Disparition de la revue Parole

Le Magasin des enfants se fait le relais de la lettre suivante:

teaser_9123

Il y a quelques semaines, les rédactrices de Parole ont appris par l’actuelle rédactrice responsable, Cécile Desbois-Müller, la disparition prochaine de la revue. Le numéro qui vient de paraître sera donc le dernier.

Nous, rédactrices et anciennes rédactrices de Parole, tenons à faire part de notre totale consternation. 

Certes, le problème du financement d’une revue est réel, certes nous savons que l’ISJM (Institut suisse Jeunesse et Médias) connaît des problèmes de financement récurrents pour ses activités.

Cela dit, des solutions auraient pu être trouvées, nous semble-t-il, en lien par exemple avec une meilleure diffusion de la revue en Suisse romande, en France, en Belgique et dans tout pays francophone. Il existe aujourd’hui le financement participatif également, qui aurait très bien fonctionné avec Parole, nous en avons la conviction, au vu par exemple de l’excellente réputation de la revue, reconnue pour sa qualité et son originalité. Sans compter qu’elle occupe en Suisse romande une place unique !

 

Une revue telle que Parole joue de multiples fonctions : la supprimer de la sorte c’est ignorer tout ce qui permet la diffusion et la transmission de la littérature. 

Il nous paraît inquiétant que les personnes qui sont les plus informées et les plus expertes sur les enjeux de la présence de la littérature auprès du jeune public n’en tiennent pas compte.

Parole  s’adresse à de nombreux publics: enseignants, parents et famille, bibliothécaires, médiateurs du livres, libraires, éditeurs, et les auteurs et illustrateurs eux-mêmes… 

Parole, qui paraît depuis plus de trente ans, permet de se situer dans l’immense production éditoriale. 

Elle informe sur les contenus des livres, avec régularité et expertise, en lien avec l’actualité.

Elle propose un regard critique essentiel pour les personnes qui, ensuite, vont à la rencontre des enfants et des adolescents avec les livres.

Elle joue aussi un rôle patrimonial: on pourra toujours s’y référer pour mieux connaître un auteur, un artiste et sa production par exemple. 

Enfin, elle propose une vraie réflexion critique sur les livres en lien direct avec la société dans laquelle vit le jeune public. 

 

Supprimer Parole, c’est mépriser le travail accompli avec brio par les personnes qui en ont eu la responsabilité.

C’est comme raser un jardin plutôt que de prendre soin des arbres, des fleurs, des animaux, des insectes, c’est détruire plutôt que soigner et entretenir ce qui a force et valeur, malgré une apparente fragilité.

Nous ne pouvons que regretter cette décision.

 

Ulrike Blatter                                                                                                

Barbara Bonardi                                                                                              

Céline Cerny                                                                              

Claude-Anne Choffat                                                           

Anne Damon                                                                           

Sylvie Dardaillon                                                                      

Gaëlle Farre  

Isabelle Guillaume

Eléonore Hamaide-Jager

Janine Kotwica

Danielle Dubois-Marcoin

Sylvie Neeman

Madeline Roth

Mathilde Tellier 

Joëlle Turin

Françoise Zutter

                                                                        

Lettre également publiée sur le groupe Facebook d’Actualité de la littérature jeunesse : https://www.facebook.com/groups/457795480918857/?fref=ts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *