Atelier doctoral du 3 décembre

002589540Le 3 samedi décembre 2016, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS recevait deux doctorantes, Carine Dellenbach et Morgane Vasta. Nous publions un compte rendu de cette séance, rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

Carine Dellenbach: Place(s) et fonction(s) du livre d’art pour la jeunesse et des objets véhicules d’art en contexte scolaire et culturel

Actuellement en 3e année de thèse au Laboratoire ÉMA, Université de Cergy Pontoise, sous la direction de Sylviane Ahr, Carine Dellenbach, qui est aussi professeur des écoles en exercice, rend compte de sa recherche en cours, qui repose sur une enquête menée à propos des enfants d’âge primaire (de 4 à 10 ans). Elle en rappelle d’abord des éléments contextuels :

  • Quelques jalons diachroniques sont posés, notamment le colloque d’Amiens en 1968 avec la mise en place des CDI, et le plan Lang-Tasca pour les arts et la culture à l’école en 2000 (création des projets artistiques et culturels). En 2008, l’intégration de l’histoire des arts dans les programmes scolaires.
  • Le contexte récent est celui de la refondation de l’École de la République (2013) et des nouveaux programmes (2015 ; 2016), dont ce travail veut mesurer l’impact.
  • Quelques jalons de la politique muséale, avec la création du Musée en herbe 1975 et celle des ateliers enfants du centre Pompidou (1977)
  • Le développement des éditions pédagogiques et des livres pour faire

L’hypothèse de départ étant l’épuisement de la forme scolaire (Astolfi, Vincent), la thèse s’interroge sur l’utilisation la littérature d’art pour la jeunesse dans le cadre de la classe: quel impact, quelle prise en compte de l’origine socio-culturelle des élèves ? Les premiers constats indiquent que ces ouvrages sont peu utilisés. Or ils pourraient constituer un support au service de la notion de parcours, pour permettre l’acculturation. Les premières investigations Carine Dellenbach ont consisté en une enquête auprès des enseignants et des formateurs, et en une observation à partir de captations audio et vidéo faites dans des écoles.

Questions de recherche :

Les livres d’art pour la jeunesse (c’est-à-dire  tout livre qui parle d’art et montre de l’art aux enfants) répondent à des intentions très variées (histoire de l’art, création). Carine Dellenbach fait le choix de limiter sa recherche à la monographie documentaire. Quels sont les ouvrages les plus profitables et les plus démocratiques ? Est-ce que ce sont les plus mémorisables, ceux qui font le lien le plus fort entre théorie et pratique ? (On peut établir un parallèle avec la littérature de jeunesse). Quelle autonomisation, quelles compétences et connaissances ont été acquises ? L’observation des supports pédagogiques rencontrés en classe (affiches, cahier, revues, livres), est également informative.  Il est cependant difficile de mener cette enquête dans les classe, ) cause des réticences des enseignants.

On s’interroge sur la plus-value spécifique du livres d’art pour la jeunesse, « objet frontière », inter- et transdisciplinaire, interface de  médiation, qui permet de lutter contre la difficulté sociale d’accès à l’art. Il participe à l’acquisition d’une première culture, permet le contact entre différentes disciplines. Il crée une communauté culturelle et interprétative au sein du groupe classe, espace subjectif, affectif et discursif.

Mais c’est un médium peu utilisé en classe.

***

Morgane Vasta: Représentations du roman pour adolescents en France et aux États-Unis

En 2e année de thèse sous la direction d’Anne Besson à l’Université d’Artois, Morgane Vasta s’attache aux pratiques des lecteurs adolescents. Elle exerce une activité professionnelle de formation, promotion et critique du livre de jeunesse ; elle est également chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France (CNLJ). L’évolution récente de la traduction et de la circulation en littérature de jeunesse connaît une ampleur qui en fait un phénomène sociologique (I. Nières-Chevrel). Quelles sont les influences des traductions de romans pour adolescents anglo-saxons sur la conception éditoriale française de cette même catégorie romanesque ?

Perspective diachronique :  brefs rappels historiques

Selon Daniel Delbrassine, à partir de la 2e Guerre mondiale, les auteurs et éditeurs américains ont pris conscience de l’attente des jeunes lecteurs d’ouvrages faisant écho à leurs propres expériences, et adoptent des structures narratives héritées de la télévision. En France, on peut évoquer la création de collections dédiées dans les années 1960, notamment Plein Vent (R. Laffont) en 1966, dont l’objectif est explicitement didactique. On remarque aussi l’influence du problem novel américain, filon réaliste qui culmine dans les année 1970, avec des romans de haute tenue. La quête de légitimité littéraire du genre arrive en France lorsque ces romans sont traduits (ex. Judy Blum, Pour toujours, L’École des loisirs, « Medium », 1980).

La fin du 20e s.  marquerait la fin de l’exception culturelle. Dans Discours sur la lecture, A.-M. Chartier constate que la lecture lettrée n’est plus le paradigme culturel, alors que se manifeste l’essor d’une littérature du divertissement.

L’abandon des collections les plus littéraires se fait au profit de la paralittérature. Harry Potter marque un tournant à bien des égards, avec la starification de l’auteur, la porosité des champs  jeunesse et adultes, des pratiques latérales matérielles qui s’organisent, et bien sûr le flux financier associé au phénomène. On y retrouve les éléments de domination du mainstream propres à la mondialisation.

Il reste que les ventes de cette catégorie de romans ont explosé : en 2000, il s’en vend 30% de plus qu’en 1995. Matthieu Letourneux se demande si le roman pour adolescents ne serait pas une résurgence des littératures populaires.

Procédure et méthode :

Le travail s’appuie sur une recension de la production contemporaine française, soit 2715 titres jusqu’au 1er janvier 2016 (32 éditeurs), et sur une recension des paratextes éditoriaux (archivés au CNLJ) : prières d’insérer et 4es de couverture, qui évoquent des éléments récurrents : rythme, structures narratives, ton, références, effets de lecture (très physiques !), volonté didactique ou engagée, arguments commerciaux (où les référents sont des prescripteurs adolescents), présentation des auteurs, prix littéraires.

D’autre part, Morgane Vasta a commencé une série d’entretiens avec les éditeurs. Certains mentionnent l’influence des retours de lecteurs adolescents, notamment pour l’œuvre de Clémentine Beauvais, Songe à la douceur (Sa   rbacane), dont la conception doit beaucoup la création interactive, à partir des retours de premiers lecteurs.

Les traductions sont prépondérantes, surtout venant des pays anglo-saxons, qui constituent la très grande majorité des meilleures ventes. Les données de Livre Hebdo révèlent que 48% des catalogues dans la catégorie sont des traductions, dont 89% d’anglo-saxons ;  57% sont des cycles et séries. Les titres français sont plus nombreux, dont 32% sont des cycles et séries, même s’ils se vendent moins que les traductions. En outre, si l’on considère le palmarès des cent livres les plus empruntés en bibliothèque (qui ne représentent que 2% des prêts !), on y trouve seulement 4 titres pour adolescents.

On se gardera pourtant de tirer de conclusions hâtives : les meilleures ventes sont de genres très divers. Ainsi, Clémentine Beauvais s’est inspirée du genre de la novel in verse anglo-saxonne. Les éditeurs publient des proportions diverses de traductions, pour certains 0% ou 100%. Pocket, par exemple, publie une majorité de traductions italiennes ou espagnoles (Zafón), qui sont encore des séries. Lumen, créé en 2014, ne s’appuie que sur des licences japonaises et anglo-saxonnes. Du reste, en dehors du Japon, on traduit peu de romans orientaux ou extrême-orientaux, ce sera l’une des questions à creuser au cours du travail

 

 

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *