14es Rencontres des chercheurs en didactique des littératures

17 octobre 2012
Par

Les 14es  Rencontres des chercheurs en didactique des littératures qui se  tiennent en Europe depuis 2000 se dérouleront en 2013 au Canada. L'Université Laval, première université francophone d'Amérique accueille le 81e Congrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) qui aura lieu du 6 au 10 mai 2013.

Cette année, les rencontres porteront sur le thème suivant : «Vers une  "multilecture" et une "multiécriture" littéraire? Des voies  multimodales d'accompagnement de la littérature en classe  (cinéma, jeu vidéo, bande dessinée, twittérature, etc.)». Le colloque de deux journées se déroulerait idéalement les mardi et  mercredi 7 et 8 mai 2013.

La date butoir de l'appel à communication (un titre seulement) est le 19 octobre

L'expansion prodigieuse de la communication médiatique contemporaine - qui mobilise en simultanée plusieurs modes, langages et médias, et ce, à partir de supports variés (imprimé traditionnel, micro-ordinateur, téléphonie, tablette, etc.) a donné naissance à une véritable culture multimodale qui bouleverse la pédagogie « classique » (Buckingham, 2003; Gray et al., 2010). Donnat (1998) parle d’hybridation de la culture cultivée, c’est-à-dire de sa mutation au contact de la « culture des écrans ». Ainsi, les médias de masse, a fortiori ceux dits numériques, sont devenus une source incontournable par laquelle les jeunes se renseignent sur leur univers, développent des attitudes, représentations, croyances et se forgent une identité (Chung 2007). Un bon lecteur contemporain doit ainsi posséder les clés de plusieurs modes sémiotiques s’exprimant sur des supports toujours plus originaux, interactifs, diversifiés et, conséquemment, complexes (Stafford, 2011).
La maîtrise des codes linguistiques, littéraires et culturels est certes essentielle pour que les jeunes parviennent à dépasser les difficultés du questionnement sur les œuvres complexes. Si la culture et le plaisir passent le plus souvent, aujourd’hui, par des médias de l’ « immédiateté » (cinéma, télévision, jeux vidéo), les exigences de la lecture littéraire n’en demeurent pas moins omniprésentes et constituent, conséquemment, un défi majeur pour ceux qui repensent les pratiques de son enseignement. D’autre part, les pratiques actuelles de lecture et de consommation culturelle des jeunes tendent de plus en plus vers une logique commerciale les incitant, par exemple, à s’intéresser à des films, à des bandes dessinées et à des romans pour résoudre les énigmes de jeux vidéo. À l’inverse, ils prolongent l’expérience de la lecture d’un roman à travers la spectature de ses adaptations filmiques et de l’interactivité des plateformes de jeux vidéo sérieux. Les oeuvres adaptées de la littérature inviteraient ainsi le lecteur/spectateur à confronter, réinterpréter, traduire, transposer ses lectures (Visy, 2002; Lacelle, 2009) grâce au tissage de fils narratifs multiples qui complexifie l’expérience tout en la stimulant (Vandendorpe, 2012). Dans ce contexte, une éducation des jeunes à la lecture/production de textes littéraires sur des supports variés semble s’imposer dans une perspective manifeste de reconfiguration des pratiques d’enseignement de la littérature.
Déjà, en France, l'étude conjointe d'une oeuvre littéraire et de son adaptation cinématographique est recommandée au collège afin de comparer les modes d'expression respectifs de ces deux formes artistiques. La Belgique prévoit aussi dans ses programmes la comparaison d’oeuvres romanesques à leurs adaptations en bande dessinée et/ou au cinéma, de manière à découvrir les spécificités de chaque système narratif. Au Québec, dans le programme de français du secondaire, le film est abordé, à l’instar de la bande dessinée, comme une oeuvre complémentaire au texte littéraire qui permet de se
constituer des repères culturels. Par ailleurs, quelques pays européens (France, Danemark, Royaume-Uni, Pays-Bas) reconnaissent dans leur programme de formation secondaire la fonction éducative des jeux vidéo aux côtés d’autres oeuvres multimodales1 (album illustré, bande dessinée, film, littérature électronique, twittérature).
L’un des principaux enjeux de ces Rencontres sera d’essayer de définir et de consolider, dans une perspective didactique, les spécificités et les objectifs de la rencontre désormais inévitable entre la littérature et les pratiques culturelles des élèves autour d’oeuvres multimodales. Les présentations s’articuleront autour des enjeux suivants :

 

Enjeux théoriques :
-Culture populaire / culture littéraire;
-processus de lecture / spectature / interactivité;
-spécificités des oeuvres littéraires / oeuvres multimodales.
Enjeux didactiques :
-Propositions didactiques alliant pratiques culturelles des jeunes et enseignement de la littérature;
-dispositifs didactiques croisant oeuvres littéraires et oeuvres multimodales;
-intégration d’oeuvres multimodales dans le corpus au primaire ou au secondaire (6 à 16 ans).
Enjeux pédagogiques
-Modalités d’enseignement de la lecture d’oeuvres littéraires et multimodales;
-approches pédagogiques soutenant la multilecture/multiécriture littéraire et/ou la mobilisation des multitextes.
Merci de communiquer vos propositions (titre seulement) aux organisateurs de ces Rencontres :
Nathalie Lacelle : Nathalie.Lacelle@uqtr.ca
Jean-François Boutin : profboutin@gmail.com
1 L’oeuvre multimodale (ou multitexte; Boutin, 2012) se caractérise par la combinaison de différents modes iconiques, linguistiques, gestuels et auditifs (Kress et van Leeuwen, 2001; Jewitt, 2002, 2009;Walsh, 2008; Kress, 2010; Foucher, 1998;Arfeuillère, 2010; Lebrun, Lacelle, Boutin, 2012).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Actualités de la recherche, Appels à communications, Actualités de la recherche, Colloques

Laisser un commentaire

La revue de l'association

  • Strenae Recherches sur les livres et objets culturels de l'enfance.