La réception de la comtesse de Ségur en Angleterre de 1860 à 1940

Picture 29-2Le samedi 16 novembre, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS accueillait Sophie Heywood (University of Reading) pour une intervention sur la réception de la comtesse de Ségur en Angleterre de 1860 à 1940. En voici le compte rendu, rédigé par Déborah Lévy-Bertherat, que nous remercions.

L’histoire des transferts en littérature de jeunesse concerne aussi des textes pas ou peu traduits. Certaines œuvres, en effet, ne « passent » pas dans d’autres contextes. En Angleterre, par exemple, on ne connaît pas la comtesse de Ségur. Sa diffusion à l’étranger a été inégale : succès au Portugal, en Espagne, Roumanie, Amérique latine (Brésil, Argentine), mais pas en Europe du Nord. C’est seulement en 2010 qu’une nouvelle traductrice Stephanie Smee l’adapte pour l’Australie et – on l’espère – le monde anglophone.

Pourquoi ? Il est difficile de chercher les causes d’un événement qui n’a pas eu lieu. On est tenté de l’expliquer par la religion : elle serait bien reçue dans les pays catholiques, mais pas dans les pays protestants (Angleterre, Allemagne, Pays-Bas…).

Il y a eu beaucoup de brassages de livres d’enfants entre la France et l’Angleterre, au début du 19e siècle (les petits Anglais apprennent très tôt le français avec Mme d’Aulnoy…). Mais au moment où paraissent les livres de la comtesse de Ségur, les Britanniques deviennent plus insulaires. La très riche production nationale suffit à satisfaire le public. Il fait aussi faire une part à la xénophobie de Ségur, qui a pu heurter les Anglais : elle peint des Anglais(es) aux longues dents, ridicules… En outre, Ségur est associée au catholicisme militant de Louis Veuillot (L’Univers). Mais l’essentiel est sans doute la xénophobie des Anglais eux-mêmes. Peut-on éduquer les jeunes Anglaises avec des livres étrangers ? Sans doute pas.

Si on se penche sur la question en archéologue, on trouve des traces : il y a eu des traductions, des adaptations, certaines rééditées plusieurs fois, sont mentionnées dans des revues, etc. Il y avait donc une demande, qui s’est prolongée jusqu’aux années 1940. Le désintérêt des Anglais pour les ouvrages de jeunesse étrangers est un phénomène récent.

En recensant un corpus de 90 éditions, y compris les rééditions, on peut identifier 3 phases :

– réception immédiate (1859-1900) : on trouve des éditions piratées, sans contrat, sans nom d’auteur ni de traducteur. Elles sont plus nombreuses que les éditions en français (destinées à l’apprentissage de la langue).

– Entre 1900 et 1940, on la lit à l’école (livre de prix…), on l’utilise pour apprendre le français, et il y a plus d’éditions en français qu’en anglais (Angleterre et Etats-Unis).

– Après 1940, plus aucune édition en français, mais uniquement de l’anglais, et une nette diminution, mais un renouveau récent (2010) avec la nouvelle traduction australienne.

L’examen du choix des titres révèle que trois titres seulement ont vraiment émergé :

Nouveaux contes de fées

Malheurs de Sophie

Mémoires d’un âne

Cet exposé se focalise sur l’Angleterre, et sur la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour essayer de saisir les raisons de la désaffection.

Comment les livres de Ségur ont-ils été diffusés en Angleterre ?

 En français dans l’aristocratie

Les livres de Ségur arrivaient en Angleterre dans les malles des nurses françaises, et ont servi à l’éducation des jeunes aristocrates. Les exemplaires conservés dans les châteaux (recensés par le National Trust) nous apprennent que les familles aisées achetaient les livres de la bibliothèque rose chez les libraires (il y avait une librairie Hachette à Londres). Les dédicaces montrent que les garçons la lisaient aussi. Dans les années 1890, la jeune Agatha Christie et sa sœur Marge recevaient les livres de Ségur en cadeau (la grand-mère les envoyait de New York). Sur un exemplaire de Christie, on lit le nom de son amie imaginaire « Sue de Morte ». Elle les a ensuite pieusement conservés, avec Mémoires d’un petit garçon de Julie Gouraud, et elle les a rachetés pour sa fille.

Dans les autobiographies, Julianne Avory a relevé la présence de Ségur (Times literary supplement, 1967). Ainsi, le témoignage de Radclyffe Hall, The Well of Loneliness (1928), écrivaine lesbienne, insiste sur l’ennui né de la lecture des Petites filles modèles. Sonia Keppel, fille de la maîtresse d’Edouard VII, rappelle dans Edwardian Daughter (1958) qu’elle a appris le français dans des livres sur des « naughty children », dont Les Malheurs de Sophie. Mais n’a-t-elle pas été influencée par l’époque où elle écrit, et où on a commencé à révéler le sadisme de Ségur ?

La lecture en langue étrangère est laborieuse, fragmentée, et dans les mémoires la comtesse est associée à cette souffrance (exercices de traduction, questions sur la compréhension, etc.) (« The Small shelf, TLS)

En anglais dans les classes moyennes

Dans les périodiques, on trouve beaucoup de textes traduits (sur lesquels on ne payait pas de droits). Dans le catalogue « Beeton’s Christmas Annual », on trouve deux titres de Ségur, dont l’un est illustré par G. Doré.

En 1861, on trouve un texte intitulé Sophy’s Sorrows avec les gravures de Castelli, reprise de Hachette. Parlour’s Library le recycle en recueil, et publie aussi Clever Jack, Adventures of a Donkey. Le nom de l’auteur ne figure pas, ni celui du traducteur, et tous les noms de personnages et de lieux sont anglicisés. Sophie de Réan devient Sophy Robins. Ce sont des éditions à relativement bon marché (sixpence, one shilling, un artisan gagnant à l’époque 6 shillings par jour) destinées aux classes moyennes.

La comtesse ne s’y intéresse pas, alors qu’elle interroge son éditeur sur les bénéfices tirés de sa Bible en Angleterre.

Le rejet de la comtesse en Angleterre

L’éducation

Dans le discours critique sur la littérature de jeunesse, il y a un respect pour les lettres françaises a priori. Dans la presse périodique, par exemple dans la revue The Athenaeum, on parle des romans pour le chemin de fer. Il est souvent fait mention de la bibliothèque rose dans les périodiques pour la jeunesse (pas dans la presse religieuse protestante, bien sûr), par exemple dans Aunt Judy’s Magazine avec une rubrique « French Books ». On peut citer l’exemple de la recension de Quel amour d’enfant ! dans The Athenaeum : le caractère de Gisèle serait impensable dans l’Angleterre des nurseries. La même revue condamne François le bossu (The Little Huntchback) comme non adapté à la jeunesse, reflet de la frivolité française. Plus généralement, les références à la coquetterie et à l’artifice sont souvent associées à la France.

La particularité anglaise de la séparation entre la nursery et le monde des adultes ne se retrouve pas en France, et l’éducation à la française est condamnée pour cette excessive proximité entre enfants et adultes.

La religion

Aucune mention de la comtesse dans les revues protestantes (de même qu’en France on déconseille de faire lire des livres protestants aux enfants catholiques). Ce discours a des échos jusque dans Aunt Judy’s Magazine, qui va chaleureusement recommander ou reprendre les écrivains français protestants ou les ouvrages de chez Hetzel. A la rigueur, ce peut être l’occasion d’une discussion.

Il y a un autre discours sur l’immoralité chez la comtesse. La violence et les châtiments corporels sont considérés comme inconvenants. Curieusement, Sophie est très populaire, mais pas la suite (Les Petites filles modèles et Les vacances). On coupe d’ailleurs, dans Les Malheurs de Sophie, les mauvais traitements aux animaux. Témoignage de 1936 « Nursery pictures books. Old faces and new » (TLS) : l’illustration de la punition de Sophie est un objet d’horreur et de fascination.

La romancière Nancy Mitford est la seule à souligner que la comtesse est russe, et elle interprète Ségur comme érotique et sadique. Les châtiments corporels étaient à l’époque remis en question, et Ségur s’implique dans le débat. La pruderie anglaise interdit de fouetter les filles, du moins sur le papier, et les Anglais y voient le reflet de la réalité française. La nursery doit être représentée comme un monde idéal.

Ségur intégrée dans le système anglais (1900-1940)

Selon une « Entente cordiale », Ségur se trouve intégrée dans le système littéraire anglais comme une « amie d’enfance ». En attestent : sa présence dans l’édition, avec le nom de l’auteur ; sa réception positive, comme auteur classique ; et sa présence dans les écoles. Ce sont toujours les trois mêmes textes, le canon anglophone de Ségur.

À la fin du 19e s. se produit l’expansion du système scolaire anglais, donc de l’édition scolaire, avec l’émergence de grandes maisons d’édition. La voie principale de diffusion de Ségur passe par des éditeurs spécialisés de manuels de français en Angleterre et aux USA. Les textes sont modifiés, fragmentés en épisodes, avec des questions sur la compréhension, listes de vocabulaire… Le texte (vocabulaire, conjugaison) est simplifié.

En l’absence de centralisation dans le choix des manuels, la présence de la comtesse atteste de sa très grande popularité, notamment dans les milieux conservateurs. En Angleterre, on trouve à cette période 16 éditions en français, 3 en anglais, tandis qu’aux USA, il n’y en a que 4 en français contre 19 traductions.

Ségur est choisie dans un recueil de textes pour l’apprentissage du français (Histoires amusantes et instructives, Gasc, 1899) pour des raisons linguistiques : elle est l’exemple d’une certaine correction, et donne accès au langage actuellement parlé par les classes « well-educated ».

Un grand producteur new-yorkais, David Belasco produit la pièce A Good Little Devil, avec Mary Pickford, grand succès à Broadway qui deviendra un film (très mauvais !). L’affiche annonce « The famous modern Fairy-play », en référence sans doute à Peter Pan.

Les Mémoires d’un âne

L’éditeur George Bell imprime 18 éditions entre 1891 et 1904, d’un livre de prix, The Adventures of a Donkey. La traduction de Charles Welsh est éditée 4 fois aux Etats-Unis. La tradition des récits animaliers est vivace à cette époque dans les pays anglo-saxons. Les Anglais apprécient la comtesse comme une « animal lover », ce qui pour eux est une qualité majeure. Cadichon est présenté comme « a brave little French donkey », un âne philosophe…

Les Malheurs de Sophie

On trouve plusieurs éditions de The Misfortunes of Sophy illustré par Franc-Nohain, adapté de l’édition Mame (1934-1944). C’est le livre qui a suscité le plus d’intérêt critique. Les comptes rendus évoquent Ségur comme intégrée à la culture d’enfance, et Sophy est mise sur le même plan qu’Alice.

Conclusion

Pourquoi Ségur a-t-elle disparu en 1945 ? Voici quelques pistes de réponses.

A partir des années 50, elle ne figure pas dans les études sur la littérature de jeunesse. Elle est tombée dans l’oubli, peut-être parce que sa présence était fragile : son statut de best-seller en France prend fin à la même époque, elle est vue d’un œil plus critique, tombe dans une relative disgrâce. Sa présence était associée à une élite sociale, la présence de gouvernantes françaises, qui n’ont plus cours après 1945.

Mais elle revient avec les traductions de l’Australienne Stephanie Smee. D’origine très cosmopolite, la traductrice n’a pas lu Ségur dans son enfance.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *