Numérisation des Enfantina: usages et attentes des chercheurs

Ce jeudi 7 novembre s’est tenue à la BNF une journée d’information et d’échange intitulée La numérisation concertée en littérature pour la jeunesse, co-organisée par la Bibliothèque nationale de France et la Médiathèque du Carré Saint Lazare (ex Heure Joyeuse, future médiathèque Françoise Sagan…). Sollicitée pour y présenter les usages et les attentes des chercheurs en matière de livres pour la jeunesse numérisés, j’ai consulté les chercheurs de l’Afreloce, dont plusieurs m’ont fourni des informations très précises sur leurs usages, qui m’ont permis de construire mon intervention. Avec l’accord des organisateurs, je la publie ici à titre d’état de la réflexion; tous les ajouts, commentaires, prolongements sont les bienvenus.

 

Ma présentation se veut un témoignage singulier de chercheur ; mais elle s’appuie aussi sur une rapide enquête réalisée auprès de mes collègues, principalement des chercheurs membres de l’Afreloce, association qui publie une revue en ligne avec la collaboration du CNLJ-Joie par les livres (BNF), Strenæ. Par ailleurs, elle est difficilement détachée de mon activité d’enseignement ; or il se trouve que je co-dirige depuis quelques années un master pro intitulé « Patrimoine écrit et édition numérique ». À ce titre, je contribue à former chaque année une vingtaine de jeunes diplômés dont la spécialité sera la numérisation du patrimoine écrit en vue de la constitution de bibliothèques virtuelles. C’est dire si cette question de la numérisation de la littérature pour la jeunesse, au sein d’institutions patrimoniales comme la BNF et l’Heure Joyeuse, m’intéresse.

Tous les chercheurs qui ont répondu à ma petite enquête sont formels : le numérique a changé leur manière de travailler. Mais, si l’on veut être exact, c’est le numérique dans son ensemble, et pas seulement l’accès à des livres numérisés. Ce qui signifie que ce sont les divers usages des potentialités du numérique, à portée de tous, qui sont en jeu, dans les pratiques de recherche, mais aussi d’enseignement, puisque pour nous, les deux domaines sont très étroitement interdépendants. Ces différentes pratiques du numérique qui ont modifié recherche et enseignement, on pourrait les lister ainsi :

– la possibilité de réaliser soi-même de très bonnes copies de documents, pour son usage personnel (documentation), voire de temps en temps pour une exploitation ultérieure (pédagogie, valorisation, édition) ;

– du coup, la possibilité d’illustrer son cours par des projections nombreuses de documents très divers ;

– la possibilité d’échange et de circulation des images, qui certes pose des problèmes de droits, mais que je ne vais envisager ici que sous l’angle de l’accès aux données ;

– d’une manière générale, l’existence d’internet, et les accès démultipliés à toutes sortes de ressources, ont modifié les manières de travailler. Ce qui était réservé à des chercheurs parisiens, et prenait des jours (et des sous !), est désormais possible en quelques minutes. De fait, on ne fait plus la même recherche.

 

Les usages par les chercheurs des collections numérisées sont donc à envisager dans un cadre plus large : l’extraordinaire envahissement par le numérique des pratiques, scientifiques et pédagogiques, des chercheurs. Nous-mêmes, chercheurs, essayons de nous retrouver dans le labyrinthe de l’offre en signalant les ressources que nous utilisons dans la rubrique « outils de la recherche » de notre blog « Le Magasin des Enfants ». Ça passe aussi par beaucoup de bouche-à-oreille, faute d’un portail de référence qui réunirait toutes les ressources.

 

Les sources utilisées

Je vais les ranger dans un ordre croissant d’intérêt pour la recherche — les premiers étant malgré tout d’un grand usage pour la pédagogie, soit que nous y renvoyons les étudiants, soit que nous y fassions référence pour leur emprunter des images. Malgré leurs intérêts différents, ces sources sont intéressantes par leur complémentarité.

Les expositions virtuelles

Il s’agit d’une manière de mettre en valeur un contenu à valeur historique forte. Le chercheur sera déçu de ne jamais y trouver aucun livre en version intégrale, mais c’est parfois une piste très riche pour repérer un ouvrage, un éditeur, une thématique… L’intérêt ici, c’est que l’exposition virtuelle permet de contextualiser l’ouvrage, d’en appréhender l’historicité.

Je me contenterai d’en présenter quelques-unes :

http://www.kodomo.go.jp/english/index.html

Il s’agit du site web de l’International Library of Children’s Literature, situé au Japon. Il propose plusieurs expositions virtuelles, dont les sujets sont intéressants (albums japonais de l’ère Edo, premiers albums américains etc), mais il est impossible d’avoir la moindre précision sur les exemplaires utilisés, et surtout, la navigation en est extrêmement fastidieuse.

 

http://www.library.unt.edu/rarebooks/exhibits/popup2/introduction.htm

L’université du North Texas propose ici une exposition virtuelle consacrée aux livres à système ; l’intérêt est que les pages sont présentées « animées ».

http://www.princeton.edu/cotsen/exhibitions/virtual-exhibitions/

Les familiers de la salle T connaissent déjà certainement les magnifiques catalogues de la Cotsen Library de Princeton. La bibliothèque propose aussi de très intéressantes expositions virtuelles (dont une consacrée au Père Castor). Comme dans toute exposition réussie, ce n’est pas le nombre des pièces exposées, mais leur mise en perspective et l’intérêt propre à chacun qui compte, et le résultat est convaincant. On peut parfois y trouver des informations inattendues, comme des prix portés ici sur un catalogue de 1939… mais c’est un peu le hasard ! Il est par ailleurs possible de « pister » un livre depuis une exposition virtuelle jusqu’à un exemplaire intégralement numérisé ailleurs, comme c’est le cas avec ce Painted Picture Playbook (http://library.princeton.edu/libraries/cotsen/exhibitions2/Kites/Kites9.html) qui a permis à une chercheuse de retrouver une édition américaine sur le site de la Library of Congress en format téléchargeable  (memory.loc.gov/service/rbc/rbc0001/2003/2003juv54185/2003juv54185.pdf).

http://digital.library.mcgill.ca/russian/

L’université canadienne McGill propose elle aussi une exposition très réussie sur les albums russes des années 1920. Plus rustique dans son ergonomie, elle a  le mérite de proposer des références bibliographiques très détaillées sur les livres dont une image est présentée.

 

http://www.bodley.ox.ac.uk/johnson/exhibition/

La Bodleian Library a mis en ligne en 2011 une exposition d’ephemera, liée à une exposition (A Nation of Shopkeepers, Trade Ephemera from 1654 to the 1860s), qui comporte une section « Juvenilia ». L’intérêt est que ces pièces sont assez rares, les bibliothèques s’étant souvent peu intéressées aux ephemera.

 

Je me permets de passer très vite sur l’exposition virtuelle de la BNF, Babar, Harry Potter et Cie (http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/expo/decouverte/index.htm), que je suppose bien connue de toutes les personnes présentes, mais je ne résiste pas au plaisir de signaler l’exposition moins connue que nous avons montée dans le cadre du projet Mame, et dont le commissariat a été assuré par Marie-Pierre Litaudon, Les albums Mame de l’entre-deux-guerres (http://mameetfils.univ-tours.fr/exhibits/show/albums_expo). Preuve que les expositions virtuelles ne sont pas seulement une ressource pour les chercheurs, mais désormais une des manières de mettre en valeur eux-mêmes les résultats de leurs recherches, pour un public élargi.

Des bases de données, surtout iconographiques

Une seconde catégorie est davantage susceptible d’intéresser le chercheur. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une bibliothèque virtuelle, mais d’une base de données donnant accès, par des références (métadonnées), à des informations détaillées sur des livres, parfois à des extraits iconographiques. C’est ce que nous avions voulu faire avec le site « Mame et fils » (http://mameetfils.univ-tours.fr/), qui à terme devrait offrir une notice très détaillée des exemplaires d’ouvrages pour la jeunesse de chez Mame passés entre les mains des chercheurs investis dans le projet, décrits et photographiés, non pas dans leur intégralité mais en fonction d’éléments qui nous paraissaient pertinents pour des recherches ultérieures (par exemple, les ex-præmio).

Ces bases posent pourtant d’innombrables problèmes : mal signalées, mal coordonnées entre elles (bien que désormais, tout le monde s’accorde sur quelques principes simples de normes (Dublin Core pour nous) et d’interopérabilité), elles sont d’une utilisation très différente, parfois franchement malcommodes.

 

http://www.bookchilde.org

Le projet CHILDE se voulait une base de livres « disséminés » à travers l’Europe. Le résultat est extrêmement décevant : d’une part, le faible nombre de contributeurs ne répond pas aux ambitions du projet ; d’autre part, les informations collectées se révèlent très incomplètes ; on n’a souvent accès qu’à une image, même pas à un programme.

 

http://www.inrp.fr/she/lej/  &  http://www.cndp.fr/mnemo/web/formSimple.php

La base iconographique du Service d’histoire de l’éducation de l’INRP est très fournie, de même que la base Mnémosyne du même défunt INRP, devenu SCEREN-CNDP. Mais la recherche y est assez malcommode. Par ailleurs, il s’agit surtout de bases iconographiques : elles isolent chaque image de son contexte, alors que les recherches actuelles portent évidemment sur l’insertion de l’image dans son contexte de livre.

 

http://www.gutenberg.org/wiki/Category:Children%27s_Bookshelf

On pourra faire le même reproche aux ouvrages mis à disposition via le « projet Gutemberg » : les livres sont remis en forme en html, c’est-à-dire que nous ne retrouvons rien de la mise en page !

 

Pour toutes ces raisons (absence d’exhaustivité, sélections d’ouvrages contestables ou aléatoires, métadonnées insuffisantes, manque d’ergonomie, absence de réflexion sur la forme finale de l’accès au livre), la plupart de ces bases sont un « demi »-outil pour le chercheur : il n’y trouve pas la qualité d’information dont il a besoin.

 

Des collections de livres numérisés

Nous passons donc dans la troisième catégorie, celle des « bibliothèques virtuelles », c’est-à-dire des sites qui donnent accès à la fois à des métadonnées précises (références des ouvrages) et à ces ouvrages numérisés dans leur intégralité, avec parfois des possibilités complémentaires (zoom). On en trouve de toutes sortes, ce qui est assez compréhensible si l’on se souvient que le terme « bibliothèque » peut aussi bien désigner l’ensemble des livres qu’un particulier a réunis pour lui, avec sa part de hasard, qu’un ensemble raisonné élaboré dans le cadre d’une institution. Je partirai des moins cohérentes.

http://en.childrenslibrary.org/et sa version françaisehttp://fr.childrenslibrary.org/

Ce site est un exemple de ce que l’esprit participatif du « web 2.0 » peut produire : sur ce site alimenté de manière totalement anarchique, on peut trouver des pépites, comme cette édition soigneusement photographiée du Rocket Book de Peter Newell, mais qui est noyé dans un fatras d’ouvrages aux métadonnées absolument inutilisables.

 

http://www.loc.gov/rr/rarebook/digitalcoll/digitalcoll-children.html

54 livres numérisés par la Library of Congress : les images sont d’une grande qualité, mais la collection est maigre, et sans cohérence. On pourrait faire la même remarque à propos des collections numérisées de l’Université du Wisconsin-Milwaukee (http://collections.lib.uwm.edu/cdm/search/collection/ccm).

 

http://www.library.pitt.edu/dscribe

L’université de Pittsburg a numérisé des manuels de classe du XIXe siècle, en petit nombre certes, mais intéressants justement par leur rareté dans ces programmes de numérisation qui ont tendance à privilégier les livres beaux et illustrés.

http://access.cjh.org/ & sa version « image » : http://www.flickr.com/photos/center_for_jewish_history/sets/72157622664600155/with/4422429567/

Le Center for Jewish History, qui regroupe des collections issues de plusieurs fonds, donne accès, à travers une arborescence pas forcément très intéressante pour un chercheur (davantage pensée pour un flâneur), à des documents précieux, par exemple pour qui s’intéresse à l’Allemagne de l’entre-deux-guerres. Ils ont en outre eu la bonne idée d’utiliser l’interface très flatteuse de Flickr pour proposer un autre accès à ces collections numérisées ; presque plus pertinent pour le chercheur. On voit ici que les nombreuses possibilités offertes par internet pour « entrer » dans une collection sont utilisées avec pertinence.

 

http://digilib.usm.edu/cdm/search/collection/dgbooks

L’université de Southern Mississipi offre la possibilité de requêtes sur plusieurs fonds numérisés, dont la collection De Grummond, le fonds H.A. and Margret Rey, etc… Méthodes de recherche comme métadonnées sont d’une grande précision.

 

http://ufdc.ufl.edu/juv

La bibliothèque Baldwin, Baldwin Library of Historical Children’s Literature, à l’université de Floride, don d’une chercheuse et collectionneuse, est une collection très cohérente, par ailleurs organisée en sous-collections thématiques très accessibles (Alice, Robinson…).  Le moteur de recherches n’est pas très intuitif, mais la collection vraiment riche.

 

https://content.lib.washington.edu/childrensweb/index.html

La bibliothèque de l’Université de Washington propose une Historical Children’s Collection qui offre à la fois une exposition virtuelle, et un tri des ouvrages par thématiques. Images et métadonnées sont d’une qualité remarquables.

 

On pourrait mentionner toute une liste d’institutions qui ont débuté une bibliothèque virtuelle, chacune avec ses défauts (livres peu lisibles, difficultés à zoomer, fonction recherche peu ergonomique, mauvais signalement des collections…) : la bibliothèque de l’université d’Oldenburg (http://diglib.bis.uni-oldenburg.de/retrodig/titelindex.php), celle de Cologne, qui semble plutôt un agrégateur renvoyant vers d’autres sources (http://www.aleki.uni-koeln.de/ebib/texte.shtml), … Par ailleurs, à côté de ces entreprises issues d’universités surtout anglo-saxonnes, on peut parfois se désoler de la pauvreté et du manque d’ergonomie des quelques projets français, comme le fonds Jules Verne à Nantes (http://www.bm.nantes.fr/Portail/Site/Typo3.asp?lang=FR&id=2), ou le portail des bibliothèques de Toulouse, dont la rubrique Enfantina  comporte encore peu de titres (http://rosalis.bibliotheque.toulouse.fr/index.php?pages/enfantina#.UngO_CRjLWa),…

 

Dans cette masse, tout varie : depuis la qualité des images jusqu’à la souplesse des modes de recherche et de feuilletage, en passant par la précision des métadonnées… Cette hétérogénéité, alliée à la dissémination de ces fonds et leur absence de signalement, incite fortement les chercheurs à se rabattre sur les plus gros pourvoyeurs de livres numérisés : Internet Archive, Google Livres, et Gallica.

 

https://archive.org

Internet Archive a le mérite de proposer une « Children’s Library » qui regroupe les livres destinés à la jeunesse ; la recherche est par ailleurs facilitée par un moteur très puissant. Le point faible réside dans les métadonnées, parfois imprécises ; ainsi que dans le choix des ouvrages numérisés, souvent aléatoire.

 

https://books.google.fr

La bibliothèque virtuelle du puissant moteur de recherches, c’est déjà connu, a les défauts de ses qualités : numérisés en nombre, sans tri préalable, les livres reflètent l’absence de choix qui a présidé à leur numérisation… ce qui est une chance pour le chercheur qui travaille sur du second choix, voire sur des objets déconsidérés ! À l’inverse, cette numérisation industrielle ne respecte aucun des principes ordinaires de la description bibliographique : il faut plonger longuement ses filets pour avoir une chance de trouver quelque chose, le travail sur les métadonnées est entièrement à refaire. Pourtant, on observe avec ce site le même phénomène que celui que les économistes ont qualifié de « longue traîne » pour évoquer le commerce du livre en ligne : l’abondance, même désordonnée, est positive pour le chercheur : la recherche consiste en effet souvent à travailler sur ce à quoi on ne pensait pas s’intéresser. Michel Pastoureau a souligné autrefois le rôle parfois majeur joué par un livre que le chercheur « trouve » presque par hasard sur une étagère, « tout près » d’un livre qu’il cherchait : ce n’est pourtant pas un livre qu’il cherchait… Avec Google livres et sa masse extraordinaire de documents, le chercheur « tombe » parfois sur des ressources qu’il n’aurait pas eu l’idée d’aller chercher de manière rationnelle… comme par exemple la splendide collection de robinsonnades du chercheur allemand Herman Ullrich, numérisée dans le lot de la Bibliothèque de l’Université de Chicago.

 

http://gallica.bnf.fr/

Comme bibliothèque virtuelle de livres pour enfants, Gallica est… inexistante ! impossible en effet d’afficher de manière simple tous les ouvrages présents au sein de Gallica et qui relèvent du champ « enfantina », ce qui est aux yeux des chercheurs un sérieux défaut. À l’inverse, un livre qui s’y trouve, souvent plus accessible via le catalogue de la BNF que directement via Gallica, a toutes les chances de convenir au chercheur, tant dans la précision et la fiabilité des métadonnées, que par la qualité de la numérisation, et la souplesse des modes de feuilletage, depuis la lecture à l’écran jusqu’au téléchargement d’un PDF. Mais heureusement que la Newsletter du CNLJ signale régulièrement quelques ouvrages numérisés (en majorité des livres illustrés) : sinon, qui saurait que Gallica renferme tous ces livres ?

 

Les usages et les attentes des chercheurs

Les recherches sur les livres pour enfants se sont considérablement multipliées ces dernières décennies ; plus nombreuses, elles sont aussi plus variées dans leurs objets. Au-delà de la seule approche littéraire, ou liée à l’histoire de l’éducation, les provenances disciplinaires se sont multipliées, les méthodologies et les modes ont changé. On mène aujourd’hui des recherches sur des sujets, des collections, des livres qui parfois ont été méprisés à l’époque de leur production, et/ou considérés avec désinvolture au moment de leur conservation. Les chercheurs font alors flèche de tout bois pour constituer leurs corpus. Dans ces conditions, toutes les numérisations sont bonnes à prendre – même si, dans le même temps, tous les chercheurs consultés au cours de mon enquête sont unanimes : RIEN ne remplace le fait d’avoir véritablement tenu le livre en mains.

Si le chercheur est habitué à se perdre (et perdre un temps considérable) dans le maquis d’internet, à suivre de minces indices qui le mènent en définitive jusqu’à une source inespérée, il a des attentes idéales, qui pourraient se résumer ainsi :

– que les différentes bibliothèques virtuelles de livres pour enfants soient signalées par des instances nationales et internationales, invitées à mener une veille précise sur les initiatives dans ce domaine ; les recherches d’intérêt transnational sont aujourd’hui plébiscitées, cela suppose une bonne circulation entre les diverses bibliothèques nationales ;

– que se mette en place progressivement un consensus autour des références et métadonnées, permettant de « suivre » plus facilement les livres d’un dépôt à l’autre (l’idéal, absolument utopique, était une parfaite interopérabilité entre les fonds…)

– que les fonctions de recherche soient l’objet d’un soin attentif de la part des concepteurs de sites, trop souvent limités à des fonctions de « feuilletage » pensées pour un hypothétique grand public – le modèle, dans ce domaine, semble être l’onglet « presse et revues » de Gallica, qui a permis à plus d’un parmi nous de pister des auteurs, éditeurs, illustrateurs là où on ne serait pas allé les chercher…

La bibliothèque virtuelle idéale ?…

La question du corpus est difficile, car elle semble devoir répondre à deux logiques contradictoires.

En effet, si l’on considère qu’une bibliothèque virtuelle a pour mission de pallier l’absence de lieu unique et accessible de conservation du patrimoine historique du livre pour enfants, afin que les grands textes, les grands livres, les grandes œuvres qui ont marqué l’histoire du livre pour enfants (mais qui n’ont aucune vocation à être un jour réédités[1]) soient accessible à n’importe quel chercheur, qui doit se constituer une culture approfondie avant d’aller explorer des zones vierges, alors il faut réaliser une bibliothèque virtuelle raisonnée, qui parte d’un consensus autour de quelques centaines, voire quelques milliers de livres considérés comme « marquants » – une sorte de Panthéon du livre pour enfants. C’était le projet de l’ACI « Enfantina » montée jadis par Annie Renonciat et Michel Manson. Idéalement, une telle bibliothèque virtuelle peut être fondue dans une bibliothèque numérique plus large, pour d’évidentes raisons d’interopérabilité et parce que le livre pour enfants ne se peut séparer de l’ensemble des livres produits par une société ; mais il importe, dans le même temps, qu’elle soit signalée aussi dans sa spécificité, par exemple via un onglet « enfantina ».

À l’inverse, si l’on considère qu’une bibliothèque virtuelle a pour fonction de mettre à la disposition d’une large communauté, y compris des chercheurs, des documents conservés par des institutions mais mal connus du public, des documents qui sans cet éclairage jeté sur eux par le web resteraient ad vitam æternam enfermés dans des rayonnages parce que tout le monde ignore jusqu’à leur existence, alors il faut numériser des séries, des livres, des titres peu ou pas connus, afin de permettre aux chercheurs d’élargir leur réflexion au-delà du cercle de ce qui est d’ores-et-déjà considéré comme « canon », « corpus de référence ». C’est ce que nous avons voulu faire avec le projet Mame : aller voir, au-delà des préjugés, la littérature pour enfants que lisait l’enfant catholique « moyen » au XIXe siècle – sans Gallica et Google livres, notre projet aurait été plus difficile à mener.

 

Les chercheurs interrogés ont tous spontanément signalé qu’ils aimeraient avoir accès à des fonds sans doute loin de constituer une « bibliothèque idéale d’enfantina ». En effet, si plusieurs versions numériques des albums majeurs de Kate Greenaway sont actuellement accessibles sur le web, en revanche certains de ses titres « mineurs » sont totalement absents : il conviendrait donc de numériser en priorité ceux-là, même s’ils présentent moins d’intérêt en soi sur le plan esthétique ou éditorial.

Les chercheurs soulignent aussi l’importance qu’il y a à numériser des ouvrages parfois dépourvus d’images (moins facile à « vendre » sur Gallica ?…) : romans, récits, presse. Nous peinons en effet à nous faire une idée précise de ce que lisaient les enfants des siècles passés, tandis que ce qu’ils voyaient nous est mieux connu, car depuis longtemps l’objet du soin jaloux des collectionneurs.

Ils aimeraient pouvoir télécharger sur Gallica, outre des PDF, des livres numérisés au format epub, redimensionnable au format des tablettes qui sont devenues un outil naturel pour lire chez soi des ouvrages anciens.

Les chercheurs sont aussi extrêmement friands de documents qui parlent des livres pour enfants, sans en être. La presse, spécialisée ou non ; les outils de valorisation, comme les très précieux  Catalogues de livres d’étrennes publiés annuellement par le Cercle de la librairie ; les catalogues d’éditeurs ; des travaux préparatoires et manuscrits ; voire des ouvrages de recherche devenus introuvables, comme Livre mon ami d’Annie Renonciat ou le Dictionnaire des auteurs pour la jeunesse de Nic Diament.

Enfin, les chercheurs sont extrêmement désireux d’outils de mise en réseau, notamment à l’échelle internationale. À l’heure des programmes de recherches transfrontaliers et internationaux au sens large, et alors qu’on nous invite à élargir nos perspectives dans le sens du dialogue entre les cultures, il est important que le numérique permette justement de faire tomber les frontières, par des efforts de mutualisation.

Enfin, tout comme les bibliothèques offrent un cahier, à l’entrée, où les lecteurs peuvent inscrire les titres des livres qu’ils voudraient voir acheter, les chercheurs, dans la perspective d’une thèse ou d’un programme de recherches, devraient pouvoir déposer quelque part une suggestion de numérisation. Ainsi, on m’a signalé qu’on serait ravi de voir numériser des livres pour enfants datant de la guerre 14-18 mais aussi et surtout des périodiques pour enfants et des revues pédagogiques de cette époque, inestimables sources de savoir sur la manière dont ces ouvrages et imprimés étaient perçus et utilisés ; un autre chercheur serait heureux de voir numériser toute la collection « Édition de la jeunesse », petits livres publiés entre 1923 et 1936 à Saumur par L’Ecole émancipée ; etc… Peut-être serait-il possible, comme finalement pour la constitution des fonds des bibliothèques universitaires, de croiser une approche « générale » et patrimoniale, qui vise la constitution d’un corpus raisonné de livres considérés comme « très importants », avec une spécialisation dans quelques branches choisies en fonction de l’activité réelle, ici et maintenant, d’une communauté de chercheurs identifiée. Tant il est vrai qu’un chercheur sans fonds de livres ne peut rien faire, mais qu’un fonds numérisé sans mise en valeur par la recherche ne fait que dormir.

 

 

Présentation réalisée grâce à l’aide de Mathilde Lévêque, Marie-Pierre Litaudon, Anne-Marie Chartier, Bérénice Zunino, François Fièvre, Isabelle Nières-Chevrel, Laurence Chaffin.


[1] Par exemple L’Ami des enfants de Berquin, Le Magasin des enfants de Mme Leprince de Beaumont, Les Aventures de Jean-Paul Choppart, etc.


Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Mathilde Lévêque dit :

    Merci beaucoup pour cette présentation détaillée et pour sa mise en ligne.
    Afin de compléter les collections de livres numérisés, j’ajouterai les adresses des sites présentés lors de cette même journée d’information par Svetlana Mitsul (Bibliothèque Centrale de Moscou), où l’on verra que se côtoient initiatives privées et programmes publics:
    http://wwww.rusneb.ru/site/collections
    à partir d’un fonds de 18 bibliothèques russes; un fonds de livres pour enfants en yiddish est à signaler
    http://arch.rgdb.ru
    pour des livres de la période soviétique, des livres rares dont des abécédaires
    http://lib.omsk.ru
    musée de livres virtuels de la ville de Omsk
    http://kid-book-museum.livejournal.com
    à partir d’une association d’amateurs de livres
    http://library.krasno.ru
    http://wwww.runivers.ru/doc/children_book/

  1. 5 septembre 2017

    […] Cécile, « Numérisation des Enfantina : usages et attentes des chercheurs », Le Magasin des enfants, 7 novembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *