The ABC of It : Why Children’s books matter

library-abcLa Public Library de la ville de New York propose, jusqu’en septembre 2014, une remarquable exposition de quelque 250 livres et objets pour enfants, sous le commissariat scientifique de Leonard S. Marcus, historien du livre pour enfants, auteur, critique. Après « Babar, Harry Potter et compagnie » à la BnF (2008-2009), après « Picture this ! » à la British Library (2013-2014), cette exposition présente un échantillon pour le moins spectaculaire de plus de trois siècles de l’histoire du livre pour enfants. A côté des classiques (Alice, Max et les Maximonstres ou plutôt Where the Wild Things Are, Good Night Moon, qui bénéficie d’une scénographie spécifique)

GoodNightMoon

des pièces rares sont exposées, et pas uniquement américaines ou anglo-saxonnes, comme des albums soviétiques

Samuel Marshak, Vladimir Lebedev, "T'sirk", 1928

Samuel Marshak, Vladimir Lebedev, « T’sirk », 1928

Ilia Ionov, Mikhail Tsekhanoveskii, "Topotun i knizhka" (Leningrad, Gosizdat, 1926)

Ilia Ionov, Mikhail Tsekhanoveskii, « Topotun i knizhka » (Leningrad, Gosizdat, 1926)

V. Mayakovsky, ill. David Shterenberg, Moscou, 1931

V. Mayakovsky, ill. David Shterenberg, Moscou, 1931

des « Bilderbücher » allemands inspirés par l’expressionnisme

Conrad Felixmüller, "ABC: Ein geschütteltes geknütteltes Alphabet in Bildern mit Versen", Dresde, 1925

Conrad Felixmüller, « ABC: Ein geschütteltes geknütteltes Alphabet in Bildern mit Versen », Dresde, 1925

Otto Schubert, "Bilderbuch für Tyll und Nele" (Munich, Marees-Gesellschaft, 1920)

Otto Schubert, « Bilderbuch für Tyll und Nele » (Munich, Marees-Gesellschaft, 1920)

ou encore des livres ou carnets japonais des XVIIIe et XIXe siècles

 

Kiyoharu Kondô, "Neko nezumi otomo no matori" (Edo, Tokyo, ca.1725)

Kiyoharu Kondô, « Neko nezumi otomo no matori » (Edo, Tokyo, ca.1725)

L’exposition est organisée en plusieurs sections thématiques :

  1. Visions of Childhood

Derrière chaque livre pour enfants, il y a une certaine vision de l’enfance : la théologie, la philosophie, la psychologie et l’éducation ont joué et jouent un rôle dans ce qui constitue la nature de la littérature pour la jeunesse. Les tout premiers livres américains sont des livres puritains, destinés à conduire les enfants vers la lecture de la Bible, la prière et une vie pieuse, des enseignements intégrés à l’apprentissage de l’alphabet et de la lecture.

n-e-primer0001-alexa-menard

Le plus ancien exemplaire connu de The New England Primer (parus à Boston vers 1690) date de 1727.

John Locke a aussi eu une influence déterminante

???????????????????????????????

tout comme les Fables d’Esope, présentées dans une édition trilingue (anglais, français, latin) de 1666, illustrées par Francis Barlow

???????????????????????????????

sans oublier l’Orbis Sensualium Pictus de Comenius, ici dans une version anglais/latin de 1705

Comenius

 

  1. Off the Shelf : Giving and Getting Books

Les livres s’adressent aussi aux prescripteurs: avec la Révolution industrielle, le livre pour enfants devient le présent indispensable dans les familles qui s’intéressent à l’éducation. Vers 1900, les jeunes Américains sont les tout premiers à avoir accès à des bibliothèques publiques ; une nouvelle profession, bibliothécaire pour enfants, apparaît alors, s’intéressant à la question de l’accès aux livres et à leurs qualités.

  1. Raising a Ruckus

Les livres pour enfants font parfois du grabuge, ils sont l’objet de polémiques et de censure. Aux Etats-Unis, la censure n’est pas tant le fait des autorités gouvernementales que celui d’initiatives privées. Les fondamentalistes religieux ont ainsi souvent contestés Garth William, Madeleine L’Engle, Maurice Sendak, Judy Blume. Les conséquences de ces polémiques ont été bien comprises par Mark Twain qui, après le rejet de Huckleberry Finn par une bibliothèque du Massachusetts, prévoyait une vente assurée de 25 000 exemplaires.

"Slovenly Peter, or Happy and Funny Pictures", H. Hoffmann, trad. Mark Twain, ill. Fritz Kredel (NY, Harper&Brothers, 1935)

« Slovenly Peter, or Happy and Funny Pictures », H. Hoffmann, trad. Mark Twain, ill. Fritz Kredel (NY, Harper&Brothers, 1935)

 

  1. From Page to Stage an Beyond

Les livres pour enfants ont souvent été adaptés à la scène et à l’écran, dès les premiers temps d’Hollywood. The Story of Ferdinand a inspiré un film d’animation, une chanson et une coiffure. Bien avant Disney, Lewis Carroll avaient autorisé la fabrication de jouets et d’objets à partir de leurs créations littéraires.

Jouets originaux du fils d'A.A. Milne, ayant inspiré "Winnie l'ourson"

Jouets originaux du fils d’A.A. Milne, ayant inspiré « Winnie l’ourson »

 

  1. Artistry of the Picture Book

A côté des grands noms de l’illustration pour enfants, Walter Crane, Kate Greenaway, Randolph Caldecott, l’exposition propose des pièces insolites comme un carnet d’Hokusai

Hokusai manga, 1817

Hokusai manga, 1817

des croquis de Beatrix Potter, des traductions de livres français comme le célèbre crocodile d’André François

IMG_4067

ou encore un étonnant album de Feodor Rojankonsky, dessinant en 1942 un Humpty Dumpty grimé en Hitler

Rojan

F. Rojankovsky, « The Tall Book of Mother Goose », NY, Harper & Brothers, 1942

jusqu’aux romans graphiques et aux prolongements numériques.

  1. Storied City: New York

Ville iconique, New York a inspire de nombreux auteurs et artistes (Mark Twain, F.H.Burnett, Ludwig Bemelmans, H.A. et Margret Rey, Langston Hughes, Robert McCloskey, R. Dahl, M. Sendak, Judy Blume). Outre la production récente et contemporaine, on trouvera des gravures de 1816 issues de la section des livres rares de la Public Library.

CriesofNY

« The Cries of New York », 1816

En l’absence de catalogue, pour compléter les quelques photos de ce billet, on pourra consulter ce blog :

http://180-out.blogspot.fr/2013/07/the-abc-of-it-new-york-public-library.html


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. isabelle Chevrel dit :

    Mathilde, merci mille fois d’avoir joué pour nous les reporters photographes. Cela vaut la peine quand tu vas dans les Amériques… et quelle tristesse nous avons de ne pas y être allés avec toi! Il faudrait se le programmer comme voyage d’été.
    Et merci pour l’adresse du blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *