aux États-Unis, d’où le cerf. Ce film aurait d’ailleurs plus fait pour combattre le lobby des armes aux États-Unis que toute autre œuvre de la culture populaire
  • Voir un rapprochement entre la figure du Struwwelpeter et celle l’Homme de Vitruve de Léonard de Vinci

220px-h_hoffmann_struwwel_03da-vinci

  • Apprendre que Heidi a été traduit en basque (à partir de la traduction espagnole) en 1975, au moment de la fin du franquisme, dans un mouvement de promotion et de renaissance de la langue basque, par un traducteur renommé et dont le nom, sur la couverture du livre, est bien plus mis en avant  que celui de Johanna (Juana) Spyri
  • Conseiller aux dirigeants turcs de lire Maïa l’abeille : ils comprendraient qu’enfermer les intellectuels et les artistes jugés marginaux n’a aucun sens : ce sont eux qui sauveront la société.

Je remercie de tout cœur Gabriela Fragoso pour l’organisation parfaite de ce colloque et pour sa gentillesse, sa bonne humeur et sa générosité.

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anne Larue dit :

    Très bon colloque, qui semble mettre en évidence la force de la littérature de jeunesse dans les contextes politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *