Girl Teen Movies

Voici un compte rendu de la séance du séminaire de l’Afreloce à l’ENS (Littérature et culture d’enfance, d’un support à l’autre), le samedi 20 octobre 2012. Il a été rédigé par Anne Larue et complété par Mathilde Lévêque.

Adrienne Boutang (Université Paris 3) vient de soutenir sa thèse en études cinématographiques sur les girly teen movies à gros succès américains. Elle décrit au cours de la séance cet univers spécifique où le marketing est roi et où l’habitude de segmenter continuellement le public semble haussé au rang d’impératif catégorique. Elle s’attache notamment aux univers liés à Hunger Games et à Twilight, tous deux ayant pour caractéristique d’être tirés d’un roman préalable. Cette pratique concerne le public féminin et non le public masculin, réputé peu lecteur, précise-t-elle. De fait, les films « pour filles » reprennent des procédés littéraires comme la voix off, et présentent la difficulté supplémentaire d’une adaptation qui se doit d’être absolument fidèle – sans quoi les forums de fans ne sont plus qu’un hurlement unanime.

Le mot qui revient sans arrêt est « cible » : cibler les filles, cibler les garçons, cibler tel ou tel réputé « segment » des spectateurs. On aurait peut-être aimé que cet impératif du marketing-roi ne soit pas accepté comme tel mais peut-être discuté davantage dans ses fondements : en effet, on constate – et Adrienne Boutang la première ! – que le marketing se trompe plus souvent qu’à son tour dans ses fameuses prédictions de « sociologie des publics ».

Une autre difficulté de l’adaptation des romans en film est la voix à la première personne du singulier, celle du journal intime (un topos récurrent dans ce domaine). Adrienne Boutang travaille actuellement à une adaptation pour le cinéma du roman de Marie Desplechen, Journal d’Aurore, et elle se trouve confrontée à ce problème particulier.

Il apparaît que le teen movie est construit contre le film familial : on ne va pas le voir avec ses parents. Ce sont des films sur les ados, pour les ados. Ils sont construits et produits comme tels. Peu de films bousculent cette logique. Il ne s’agit pas de films « de formation » : le but n’est pas de devenir adulte mais d’apprendre les règles spécifiques du savoir-vivre au sein de groupes d’adolescents. La seule valeur à transmettre est le droit à l’égocentrisme des adolescents : tout passe à travers ce filtre, notamment le regard hyper-centré du personnage principal.

Au départ la fille est donnée comme « garconnière », puis vient le moment où grâce à une séance de « relooking » elle rentre dans le rang de la féminité. L’image mièvre de la féminité est parfois poussée vers une stylisation excessive, aberrante, ironique, comme dans le schéma « rose bonbon » des films Pretty in Pink ou Clueless (qui est, au passage, une adaptation de Emma l’entremetteuse de Jane Austen).

Une question s’impose alors : que font les féministes américaines ? N’y a-t-il pas dans ces exemples la manifestation d’un sexisme violent ? La réponse pourrait être dans le développement de la parodie (Not another teen movie) et la mise en scène de codes désormais vidés de sens. Le dispositif sexiste mis en place est si aisément décodable, même pour le public ciblé, qu’il perdrait en efficacité. Gageons que les filles sauront toutes déjouer les pièges du patriarcat et trouver dans ces films non une représentation de la féminité mais un vrai divertissement.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *