Enfants sauvages: représentations et savoirs

71359 bisColloque international
ENFANTS SAUVAGES. REPRÉSENTATIONS ET SAVOIRS
4 et 5 décembre 2015, École normale supérieure, Paris

ENS, Lila, République des Savoirs
Lieu : École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle : Théâtre

Les enfants sauvages, surgis des marges de l’humanité, sont l’objet d’une inépuisable fascination. Ils réactivent les mythes de héros et de dieux nourris par des bêtes, mais aussi du monstre. La nomenclature de Linné, désignant ces figures inclassables comme « homines feri », tente d’en faire le chaînon manquant entre le singe et l’homme.

La figure de l’enfant sauvage interroge en effet les limites biologiques, éthiques, religieuses, de l’humain, notamment l’acquisition du langage. Des Lumières au romantisme, des cas réels de jeunes ensauvagés (Peter, Marie-Angélique, Victor, Kaspar Hauser…) ont passionné savants, philosophes et écrivains, qui ont cherché en eux la réponse aux grandes questions de leur temps sur l’homme naturel, la limite entre humain et animal, entre nature et culture, et sur la possibilité d’une éducation sans langage. Que le jeune sauvage soit issu d’une forêt (isolement naturel) ou d’un cachot (isolement artificiel), sa survie solitaire et son mutisme viennent remettre en cause les fondements même de la société. Beaucoup voient en lui une figure critique, une sorte de Huron autochtone.

Au cours du 19ème s., on est passé d’un questionnement anthropologique à une approche psychopédagogique et psychiatrique de ces enfants. Leurs troubles cognitifs n’apparaissent plus comme le résultat d’une improbable survie isolée, mais comme un handicap sensoriel ou mental (surdité, surdicécité, autisme). Le cas de Genie (1970), a constitué un nouveau tournant dans cette approche.Tragique par la double violence qu’elle exerce et qu’elle subit, la figure de l’enfant sauvage n’a cessé, jusqu’à présent, de nourrir l’imaginaire. Elle a irrigué un important courant de fictions pour la jeunesse, où l’ensauvagement prend la forme idéalisée de la robinsonnade ou de l’éducation animale (Le Livre de la Jungle, Tarzan). Les années 1960-80 ont renouvelé les représentations de la figure de l’ensauvagé et en ont proposé de nouveaux modèles, notamment avec les films de Truffaut sur Victor de l’Aveyron (1970) et de Herzog sur Kaspar Hauser (1974).

Interrogeant l’évolution des représentations des enfants sauvages à travers le temps, le colloque ouvrira la réflexion à ses interprétations par l’anthropologie et les sciences (sciences cognitives, pédopsychiatrie, neurosciences).

Programme :

Vendredi 4 décembre

  • 9h. Accueil par Marc Mézard, Directeur de l’Ecole normale supérieure
  • 9h15. Introduction, Mathilde Lévêque et Déborah Lévy-Bertherat
  • 9h30-10h20. Conférence Plénière.
    • Lucienne Strivay (Université de Liège): « Les reflets de Narcisse. Quels critères pour définir l’homme ? »
  • 10h40-12h10. Psychiatrie et neurosciences. Modératrice : Isabelle Pantin (ENS, Lila)
    • 10h40. Thierry Gineste (Psychiatre): « L’enfant sauvage de l’Aveyron,  de la bonne nature humaine à la pulsion de destruction : une fracture dans la Révolution. »
    • 11h00. Franck Ramus (ENS-CNRS): Les enfants sauvages à la lumière des sciences cognitives »
    • 11h20. Dominique Lestel (ENS-Département de philosophie): « Remarques sur le paradigme de l’enfant sauvage aux 20e et 21e siècles »
    • 11h50. Discussion

 

Après-midi

 

  • 14h30-15h30. Philosophie et anthropologie. Modérateur : Marc Porée (ENS-Lila)
    • 14h30. Julia Douthwaite (University of Notre Dame, Indiana): La Jeune Fille sauvage mise à jour et quelques avenues pour l’avenir »
    • 14h50. Richard Nash (University of Indiana): « Domesticating Satyr »
    • 15h10. Discussion.

 

  • 16h00-17h30. Littérature. Modérateur : Frédéric Worms (ENS-Philosophie, CIEPFC)
    • 16h00. Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes 2, IUF): « Les enfants sauvages dans quelques textes narratifs médiévaux (XIIe-XVe siècle) : la bête, la mère et le héros »
    • 16h20. Emilie Picherot (Université de Lille 3): « L’éducation par l’expérience d’Ibn Tufayl à Gracián. »
    • 16h40. Déborah Lévy-Bertherat (ENS-Lila, République des Savoirs): « I came out of the darkness ». Kaspar Hauser dans la création contemporaine »
    • 17h. Discussion.

 

Samedi 5 décembre

 

  • 9h30-11h. Culture de jeunesse. Modératrice : Isabelle Nières-Chevrel (Université de Rennes 2)
    • 9h30. Mathilde Lévêque (Université de Paris 13 – Sorbonne Paris Cité / Pléiade): « L’ « ombre portée » de l’enfant sauvage dans la littérature pour la jeunesse »
    • 9h50. Matthieu Letourneux  (Université de Paris-Ouest): « « Avec les singes au fond des bois / Nous vivons sans souci des lois ». Tarzan Clans of America et clubs de jeunes, entre pratiques buissonnières et commerciales »
    • 10h10. Jaine Chemmachery (Université de Paris 1-Sorbonne): « He has done mischief, and blows must be dealt now”: l’éducation de Mowgli dans et par la jungle »
    • 10h30. Discussion

 

  • 11h30-13h. Cultures antiques. Modérateur : Jean-Charles Darmon (Université de Versailles-St-Quentin, République des Savoirs)
    • 11h30. Irini-Despina Papaikonomou (Université de Fribourg / UMR ArScAn): « Est-ce que l’enfant grec est un « enfant sauvage » ? »
    • 11h50. Anne Sinha (Université de Paris 13– Sorbonne Paris Cité / Pléiade): « L’enfance sauvage de Romulus et Rémus, un mythe moderne »
    • 12h10. Jean Trinquier (ENS, Sciences de l’Antiquité): « La petite enfance campagnarde des « enfants sauvages » de l’Antiquité »
    • 12h30. Discussion

 

  • 14h30-16h30. Table ronde sur la création artistique : avant et après L’enfant sauvage de Truffaut
    • Françoise Zamour (ENS, DHTA). L’enfant sauvage de Truffaut (1970)
    • Arnaud Desplechin (réalisateur). Esther Kahn (2000) (sous réserve)
    • Céline Roussel (doctorante, Paris-Sorbonne). The Miracle Worker (1962) d’Arthur Penn et les mémoires d’Ann Sullivan sur Helen Keller
    • Betty Heurtebise (metteure en scène). Les Enfants sauvages de T. de Fombelle (2010)
    • Gaëlle Hersent et Aurélie Bévière (illustratrice et scénariste de romans graphiques). Sauvage (2015).

 

Organisation :

Déborah Lévy-Bertherat (ENS-Lila, République des Savoirs) deborah.levy-bertherat@ens.fr

Mathilde Lévêque (Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité / Pléiade) mathilde.leveque@univ-paris13.fr

 

Secrétariat :

Farah Alibay (République des Savoirs) farah.alibay@ens.fr

 

Communication :

Paul Chouchana (ENS) paul.chouchana@gmail.com

 

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *