Transfert et traduction d’une pédagogie au cinéma, de Célestin Freinet à Jean-Paul Le Chanois, de Prix et profits à L’École buissonnière (1949)

2-34-7fbb1Compte rendu de la séance du séminaire de l’Afreloce à l’ENS, « D’un support à l’autre » (samedi 22 mars 2014), rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions. L’intervention de Valérie Vignaux a été suivie d’une présentation de Doriane Montmasson, dans le cadre de l’Atelier doctoral du séminaire.

Valérie Vignaux (Université F. Rabelais, Tours) est Maître de conférences HDR, auteure de plusieurs ouvrages, notamment sur Casque d’or et sur Jacques Becker (sa thèse de doctorat). Elle est spécialiste de cinéma et notamment des usages non commerciaux du cinéma.

Cette étude a pour point de départ des publications de C. Freinet des années 1920 aux années 1940, dans les revues Clarté, L’Éducateur prolétarien, et ses collaborations à deux films, Prix et profits (réalisé par Yves Allégret) et L’École buissonnière de Jean-Paul Le Chanois, transpositions visuelles d’une pensée pédagogique.

  • La pensée de Célestin Freinet (1896-1966)

Engagé en 1915 et réformé en 1917 après une blessure, Freinet est  nommé en 1920 instituteur à Bar-sur-Loup puis à St-Paul de-Vence. En 1935, il démissionne de l’Éducation nationale et fonde sa propre école. Il y incite les enfants à imprimer leurs propres textes, avec une presse à main, initiant le mouvement de l’ « imprimerie à l’école » : poèmes, enquêtes, dessins, sont ainsi auto-publiés.

Freinet voyage dans d’autres pays européens (Allemagne, URSS), pour découvrir d’autres pédagogies. Il participe à la politique culturelle du Parti Communiste (Barbusse, Vaillant-Couturier, Association des écrivains et des artistes révolutionnaires), qui contribue à la création, en 1935, d’une première maison de la culture (sous la direction d’Aragon).

Freinet adhère au Parti communiste vers 1925 (il en sera exclu en 1950). Il participe au Groupe français d’éducation nouvelle. Il prône une transformation profonde de l’école, au centre de laquelle il place l’éducation au travail (un élément symbolique en est la suppression de l’estrade). Il instaure des coopératives scolaires pour pallier le dénuement des écoles de village.

• Le cinéma dans la pédagogie de Freinet

En 1927, à Tours, au premier congrès de la Fédération de l’enseignement unitaire, Freinet montre un film illustrant l’idée d’une cinémathèque coopérative. L’apparition de la caméra et du projecteur « Pathé Baby », destinés à un usage amateur, vont favoriser ce projet.

Il fonde la coopérative de l’enseignement laïc, avec une diffusion nationale et des échanges inter-scolaires de films, élément d’une pédagogie active reposant sur l’expression libre des enfants. Deux types de séances, récréatives ou scolaires, sont organisés. Le fait que Pathé soit le fournisseur exclusif est un problème, et la coopérative encourage les membres à tourner ou à remonter leurs propres films selon des modalités comparables à celles de l’imprimerie. On filme, par exemple, les promenades dans le village. De là une correspondance inter-scolaire filmée. On a conservé, par exemple, un film envoyé par une classe du Finistère en 1926-27 à la classe de Freinet (voir aussi le témoignage de Rémy Boyau, instituteur girondin, en 1933). Freinet insiste sur la « portée morale et psychique » de ces séances : le cinéma est un moyen d’éducation (et non seulement d’instruction), c’est-à-dire d’émancipation. De même que le texte libre, il constitue, selon Élise Freinet (Naissance d’une pédagogie populaire, historique de l’École moderne), un test psychologique et social.

• Le film Prix et profits (1932)

C. Freinet confie à Yves Allégret la réalisation du film Prix et profits (1932), qui se veut un « documentaire prolétarien » opposé au « bourrage de crâne bourgeois » du catalogue Pathé-Baby. La référence est le cinéma soviétique (notamment la contre-plongée à la manière d’Eisenstein ou de Rodchenko). Il retrace le circuit commercial des pommes de terre, du paysan à la femme d’ouvrier parisienne qui la consomme. Dénonçant les profits des intermédiaires, il s’achève sur le rêve d’un commerce direct, unissant paysan et ouvrier. On reconnaît, parmi les acteurs non professionnels, Pierre et Jacques Prévert. Chaque scène est destinée à être le support visuel d’une leçon (sciences naturelles, mathématiques…). L’objectif est clairement une propagande politique.

• L’affaire Freinet

Déjà confronté au délabrement de son école à Saint-Paul-de-Vence, Freinet refuse de passer de 27 à 49 élèves sans amélioration des locaux. Il est critiqué, accusé d’enseigner « perversité et bolchevisme », par le maire de Saint-Paul-de-Vence, proche de l’Eglise. Maurras dans L’Action française s’en prend à Freinet, et derrière lui une grande partie de la presse de droite.

Attaqué, Freinet répond en se défendant de tout bourrage de crâne. Il est soutenu, notamment, par Marie Lahy-Hollebecque (cf L’Enfant au royaume des images (1956) ouvrage sur le cinéma et les jeunes). Refusant d’être rétrogradé, il démissionne pour créer sa propre école.

Il commence à constituer la Bibliothèque de travail, collection de petits livres éducatifs. En revanche, le cinéma parlant aura raison des activités autonomes des écoles en matière de tournage. Contrairement au 9,5 mm du Pathé-Baby, le 35mm est trop coûteux. Pour les écoles primaires, les écoles de campagne, le petit format est le seul accessible, et Freinet regrettera longtemps ce renoncement.

En 1940, Freinet est arrêté en raison de ses opinions politiques. Ses demandes de libération sont rejetées, mais l’intervention de Paul Langevin le fait libérer en octobre 1941. Il rejoint puis dirige le maquis du Briançonnais.

L’École buissonnière

Après la guerre, il collabore à un projet de film avec Jean-Paul Le Chanois : L’École buissonnière. Elise Freinet rédige un ouvrage de la Bibliothèque de travail consacré au film (mais elle n’est pas citée au générique). En amont du film, Freinet s’insurge contre certains choix, par exemple la référence prévue à Rousseau et à Pestalozzi. En contrepoint avec la pédagogie novatrice et libre de l’école de garçons (Bernard Blier dans le rôle de l’instituteur), où on écrit des textes libres et les imprime, L’École buissonnière montre celle des filles, réactionnaire, triste et contraignante. Les droits non commerciaux du film sont achetés par la Ligue de l’Enseignement en 1949 et il sera montré dans des circuits pédagogiques. Il connaît un succès international, notamment à New York.

En 1952, les Freinet quittent le PCF à la suite d’une campagne contre lui. Il refuse que son mouvement et la Coopérative de l’enseignement laïc soient inféodés. Le film est au centre du conflit. Georges Snyders (Nouvelle critique) lui reproche de montrer une école trop isolée des luttes humaines, en somme, son utopisme.

• Conclusion

L’apport de Freinet à la pédagogie du 20ème s. est considérable, notamment grâce à l’usage de l’audio-visuel à l’école (on imagine le parti qu’il aurait tiré de la vidéo numérique). Il a tenu ces propos prémonitoires en 1963 : « le cinéma (est) une nouvelle forme de penser et de s’exprimer. » On peut en voir un prolongement dans L’Argent de poche de Truffaut (1976), ou plus récemment dans Être et avoir de Nicolas Philibert (2002).

***

Doriane Montmasson (Univ. Paris 5) est doctorante en sciences de l’éducation sous la direction de Régine Sirota (CERLIS). Ses travaux portent sur la réception de la littérature de jeunesse, de la place accordée par les ouvrages à la réflexivité de l’enfant, à l’interprétation effective du « contenu normatif » des albums par les jeunes lecteurs : le cas de l’alimentation.

• La littérature de jeunesse au prisme de la sociologie

Les sociologues mettent en lumière le fait que la littérature reflète les valeurs d’une société donnée (valeur performative), notamment les rôles sexuels. Le parti-pris de cette recherche est de déconstruire ce postulat, en allant interroger les enfants (de 5 à 8 ans, issus de milieux sociaux contrastés), en référence aux Cultural Studies, qui prennent en compte l’interprétation du public.

• Des ouvrages transmettant des représentations divergentes

La gourmandise est traditionnellement l’objet de dangers et de sanctions. À l’inverse, elle peut être récompensée (fin 20e), mais dans les années 2000 on culpabilise le jeune gourmand (santé, stigmatisation sociale), dans la lignée du Plan Nutrition Santé. Actuellement, des visions divergentes coexistent.

• Évolution du lecteur supposé

Au début des années 1990, on va être plus implicite quant aux informations, normes (hygiène). Les règles sont négociées. On pourrait en conclure que les ouvrages récents laissent plus de place à la réception et à l’interprétation des enfants.

L’enquête a porté sur la réception de deux albums portant sur la gourmandise (des séries Martine et Caillou), et dénués de toute culpabilisation, dans des écoles de milieux sociaux contrastés. Il apparaît vite que les enfants y réintroduisent la notion de culpabilité, les filles condamnant la gourmandise pour des motifs esthétiques, les garçons pour des raisons de santé (caries…). Dans les classes favorisées, la santé vient en premier. Le jugement s’adapte aussi selon le sexe du protagoniste (surpoids de la fille, santé du garçon).

• Conclusion

Au regard des entretiens, on s’aperçoit qu’il faut relativiser les représentations des enfants. La discussion porte sur la part, dans les réactions des enfants, de l’impact d’autres messages que ceux des livres (télévision notamment) sur l’alimentation.

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27 juin 2014

    […] Compte-rendu rédigé par Déborah Lévy-Bertherat : http://magasindesenfants.hypotheses.org/4418 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *