L’enfant dans la culture arabe moderne

(illustration extraite de La roue de Tarek, conte écrit et illustré par Mathilde Chèvre, traduit en arabe par Georges Daaboul, éditions Le Port a Jauni 2014)

Colloque international, 29-30 septembre 2016, Université de Lorraine (Nancy, campus Lettres et Sciences humaines)

Le colloque vise à étudier la thématique de l’enfance sous tous ses aspects, dans la culture arabo-musulmane d’aujourd’hui et, prioritairement, dans la littérature arabe contemporaine (arabophone et allophone, prose ou poésie), en ce comprise la littérature pour enfants ou adolescents.

Longtemps considérée comme un élément mineur dans la société, encore peu étudiée par les critiques scientifiques, l’enfance, objet et sujet littéraire, prend, au fur et à mesure du développement de la psychanalyse, davantage de place dans la littérature contemporaine : choyée, nostalgique, sacrifiée, brisée, humiliée, maltraitée, l’enfance prend des allures de thématique fondamentale. Reprenant à leur compte l’observation de Jean-Jacques Rousseau, selon qui « L’enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres », les auteurs arabes d’aujourd’hui exploitent les potentialités sensorielles et narratives de l’enfant. De l’innocente victime à la garantie d’un avenir meilleur, martyr ou coupable, l’enfant est tantôt un personnage secondaire de l’espace fictionnel contemporain ‒ témoin muet des drames du monde adulte ‒, tantôt le héros principal d’autobiographies justificatrices, initiatiques ou dénonciatrices. Entre réalisme et onirisme, fantasy et romantisme, poésie et humour, les romanciers adultes arabophones ou allophones se remémorent les événements de leur enfance pour justifier les orientations de leur vie future ou dressent des portraits d’enfants qui, pour survivre dans un univers hostile et cruel de traditions sclérosantes, de tyrannies ou de guerres, développent des stratégies diverses…

À partir de la production littéraire, les analyses s’articuleront autour de cinq axes :

  1. récit d’enfance et narratologie;
  2. enfance et problèmes de société;
  3. enfance, culture, langue et traditions ;
  4. enfance et identité ;
  5. enfance entre passé et avenir ;
  6. enfance et mémoire.

Ces axes se déclineront en questionnements divers, dont la liste n’est pas limitative :

  • potentialités narratives et exploitation littéraire de l’enfant dans l’autobiographie, le témoignage, le roman (satirique, réaliste, initiatique, policier ou fantastique), la bande dessinée, la poésie ;
  • enfance et liens entre le réel et l’onirique ;
  • enfance, jeux, imagination et fantaisie ;
  • enfance et humour ;
  • interactions entre la constitution d’une identité et la mémoire de l’enfance ;
  • enfance et langue ;
  • enfance, frontières et exil ;
  • enfance entre rupture, transmission ou transgression des traditions ;
  • enfance et mixité culturelle ;
  • rapports entre l’enfant et les parents ou la fratrie ;
  • regards de l’adulte sur son enfance, regard de l’enfant sur le monde adulte ;
  • enfance et altérité ;
  • nostalgie de l’enfance : retour mémoriel, retour impossible, l’enfance-patrie… ;
  • enfance meurtrie, enfant-soldat, enfant martyr ;
  • enfance, innocence et cruauté ;
  • enfance et sentiments, sensibilité et sensorialité ;
  • enfance et idéal moral, social et religieux.

Comité scientifique

  • Jean Akiki (USEK-Liban)
  • Tayeb Bouderbala (Université de Batna-Algérie)
  • Sobhi Boustani (Inalco, France)
  • Charbel Dagher (Balamand-Liban)
  • Miloud Gharrafi (Université Toulouse 2/Écoles de St-Cyr Coëtquidan)
  • Georges Khoury (Université de Heidelberg, Allemagne)
  • Xavier Luffin (Université libre de Bruxelles, Belgique)
  • Antonino Pellitteri (Université de Palerme, Italie)
  • Elisabeth Vauthier (Université Lyon 3, France)
  • Edgard Weber (Université de Strasbourg, France)

Comité d’organisation

Étudiants inscrits en master Méditerranée et Europe centrale et orientale, spécialité Arabe (Université de Lorraine) et doctorants en Littérature arabe et Littérature comparée (Université de Lorraine).

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront être envoyées, avant le 1er mai 2016, conjointement aux adresses suivantes :

 

Elles devront respecter les consignes suivantes :

  • Une page isolée comportant le nom, l’appartenance institutionnelle, le grade, le titre de la communication et les coordonnées de l’auteur (adresse professionnelle, adresse personnelle, adresse électronique et téléphone) ;
  • Sur une autre page : une proposition de 15 à 20 lignes en français (Word, Times 12, interligne 1,5) avec indication de l’axe choisi et un titre provisoire ;
  • Cinq mots clés devront également être mentionnés.

 

Toutes les propositions seront soumises à une double expertise en aveugle des membres du comité scientifique.

 

 

Calendrier

1er mai 2016 : date de retour des propositions

30 mai 2016 : envoi des avis du comité scientifique aux auteurs

29-30 septembre 2016 : colloque

30 novembre 2016 : remise des textes à Laurence Denooz et Nehmetallah Abirached

1er janvier 2017 : envoi des avis du comité scientifique aux auteurs pour corrections

 

Après avis du comité scientifique, les articles retenus feront l’objet d’une publication dans la revue LiCArC (Littérature et Culture arabes contemporaines), éditée par Classiques Garnier sous la direction scientifique de Laurence Denooz et Nehmetallah Abi-Rached. Cette revue publie des études littéraires et sociolinguistiques ou des traductions d’œuvres littéraires. Tous les textes publiés sont soumis à l’évaluation anonyme d’un comité scientifique international. Le respect des consignes éditoriales fera également partie de l’évaluation du texte.

 

 

Informations complémentaires

Frais d’inscription pour les intervenants : 25 euros

Les versements seront à effectuer sur place.

Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge.

Les déjeuners seront offerts aux intervenants.

Charte éditoriale

1- Protocole de rédaction

  • La langue des articles sera le français.
  • Les auteurs sont tenus responsables des idées et opinions émises dans leurs articles.
  • Aucun article déjà publié ne sera accepté à la publication.
  • L’article sera précédé d’un résumé en français qui ne doit pas dépasser 500 caractères (espaces comprises), et des mots-clefs de l’article.
  • La direction de la revue, après avis du Comité de lecture, transmettra aux auteurs sa décision d’acceptation ou de refus de leurs articles après un délai raisonnable suivant la date limite fixée pour la réception des articles.
  • Les éditeurs se réservent le droit de proposer à l’auteur des corrections et des modifications à son article.
  • La version finale de l’article, après corrections et modifications, et avant publication, sera soumise à l’accord de l’auteur.
  • L’auteur apposera, en fin du document, sa signature, ses coordonnées et son institution de référence, telles qu’il souhaite les voir apparaître dans le numéro de la revue. Il indiquera aussi s’il souhaite y voir figurée son adresse mail.
  • Un contrat de publication sera signé avec l’auteur de l’article accepté.

 

2- Renseignements pratiques

  • La version électronique de l’article sera numérisée au format Word (.doc) ou RTF, et au format PDF, police Times New Roman, Taille 12.
  • Si une police de caractères spéciale est utilisée dans le texte, elle devra être envoyée en attaché avec l’article.
  • Dès réception de l’article, un « accusé de réception » sera envoyé à l’auteur.
  • L’article (espaces, notes de bas de pages et bibliographie comprises) ne doit pas dépasser la limite maximale de 30 000 caractères.

 

3- Quelques règles éditoriales

a- Ponctuation

  • Chaque signe simple (virgule, point) ou triple (trois points) sera collé au mot qui le précède.
  • Chaque signe double (deux points, point d’interrogation, d’exclamation, etc.) sera séparé du mot qui le précède par une espace insécable.

b- Notes de bas de page et renvois

L’apparat critique et les notes figureront en bas de page et seront référencés par un renvoi numéroté. La numérotation recommence à chaque page. Modèle de citation de bas de page :

1- J. Céard, « Montaigne traducteur de Raymond Sebond », Montaigne Studies, vol. 5, n° 1-2, 1993, p. 11-26.

La référence complète de l’ouvrage sera donnée dans la bibliographie à la fin du document.

  • Si la citation dépasse deux lignes, il convient de l’individualiser par un paragraphe entier en romain et en caractère 11.

 

c- Bibliographie (normes françaises)

  • La bibliographie sera placée en fin du document en respectant la forme suivante :

1- Monographie.

Dupont, Jean, 2008, L’Esturgeon, Paris, Grasset.

2- Ouvrage dirigé.

Dupont, Jean (dir.), 2008, Les poissons d’eau douce, Paris, Grasset.

3- Ouvrage à auteurs multiples.

Legrand, Daniel, et al., 2008, La vie nocturne des poissons, Paris, Grasset.

4- Article d’un ouvrage collectif.

Martin, Paul, 2008, « La vision chez les poissons », in Soula, Daniel (dir.), Les poissons lumineux, Paris, Sycomore.

5- Article dans une revue.

Petit, Bruno, 2008, « Les inchoatifs », in Linguistique n° 82, Paris, Edifac.

Pour les références en ligne, on fera suivre l’adresse du site de la date de consultation.

Jouanin, Claire, « Les poissons savants », [en ligne] http://www.sitedespoissons.fr (consulté le 12/11/2011).


Cécile Boulaire

maître de conférences à l’Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *