L’entrée dans la lecture

Nous publions le compte rendu de la séance du 5 novembre 2016, rédigé par Déborah Lévy-Bertherat et Mathilde Lévêque. Le séminaire de l’Afreloce à l’ENS recevait Andrei Minzetanu (EHESS).

À la croisée entre sa thèse (sur les carnets de sept écrivains) et l’ouvrage qu’il en a tiré (Carnets de lecture. Généalogie d’une pratique littéraire, 2016) et un projet en chantier depuis lors sur la culture scolaire, Andrei Minzetanu livre des éléments d’une réflexion en cours sur le « devenir lecteur » du lettré, c’est-à-dire de celui qui a un rapport professionnel à la lecture et une relation singulière au texte, dédiant sa vie à la lecture et à l’écriture (Cf. William Marx, Vie du lettré, 2009). Andrei Minzetanu a notamment travaillé sur le prélèvement de la citation, ce moment d’arrêt dans la lecture, moment central d’appropriation de la littérature et geste intérieur et mental[1]. À partir des travaux d’Antoine Compagnon (La seconde main ou le travail de la citation, 1979), et de la rhétorique proposée par Michel Charles (Introduction à l’études des textes, 1995), Andrei Minzetanu développe la notion de « note-citation » pour sortir d’une vision intertextuelle de la citation. Revenant à l’idée du devenir lecteur, il explore trois dimensions de la lecture : rhétorique, politique et éthique.

La rhétorique de la lecture s’ancre dans des expériences primordiales de lecture, apprentissage raconté par les écrivains comme une illumination subite : « Je savais lire », écrit Sartre dans Les Mots à propos de Sans Famille d’Hector Malot[2]et Alberto Manguel, dans Une histoire de la lecture, évoque sa mise en relation précoce de l’image et des « formes » — les lettres[3]. Agnès Desarthe oppose son apprentissage aisé du déchiffrement et son rejet de la lecture littéraire : « J’apprends à lire sans m’en rendre compte. C’est tellement facile […]. Je n’ai aucun problème avec la lecture. J’ai un problème avec les livres »[4]. Ce type de récits, qui fonctionne comme un discours matrice sur la lecture, est topique. Le discours des écrivains sur ce moment particulier de l’entrée dans la lecture évoque des cérémonies d’appropriation (Sartre), où l’on retrouve des lieux communs : curiosité, fétichisme, autonomie de l’apprentissage, etc. Mais sans doute ne faut-il par les croire sur parole[5]. Il faut prendre garde à ne pas être trop prisonnier de leur discours. Comment objectiver les pratiques et les discours des écrivains sur ce moment particulier de lecture ? Faut-il supposer aussi chez eux une capacité d’introspection supérieure à celle des lecteurs « ordinaires » ? Il convient d’objectiver ces témoignages grâce à l’histoire et à la sociologie de la lecture et de l’institution scolaire, c’est en tout cas le parti pris méthodologique d’Andrei Minzetanu. Les lecteurs non professionnels tiennent des discours similaires sur leur prise de note, mais pas sur leur culture scolaire. Une enquête de Jean-Pierre Albert sur 250 adultes et adolescents prouve que ces carnets continuent à exister après la fin des études[6]. Anne Frank avait un carnet de citations, destiné à sa vocation d’écrivain (il est exposé au musée Anne Frank à Amsterdam). Philippe Lejeune cite un cas limite de carnet de lecture : celui d’une jeune fille qui, incapable d’écrire son propre journal, a recopié le Journal d’Anne Frank, poussant le zèle jusqu’à faire coïncider sa vie et celle de son modèle[7].

Lors d’une première discussion avec les participants, Sylvie Dardaillon, Éléonore Hamaide et Florence Gaiotti abordent le  travail sur la pratique du « carnet de lecteur » à l’école élémentaire (cycle 3), préconisé depuis 2002 dans les instructions officielles de l’Éducation nationale. Cette pratique s’est mise en place très difficilement. L’appropriation des lectures scolaires et non scolaires ne va pas de soi et aboutit souvent à des fiches de lecture plus qu’à de véritables carnets. Il s’agit d’une intrusion délicate dans la constitution d’une bibliothèque personnelle.

La politique de la lecture est abordée sous l’angle des morceaux choisis (cf. Histoire de la rhétorique de M. Fumaroli). L’art de l’extrait est mentionné dès Pline le Jeune à propos de techniques de lecture de son oncle, Pline l’Ancien. La scolastique médiévale puis l’humanisme (Montaigne) l’ont largement pratiqué. Les jésuites en ont institutionnalisé l’enseignement, en consacrant des traités spécifiquement dédiés aux techniques de l’extrait lesquelles leur permettaient, entre autres, de censurer les textes antiques païens[8]. Au 19e s., âge d’or des morceaux choisis, le geste de l’extrait est particulièrement genré : les filles ne lisent pas les mêmes extraits que les garçons[9]. La pratique est à la fois formatrice et violemment contraignante : même la Bible n’est pas lue intégralement[10]. L’école préfère le dégoût et l’indifférence à la liberté d’une lecture personnelle. L’enseignement formaliste oblige les élèves à s’attarder sur le style (latin) pour éviter d’aborder le contenu païen des textes.

Lors d’une deuxième discussion, Florence Gaiotti évoque la dimension idéologique des choix d’extraits. Déborah Lévy-Bertherat rappelle que le formalisme est toujours fortement présent dans l’enseignement actuel. Cécile Boulaire souligne l’inertie de l’enseignement scolaire par rapport à la recherche universitaire, parce qu’on forme les enseignants pour 40 ans. Sylvie Dardaillon explique que les instructions officielles de 2002 incitent à faire lire des textes intégraux, mais la liste est également idéologique. Elle souligne la dichotomie entre la lecture intégrale et la culture du groupement de textes (parfois dès la maternelle). C’est ainsi que l’idéologie est plus insidieuse. Andrei Minzetanu rappelle que l’introduction des romans dans le canon scolaire date des années 1920[11].

Andrei Minzetanu évoque enfin l’éthique de la lecture à propos de ce qu’il appelle un événement de lecture[12]. On en trouve un exemple dans l’article « Pierre Bourdieu, le chagrin » (Le Monde, 2002), où Annie Ernaux explique ce que la découverte du sociologue a été pour elle et sa génération. L’événement de lecture déclenche une rupture ontologique qui conduit à une fidélité très forte par rapport au texte lu. On se souvient que Bourdieu a emprunté à Baudelaire l’expression de « voile scolaire », intermédiaire qui biaise le contact réel avec la littérature. Il faudrait donc désapprendre, contre l’autorité et avec elle. L’expérience pédagogique de ce type d’événement peut se décrire selon les termes de MC. Blais, M. Gauchet et D. Ottavi, comme « l’exercice dialectique d’une autorité en vue d’une liberté » ou comme « l’exercice dialectique d’une impersonnalité en vue d’une personnalisation. » (Pour une philosophie politique de l’éducation, Bayard, 2002).

Sibylle Lesourd demande quelle impersonnalité on attend de l’enseignant, qui a aussi des choix subjectifs de lecture. Florence Gaiotti note qu’une discussion autour du livre dans le cadre scolaire peut aussi conduire à considérer le livre d’une autre manière.

 

Éléments de bibliographie :

BOURDIEU, Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, coll. « Points », [1997], 2003.

—, « Système d’enseignement et système de pensée », Revue internationale des sciences sociales, XIX, 3, 1967, p. 367-388, repris dans Fabrice Clément (dir.), L’Inconscient académique, Genève, Zurich, Éditions Seismo, 2006, p. 21-46.

—, et Jean-Claude Passeron, La Reproduction, Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Minuit, 1970.

—, et R. Chartier, « La lecture : une pratique culturelle. Débat entre Pierre Bourdieu et Roger Chartier », dans R. Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Éditions Payot et Rivages, 2003.

CASANOVA, Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, coll. « Points », [1999], 2008.

CHERVEL, André, Histoire de l’agrégation : contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, Éditions Kimé, 1993.

—, La Composition française au XIXe siècle : dans les principaux concours et examens de l’agrégation au baccalauréat, Paris, Vuibert, 1999.

—, La Culture scolaire. Une approche historique, Paris, Belin, 1998.

DUBAR, Claude, La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, [1991], 2000.

DUBET, François, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1994.

DURU-BELLAT, Marie, VAN ZANTEN, Agnès, Sociologie de l’école, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2012.

FORQUIN, Jean-Claude, Sociologie du Curriculum, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2008.

GAYET, Daniel, Les Pratiques éducatives des familles, Paris, PUF, coll. « Éducation et formation », 2004.

HEINICH, Nathalie, Être écrivain : création et identité, Paris, La Découverte,  coll. « Armillaire », 2000.

ISAMBERT-JAMATI, Viviane, Les Savoirs scolaires. Enjeux sociaux des contenus d’enseignement et de leurs réformes, Paris, Éditions Universitaires, coll. « Savoir et formation », 1990.

JEY, Martine, La Littérature au lycée : invention d’une discipline 1880-1925, Metz, Centre d’études linguistiques des textes et des discours, Université de Metz, coll. « Recherches textuelles », 1998.

LAHIRE, Bernard, La Raison scolaire : école et pratiques d’écriture, entre savoir et pouvoir, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2008.

LAFONT-TERRANOVA, Jacqueline, Se construire à l’école comme sujet-écrivant : l’apport des ateliers d’écriture, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2003.

LELIÈVRE, Claude, Histoire des institutions scolaires (1789-1989), Paris, Nathan, coll. « Repères pédagogiques », 1990.

MACÉ, Marielle, Façons de lire, manières d’être, Paris, Gallimard, coll. « NRf essais », 2011.

MARIN, Gabriel, Apprendre l’histoire à l’école communiste : mémoire et crise identitaire à travers les manuels scolaires roumains, Paris, L’Harmattan, coll. « Chemins de la mémoire », 2013.

MARTUCCELLI, Danilo, À l’école. Sociologie de l’expérience scolaire, Paris, Seuil, coll. « L’épreuve des faits », 1996.

MARX, William, Vie du lettré, Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », 2009.

MASSOL, Jean-François, De L’Institution scolaire de la littérature française, 1870-1925, Grenoble, ELLUG, 2004.

MERLE, Pierre, Sociologie de l’évaluation scolaire, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1998.

MINZETANU, Andrei, Carnets de lecture, généalogie d’une pratique littéraire, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Manuscrits modernes », 2016.

PROST, Antoine, Regards historiques sur l’éducation en France XIXe-XXe siècles, Paris, Belon, coll. « Histoire de l’éducation »,  2007.

—, Du Changement dans l’École : les Réformes de l’éducation de 1936 à nous jours, Paris, Seuil, 2013.

RAYOU, Patrick, La « Dissert de Philo » : sociologie d’une épreuve scolaire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2002.

ROBSON, Catherine, Heart Beats, Everyday Life and the Memorized Poem, Princeton, Oxford, Princeton University Press, 2012.

ROCHEX, Jean-Yves, Le Sens de l’expérience scolaire : entre activité et subjectivité, Paris, PUF, coll. « Éducation et formation », 1995.

SAPIRO, Gisèle (dir.), L’Espace intellectuel en Europe : de la formation des États-nations à la mondialisation XIXe-XXIe siècles, Paris, La Découverte, 2009.

TODOROV, Tzvetan, Devoirs et délices: une vie de passeur : entretiens avec Catherine Portevin, Paris, Seuil, coll. « Points », 2006.

[1] Andrei Minzetanu, « La lecture citationnelle ou l’ars legendi comme ars excerpendi », Littérature, nº 168,  décembre 2012, p. 31-42.

[2] Jean-Paul Sartre, Les Mots, Paris, Gallimard, 1964, p. 40-44.

[3] Alberto Manguel, Une histoire de la lecture, trad. fr. par Christine Le Boeuf, Arles, Actes Sud, 1998, p. 20-21.

[4] Agnès Desarthe, Comment j’ai appris à lire, Paris, Stock, 2013, p. 19-20.

[5] Cette position, défendue surtout par la sociologie de Bourdieu, a toujours créé des tensions ; il suffit de songer dans ce sens aux lignes consacrées par ce dernier au début des Règles de l’art aux textes de Danièle Sallenave.

[6] Jean-Pierre Albert, « Écritures domestiques », dans Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, Éditions P.O.L., Centre Georges Pompidou, 1993, p. 68. Une enquête plus récente confirme la survie du carnet de citations chez les lecteurs amateurs ; les sociologues notent à propos d’un des lecteurs qui dit tenir un carnet de citations : « Ainsi, pour Danièle, la lecture apparaît comme une pratique sérieuse et utile loin du divertissement et de l’évasion qui ne l’attirent pas plus qu’avant. Elle a besoin d’être seule pour lire, le bruit la dérange et elle n’écoute jamais de musique en lisant. Elle possède un cahier où elle recopie des passages de livres qui lui ont plu : « Une belle phrase pour ne pas l’oublier, des extraits de l’Introduction à la méditation hébraïque, des citations de Rabbi » ». Claude Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Broissieux, Éditions du Croquant, 2010, p. 109. Pour d’autres lecteurs qui détiennent des carnets de citations, voir aussi : p. 140, 149, 150, 236, 334.

[7] Ce témoignage est cité et commenté par Philippe Lejeune dans son livre : « Cher cahier … », Paris, Gallimard, 1989, p. 47.

[8] Andrei Minzetanu, « Pour une histoire du copier-coller littéraire »,  Critique, nº 785, octobre 2012, p. 842-853.

[9] Paule Constant, Un monde à l’usage des Demoiselles, Paris, Gallimard, 1987, p. 351.

[10] Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture 1880-2000, Paris, BPI, Centre Pompidou, Fayard, 2000, p. 20-85.

[11] « Le roman est absent des programmes durant tout le XIXe siècle, il y fait son entrée en 1923, et sous la forme tronquée d’extraits », Gilles Philippe, Julien Piat (dir.), La Langue littéraire, Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009, p. 58.

[12] Andrei Minzetanu, « La lecture comme événement », Littérature, nº 186, juin 2017, à paraître.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *