Parution: Lawrence Gasquet, « Lewis Carroll et la persistance de l’image »

ISBN 978-2-86781-532-4

Collection « Gulf Stream », Presses Universitaires de Bordeaux

304 p., 28 euros.

« À quoi peut donc bien servir un livre sans images ? » se demande Alice. Dès la première page d’Alice au pays des merveilles, nous sommes invités à nous interroger sur le statut de l’image. Lewis Carroll, mathématicien, écrivain et photographe, est connu pour la pertinence de ses intuitions sur le fonctionnement du langage ; ses oeuvres se doublent d’un questionnement aussi subtil que profond. Le présent ouvrage examine la nature de l’image au sein des multiples productions de l’écrivain ; son postulat est que Carroll a compris avant beaucoup d’autres que l’image est un outil cognitif puissant, qui stimule et structure la pensée.
L’étude des rapports entre le texte et l’image montre que ces derniers participent de la stratégie générale de surstructuration opérée par le Nonsense. La plastique nonsensique questionne le statut du signe, et conduit à une exploration des liens qui existent entre le visuel et le linguistique. L’oeuvre photographique de Carroll, fascinante, suscite une réflexion sur l’entreprise de construction méticuleuse et d’abstraction du réel qu’elle suppose, et dévoile les motifs d’un imaginaire unique. Il apparaît ainsi que la dimension visuelle privilégiée par Lewis Carroll s’inscrit dans une démarche constante de problématisation du réel. Instrument de jouissance des sens, miroir ludique permettant de jouer avec les reflets du réel, l’image se révèle à la fois outil intellectuel et catalyseur de plaisir.

http://pub.u-bordeaux3.fr/FicheOuvrage.php?OUV_CMD=966


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *