Les Petits Livres d’or

Samedi 11 avril 2015, lors du séminaire de l’Afreloce à l’ENS, Cécile Boulaire (Université François-Rabelais) a présenté ses travaux consacrés aux Petits Livres d’or: des images américaines pour des albums français en pleine guerre froide. Merci à Déborah Lévy-Bertherat pour ce compte rendu.

Exportation américaine ou importation française ?

La collection des « Little Golden Books » est née en 1942 de la rencontre entre la Western Publishing Company, imprimerie spécialisée dans la culture populaire, et la maison d’édition Simon & Schuster, importatrice du modèle du « Pocket book » anglais. Ce projet de mass-market consiste à proposer des livres très attractifs pour les jeunes enfants, vendus toute l’année (et pas seulement à Noël), à 25 cents, dont 8 fois moins que les autres, et distribués dans supermarchés. Le succès est tel qu’ils n’arrivent pas à réimprimer à cause de la pénurie de papier.

En 1949, la version française, « Un petit livre d’or », est lancée. S’agit-il d’une importation française ? La collection est présentée comme française, sous le label des éditions « Cocorico », dont les dirigeants sont des prête-noms pour Flammarion. Ne serait-ce pas plutôt une exportation américaine ? Georges Duplaix, Américain d’origine française, met en place une colonisation éditoriale dont Paris est la tête de pont, changeant le texte des « typons » américains en celluloïd et les envoyant ensuite dans toute l’Europe.

Un projet très français

Pourtant à l’origine, le projet est très français. Georges Duplaix, né à Nevers en 1895 est un personnage aux multiples facettes. Parti étudier la médecine à New York en 1919, il y renonce et exporte du matériel pour les dentistes, mais fait faillite lors du krach. Il a aussi traduit des écrivains américains de la Lost Generation, notamment Hemingway, sous le pseudonyme d’Ott de Weymer. Il est aussi un assez bon peintre. En 1933, il crée une nouvelle entreprise et auto-édite ses livres pour enfants. Gaston et Joséphine, deux petits cochons voyageurs, dont les illustrations sont très proches de L’Histoire de Babar, traduit la même année. En 1935, il se met à travailler pour Harper, comme sous-traitant, sous le label « Artists and Writers’ Guild ». Après des albums anglais (Cecil Aldin…), il adapte des succès français, dont des albums du Père Castor, la plupart illustrés par Rojan. En passant chez Harper, les livres perdent l’inscription « Père Castor », et deviennent chers (reliure, jaquette). En 1937, il lance une collection d’albums documentaires sur l’énergie, qui n’aura que trois volumes.

L’influence de Rojan

Duplaix le fait venir en 1941, et l’illustrateur va réutiliser des images faites pour Flammarion pour les adapter à ses nouveaux albums. Le succès est fulgurant, malgré la guerre (ex. The Tall book of Mother Goose, 1942, pourtant très cher).

tall book

Duplaix décide de réunir, pour créer sa collection des « Little Golden Books », des illustrateurs formés en Europe. Gustaf Tenggren, grand illustrateur suédois, héritier d’Edmond Dulac et d’Arthur Rackham, a travaillé pour Disney sur Blanche-Neige, mais le quitte en 1941, ne supportant pas l’absence d’autonomie. Il s’invente un nouveau style très simple, très coloré. Tibor Gergely, peintre hongrois, auteur de croquis de la vie rurale hongroise, immigré aux États-Unis, est fasciné par la ville. D’autres suivront, Provensen, Battaglia… presque tous immigrés, formés en Europe.

Des albums modernes

Par leur fabrication d’abord, toute en offset. En Europe, la zincographie est coûteuse, et faite par les artistes. Aux US, ils fournissent de simples gouaches qu’on reproduit en offset, d’où des albums très colorés et joyeux.

Ils présentent une image du monde moderne, sous l’influence de Lucy Sprague Mitchell et de sa Bank Street School, laboratoire d’expérimentation pédagogique, dont le Here and Now Story Book, revendique des histoires urbaines, actuelles. Les Little Golden Books lui confient une collection pour obtenir une légitimation pédagogique. Margaret Wise Brown y contribue beaucoup.

Les livres célèbrent le mode de vie américain prospère: voiture, belles maisons, vacances, beaux jouets… Les fermes sont modernes (trayeuses électriques), les villes foisonnantes de plaisirs, de réseaux de transport (y compris maritimes et aériens), et de modernité technologique (téléphone, télévision, supermarché).

Enfin, contrairement aux albums du Père Castor, l’activité enfantine des Petits Livres d’or n’est pas encadrée, leur représentation joyeuse et bondissante se nourrissant du cinéma d’animation.

Même si les familles sont stéréotypées (blanches, riches, genrées), certains albums sortent de ces codes, comme Les sept atchoums, histoire d’un clochard.

sept atchoums

Des albums sélectionnés pour le marché français

On ne traduit ni les comptines, ni la production concernant la pratique religieuse. (mais l’histoire sainte, si). On évite la modernité urbaine, et les particularismes culturels (les références à Oz et toutes les histoires de chipmunks). Les noms d’auteurs même sont francisés (Margaret Brown devient Marguerite Brun). Tenggren restitue son origine indienne à Little Black Sambo devenu, à la suite d’un malentendu, un enfant noir concentrant toutes les caricatures racistes. Pourtant la première traduction s’intitule « Sambo le petit nègre » (1950), corrigée dès 1952 en « Sambo le petit noir ». La loi de 1949 n’est pourtant pas très explicite sur la question du racisme.

sambo petit negre

Une réception française contrastée.

Les tirages sont très vite épuisés, et les premières critiques ont excellentes (Vers l’éducation nouvelle, 1950), au tout début des années 50, quand l’américanophilie est encore très forte. Le modèle éducatif américain est exalté comme moins contraignant. Mais très vite, un repli identitaire prend le pas, accusant les Américains d’hégémonie culturelle et politique, dans la logique de la guerre froide : selon les critiques communistes, les petits livres d’or seraient une arme de colonisation visant à détruire la culture nationale. Ces accusations n’étaient peut-être pas sans fondement…

 La prochaine séance du séminaire aura lieu le samedi 23 mai, avec Bérénice Bonhomme, qui interviendra sur le cinéma d’animation.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *