Aperçus historiques sur l’éducation esthétique : finalités, modalités

ro80155402Nous publions le compte rendu de la séance du 1er octobre 2016 du séminaire de l’Afreloce à l’ENS. Pour inaugurer cette nouvelle session consacrée à l’enfance et à l’art, nous recevions Annie Renonciat, dont l’exposé aussi riche que passionnant a présenté les aperçus historiques sur l’éducation esthétiques (finalités, modalités). Ce compte rendu a été rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

***

Dans le sillon du plan Tasca Lang en 2000, l’éducation artistique et culturelle est devenue une priorité nationale en 2008, de la maternelle à l’Université — la France suivant en cela une mobilisation internationale. La conférence d’Annie Renonciat se propose de revenir sur l’histoire de cette pédagogie à l’école primaire durant la IIIe République en se concentrant sur les arts visuels. Des historiens (R. D’Enfert, E. Pernoud, voir la bibliographie en fin de ce billet) ont souligné l’iconophobie de cette époque, mais l’action de l’école de Jules Ferry et de ses successeurs en faveur de l’art à l’école peut être appréciée plus positivement en élargissant la réflexion à l’éducation esthétique (formation de la sensibilité aux arts), en allant au-delà des sources textuelles pour chercher des traces matérielles (production des artistes et des écoliers), et en tenant compte des évolutions entre 1880 et 1940.

  • Les finalités : économiques, morales, sociales, éducatives

Elles coexistent tout au long de la période, mais s’imposent plus ou moins selon les moments. Si l’école primaire apporte aux enfants des milieux populaires les fondamentaux avant l’apprentissage d’un métier, quelle place l’art peut-il y avoir ?

Avant tout pragmatique et utilitaire, l’école selon Jules Ferry se veut fermée aux arts d’agrément. Mais, dès 1882, dessin, modelage, chant et solfège y sont des matières obligatoires. L’objectif est d’effacer les anciens privilèges, mais aussi d’offrir à l’enfant du peuple une éducation globale : éveiller sa sensibilité, permettre la fréquentation du beau qui conduit, suivant une idée largement partagée, à la noblesse morale.

  • L’éducation scolaire artistique au service de l’industrie française

Mais dans un premier temps, les motivations sont surtout économiques : pour répondre à la concurrence anglaise (l’Exposition Universelle de 1851 à Londres a marqué le triomphe de la puissance industrielle britannique), il faut former des artisans qualifiés et des consommateurs avertis. Les programmes officiels s’appuient sur la méthode du sculpteur Eugène Guillaume, une approche rationnelle et géométrique du dessin  répondant aux besoins de l’industrie, qui ne favorise pas l’éducation esthétique.

  • L’école comme musée

Ferdinand Buisson, directeur de l’enseignement primaire, estime que l’éducation esthétique doit se faire conjointement par la « vue incessante de beaux ouvrages », « incubation inconsciente de la beauté ». À sa demande, Ferry a institué dès 1880 une commission de la décoration des écoles et de l’imagerie scolaire que de nouveaux procédés photomécaniques (ex. Goupil à Bordeaux) permettent de reproduire à peu de frais. Elle examine et sélectionne la production des éditeurs, y compris des bons-points appelés à introduire l’art dans les plus humbles demeures, édite des préconisations de thèmes pour les estampes et la décoration murales (fruits, fleurs, industrie, héros nationaux ou régionaux…) et établit un musée-type de gravures jugé représentatif de l’histoire de l’art, en privilégiant pour les garçons des figures illustres, pour les filles des scènes familiales. À partir de 1896, on commande des estampes à des artistes confirmés (Adolphe Willette, Etienne Moreau-Nélaton, Henri Rivière, Clémentine Hélène Dufau, puis en 1905 Jules Adler, Georges Despagnat et Abel Truchet). Pour aider à connaître et à aimer la France, on réutilise les affiches des compagnies de chemin de fer.

img-1

Henri Rivière, L’Hiver, 1896.

Cette éducation qui se veut esthétique relève d’une pédagogie par l’image qui vise à l’éducation républicaine, civique et morale, des futurs ouvriers, artisans, citoyens et soldats.

Aussi, c’est assurément dans la construction massive de bâtiments scolaires, neufs ou réaménagés,  regardés comme de coûteux « palais » par les détracteurs de l’école laïque, que se concentre surtout l’effort de la République.

  • La Société nationale de l’Art à l’école (1907)

La mission sociale de l’art est désormais mise en avant : dans l’élan de la loi de 1901, des sociétés privées défendent la création d’un art social (Mc William et al., 2014), art pour le peuple, moderne et bon marché, notamment dans les écoles. Fondée en 1907, la Société nationale de l’Art à l’école est extérieure aux institutions, mais on y retrouve nombre d’enseignants et d’inspecteurs (F. Buisson) et des figures de l’art officiel. Elle édite un programme prônant une école saine et aérée, attrayante et ornée, qui définit trois chantiers : l’enseignement du dessin, l’imagerie, et la décoration des classes.

– L’enseignement du dessin libéré. En réaction contre E. Guillaume, Gaston Quénioux élabore une nouvelle méthode de dessin, mise en œuvre à partir de 1909, autorisant liberté de sentiment et d’interprétation chez l’élève, liberté d’action chez le maître, qui n’évalue plus l’exécution mais l’expression. La nature devient le modèle privilégié ;  les écoliers sont encouragés à illustrer leurs cahiers, dans toutes les matières, et les événements de leur vie extra-scolaire.  Le dessin se veut un instrument général de culture dans le but de former un individu « plus clairvoyant, d’une conscience plus haute », « un meilleur citoyen d’une meilleure démocratie ».

– L’imagerie scolaire renouvelée. Tout est concerné : imagerie murale, couvertures des cahiers, bons-points reproduisant des œuvres consacrées, ornementation des diplômes, illustration des manuels. La production iconographique, pédagogique et décorative, à destination de l’école, s’amplifie : on note, par exemple, les images de Firmin Bouisset éditées par Nathan pour les classes maternelles.

377_001

  • La décoration des écoles.

Les locaux scolaires doivent éveiller la sérénité et la joie par une esthétique hygiénique (baies vitrées), simple, claire, naturelle :  des couleurs claires, des frises peintes au pochoir de motifs empruntés à la flore et à la faune. Pour les garçons, on choisira des tons intenses, plus délicats pour les filles. Dès le début du XXe siècle, des réalisations remarquables sont conduites à Paris. Des architectes, comme H. Sauvage, renouvellent le mobilier scolaire.

Dans les années 1930, l’architecture et la décoration des bâtiments scolaires connaissent un âge d’or. Une exposition récente au Petit Palais, « L’école en images », en a donné des exemples parisiens.  À Puteaux, le groupe scolaire Marius-Jacotot (1934-37), conçu par les frères Niermans comme une petite ville avec piscine, jardin, volière, rivière, en est un autre.

930_001

Conclusion 

Si l’éducation esthétique doit contribuer à la fois à la sensibilité et à la culture, l’école de la IIIe République n’a pas démérité en instaurant, dès les débuts du XXe siècle, un enseignement artistique plus attentif à la sensibilité de l’enfant et un environnement esthétique de l’écolier, forme d’initiation à l’art jadis réservé aux élites.

  Pour autant, c’est un art instrumentalisé, véhicule des valeurs de la République. L’école exclut de  son histoire les œuvres du Moyen-Âge et les avant-gardes. Elle commande aux artistes des représentations rationalistes et réalistes, décrivant des situations ordinaires, laissant peu de place à la rêverie ou au questionnement, qui préparent les enfants à une vie modeste.

L’enfant n’a pas son mot à dire. L’art va vers lui, et non l’inverse comme dans les nouvelles pédagogies qui, en marge, vont favoriser sa liberté d’expression : les ateliers d’Elise Freinet exaltent le dessin libre, l’invention, la diversité des moyens. Germaine Tortel, inspectrice de 1932 à 1962, élabore une pratique fondée sur l’écoute et la valorisation de la parole et des productions des petits pour « former dans l’enfant le penseur, le poète, sensible et bon… ».

À travers ces projets divergents, on voit cependant se dessiner un consensus : l’art est une voie privilégiée de la construction de sociétés démocratiques, meilleures et plus humaines.

***

Éléments de bibliographie contemporaine

Jocelyne BEGUERY, « Le dessin : vers un problématique enseignement artistique », dans L’École républicaine et la question des savoirs. Enquête au cœur du Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, sous la direction de Daniel Denis et Pierre Kahn, pp. 212-243.

Marie-Jeanne BRONDEAU-FOUR et de Martine COLBOC-TERVILLE, « Du dessin aux arts plastiques. Repères historiques et évolution jusqu’en 1996 », site de l’académie de Nantes, 98 p.

Isabelle COLLET et Marie MONFORT, L’École joyeuse et parée, murs peints des années 1930 à Paris, catalogue de l’exposition au Petit Palais, Paris Musées, 2013.

Renaud D’ENFERT, L’enseignement du dessin en France. Figure humaine et dessin géométrique (1750-1850), Paris, Belin, 2003.

Jeremy HOWARD, Catherine BURKE, Peter CUNNINGHAM (éd.), The Decorated School: Essays on the Visual Culture of Schooling, Londres, Black Dog Publishing, 2013

Alain KERLAN, L’art pour éduquer ? La tentation esthétique. Contribution philosophique à l’étude d’un paradigme, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004.

Emmanuel PERNOUD, L’invention du dessin d’enfant en France, à l’aube des avant-gardes, Paris : Hazan, 2003.

Neil MC WILLIAM, Catherine MÉNEUX et Julie RAMOS (dir.), L’Art social en France de la Révolution à la Grande Guerre, Rennes, PUR, 2014.

Dominique POULOT, Jean-Miguel PIRE et Alain BONNET, L’Éducation artistique en France. Du modèle académique et scolaire aux pratiques actuelles XVIIIe-XIXe siècles, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Annie RENONCIAT (dir.), Voir/Savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, du xvie au xxe siècle, Futuroscope, Scéren/CNDP, 2011.

Claude ROZINOER, Les Maisons d’école, une histoire en cartes postales, Canopé-CNDP, coll. Patrimoine d’enfances, 2012.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 novembre 2016

    […] Nous publions le compte rendu de la séance du 1er octobre 2016 du séminaire de l’Afreloce à l’ENS. Pour inaugurer cette nouvelle session consacrée à l’enfance et à l’art, nous recevions Annie Renonciat  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *