Images pour enfants, images d’enfants

Le 22 novembre 2014, le séminaire de l’Afreloce donnait la parole à deux jeunes chercheurs travaillant autour de l’image et de l’enfance. Julien Baudry vient de soutenir une thèse consacrée à Alain Saint-Ogan, tandis que Céline Meulien entame des recherches de doctorat sur le magazine Femina.

Compte rendu rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

Julien Baudry (Université de Paris 7, CERILAC) : La bande dessinée entre dessin de presse et culture enfantine : relecture de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan

Zig1_12092003Issu de la bourgeoisie catholique, Alain Saint-Ogan devient, après des études aux Arts-déco, un dessinateur de presse assez médiocre. C’est par ses dessins pour enfants qu’il va connaître le succès, avec la série Zig et Puce, très populaire dans les années 1930, qui paraît dans Dimanche illustré, puis en albums chez Hachette. Il crée aussi M. Poche, Mitou et Toti, et Prosper l’ours (série d’albums chez Hachette). Sans avoir de stratégie comme Disney, il a participé à l’apparition d’une culture multimédiatique pour l’enfant dans la première moitié du 20e siècle. Il s’est en effet intéressé à des médias très divers (séries, bandes dessinées, albums, disques, peluches, jouets, publicité, émissions de radio comme Les jeudis de la jeunesse, années 1950).

Aux antipodes d’Hergé, Saint-Ogan, dilettante, ne s’intéresse pas au dessin en soi, mais à sa diffusion, non sans opportunisme. Rédacteur en chef de la revue Benjamin, il a activement participé à la propagande du régime de Vichy pour l’enfance.

Le choix d’un public jeune, loin de limiter son inspiration, lui a permis une extension vers de nouveaux genres (conte, aventures, science fiction comme dans son Rayon mystérieux). Mais il a aussi interrogé les potentialités d’images intergénérationnelles (journal Ric et Rac, 1939), en jouant sur des ambiguïtés de lecture. Il a ainsi contribué à l’acceptation de la BD par un public d’adultes.

Bibliographie : Thierry Groensten, L’art d’ Alain Saint-Ogan, Éditions de l’an 2, 2007.

Céline Meulien (EHESS) : L’image de l’enfance dans le magazine Femina (1901-1902)

IMG_0823-353x450Dès la création, en 1901, du magazine Femina, destiné à un public bourgeois et parisien, la photographie y apparaît au côté d’autres illustrations. Avant la Grande Guerre, la place de la femme est encore limitée aux rôles d’épouse et de mère dans un monde patriarcal. Les images d’enfants publiées dans Femina sont destinées aux mères, comme exemples (familles princières). L’enfant, souvent en groupe, n’est jamais nommé, sauf si ses parents le sont. En 1901, un numéro spécial est consacré aux enfants, à l’occasion de l’exposition au Petit Palais, L’enfant à travers les âges.

Tandis que les gravures illustrent les pages mode, les photographies accompagnent les articles. Elles se déclinent en trois types : en studio, en extérieur et amateur. Les premières mettent en scène de l’enfant, souvent déguisé, dans un décor. Les photos en extérieur proposent des sortes de reportages sur des jeux de plein air (vogue de l’hygiénisme), des enfants et leurs nurses, les bains de mer. Il est plus facile de photographier des enfants dans la rue que des femmes de la bourgeoisie. Enfin, les photos amateur ont été envoyées par des lectrices pour un concours à grand succès. Le bébé ou l’enfant devait être pris dans une pose originale, mais les clichés reprennent les codes et les techniques de la photo professionnelle. L’ouverture aux amateurs correspond à l’entrée des anonymes dans le magazine, qui concerne aussi les femmes.

Carnet de recherche: http://culturevisuelle.org/observatoire/


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *