Les albums allemands pour enfants en france (1990-2010) ou le triste voyage d’un tigre (sans tomates)

Compte-rendu de Gaëlle Lévesque

 

 

Pour cette dernière séance du séminaire de l’Afreloce 2011-2012, Mathilde Lévêque s’est proposé d’observer quelles ont été la réception et la place des albums allemands en France de 1990 à 2010.

Lors du premier séminaire, en 2010, elle avait évoqué les erreurs de traduction qui pouvaient introduire des contresens et ainsi nettement altérer l’album original. Elle avait alors examiné le cas de l’album de Wolf Erlbruch, Frau Meier, die Amsel traduit en français par Chloé et Gérard Moncomble, Remue-ménage chez Mme K. : par exemple, le merle – que l’on voit dans l’image – devenait un corbeau dans le texte. Mathilde Lévêque a souhaité étendre à d’autres albums la réflexion sur la traduction. Or, si l’on trouve des études de cas, il n’existe en revanche aucun ouvrage sur la traductologie en littérature pour la jeunesse.

                  Quel sort est fait aux albums allemands pour les enfants ? Mathilde Lévêque en a présenté deux. Le premier, Armin de Rotraut Susanne Berner, traduit en français par Antoine, présente sur sa première image la librairie du personnage. Un lecteur allemand y reconnait certains livres puisque Rotraut Susanne Berner a représenté des premières de couverture d’albums existants. La richesse de cette image est moins perceptible pour un lecteur français : quels albums, parmi ceux sont représentés, ont été traduits en France ? Dans les images qui suivent, l’auteure fait différentes allusions à des albums bien connus des enfants allemands (Max et Moritz de Wilhelm Busch) et parfois également des lecteurs français (Max et les Maximonstres de Maurice Sendak) ainsi qu’à des contes qui font partie du patrimoine européen. Là, Mathilde Lévêque met en avant une absurdité de la traduction française. L’image montre une Belle au bois dormant endormie, facilement identifiable par le lecteur français puisqu’elle tient un fuseau dans sa main. Or le texte français transforme la princesse en « Cendrillon ».Une auditrice intervient alors pour pointer une autre difficulté à traduire un album : dans l’image la lune a de gros sourcils épais car elle est « der Mond » en allemand, un monsieur.

Mathilde Lévêque propose ensuite d’examiner un autre album, Trauriger Tiger Toastet Tomaten (Ein ABC) de Nadia Budde, adapté en français par Eugène sous le titre Voyage en Abécédie. En allemand, Nadia Budde a créé des phrases absurdes et drôles à partir des lettres de l’alphabet. Le titre allemand montre le principe de lecture de ces phrases où tous les mots commencent par la même lettre et le titre français a perdu cela ; il était pourtant possible de traduire « Triste Tigre Toaste des Tomates »… Le titre français (sans tomates) perd le fil de l’album puisque l’on peut retrouver les tomates tout au long des images ; elles permettent de compenser la discontinuité de l’ordre alphabétique.

Mathilde Lévêque a ensuite exposé la méthodologie qu’elle avait suivie et les difficultés qu’elle avait rencontrées pour sélectionner un corpus d’albums allemands traduits en français plus large. Il n’existe aucun outil qui apporte une réponse simple et exhaustive. C’est pourquoi, elle a utilisé cinq sources différentes pour parvenir à ses fins : les chiffres du syndicat national de l’édition (SNE), le catalogue de la BNF avec une recherche par mot clé, les chiffres de « la Joie par les livres », les catalogues des éditeurs et les recensions dans les revues spécialisées (La Revue des livres pour enfants, la sélection des « Livres au Trésor », celle de « la Joie par les livres »). La recherche par le SNE n’a pas été très satisfaisante car tous les éditeurs, notamment les plus petits, ne sont pas représentés. Mais ceci lui a permis de constater que de nombreuses régions sont absentes des listes des grands éditeurs (l’Inde, l’Amérique latine, les albums de langue arabe etc.). Le SNE indiquait qu’en 2008, 58 titres allemands avaient été traduits en France dont 13 destinés à la jeunesse ; ce qui correspond à 5,25% de la production contre 72% de livres anglo-saxons. Cependant, cette source ne donnait pas les titres des albums concernés.

Mathilde Lévêque s’est donc tournée vers le catalogue de la BNF. La recherche par mot clé a donné 66 résultats. Il a fallu éliminer les livres qui n’étaient pas destinés à la jeunesse, ceux qui étaient libres de droit (comme les rééditions des contes de Grimm), les romans pour la jeunesse, les jeux d’énigmes. Mathilde Lévêque obtenait ainsi 15 albums allemands traduits en France. Elle a pu constater que 6 étaient édités par les éditions suisse Nord-Sud qui jouent un rôle important de passeur et que 3 albums avaient été édités par la maison d’édition Être. Le catalogue d’éditeur a ensuite montré que 12 albums allemands avaient été édités par Être et qu’une grande place était accordée à l’illustrateur Wolf Erlbruch. Il s’est avéré que nombre de ces albums avaient été édités par la maison d’édition Peter Hammer Verlag. Cette très petite entreprise, qui n’a que quatre employés permanents et un réseau de lecteurs bénévoles, a pourtant un rôle très important de création et de diffusion en Allemagne. Elle a été fondée en 1966 à Wuppertal, par Johannes Rau notamment, membre du SPD, ministre d’un Land et président de la République allemande de 1999 à 2004. Il faut rappeler que, dans les années 60, il existe un fort mouvement de contestation or, Peter Hammer se traduit Pierre Marteau en français et ce nom désignait, en France, au XVIIème siècle, un éditeur fictif que choisissaient les auteurs qui ne pouvaient ou ne voulaient pas publier avec le privilège du roi. Le nom est donc bien choisi pour une maison d’édition qui, dès sa naissance, choisit de publier des livres politiques très à gauche et s’attache à faire connaitre des auteurs africains, entre autres. C’est en 1993 que le premier livre pour enfants parait : Vom kleinen Maulwurf, der wissen wollte, wer ihm auf den Kopf gemacht hat, plus connu en France sous le titre, De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête de Werner Holzwarth et Wolf Erlbruch. Le succès est immédiat et l’album est traduit dans une trentaine de langues. Cette maison a donc une politique éditoriale claire : elle ne veut rien de mignon, de sucré ou d’enfantin. Par sa devise « Klein und frei », elle revendique son indépendance financière. Dès lors, Wolf Erlbruch lui sert de moteur et lui permet d’introduire d’autres jeunes illustrateurs comme Budde. Cependant, si ces albums sont traduits en français, ils ne sont pas forcément connus de tous.

Afin d’affiner sa sélection, Mathilde Lévêque a analysé les chiffres de « la Joie par les livres ». Après avoir gardé uniquement les livres d’images et éliminé les rééditions, elle est parvenue à 350 albums de 1990 à 2000 et 300 albums de 2001 à 2011. Le nombre étant trop important pour qu’elle puisse examiner chaque titre, elle a mis en avant les grandes lignes et a pu constater que des illustrateurs, classiques ou créateurs de séries, étaient particulièrement représentés. Certains éditeurs se retrouvent aussi souvent comme les éditions « quatre fleuves » pour les séries La Fée Lili-Rose ou Félix, « les deux coqs d’or » pour les imagiers et les livres pour les tous petits, « Karl Hanser Verlag » pour Tommy, « Bilboquet » qui, pour une raison inconnue, ne précise pas qu’elle publie des traductions d’albums édités par une maison d’édition suisse, « Gautier Languereau » enfin qui publie les albums parus chez « Ravensburger » en Allemagne. De cette sélection ressortent deux grands ensembles : les titres traduits dans de nombreux pays et les titres qui restent plus confidentiels. Elle montre aussi que les éditeurs choisissent parfois de changer les prénoms des héros. Ainsi des prénoms très donnés en Allemagne, Jakob und Lisa, se transforment en prénoms français à succès, Maxime et Léa. La première de couverture peut également changer : le papa allemand est représenté par une abeille dans Ein Papa für Ilja Igel (de Dagmar Garbe et Marie-José Sacré) alors qu’il s’agit d’une girafe dans l’album traduit en français, Eric cherche un Papa ; à chaque pays sa représentation de la figure paternelle.

Enfin l’étude des recensions dans les revues montre l’importance de la Suisse dans le réseau de diffusion des albums allemands. Mathilde Lévêque présente un album significatif qui permet de voir quels sont les passages et les blocages entre les deux pays. Wer liest, ist paru en 2006 est un album qui a été élaboré par plusieurs artistes afin d’inciter à la lecture. A partir d’un poème, carte blanche a été donnée à cinq illustrateurs différents très connus en Allemagne : Bruno Blume, Verena Ballhaus, Quint Buchholz, Nadia Budde, Jacky Gleich, Susanne Janssen. Les cinq sont représentés sur la première de couverture autour d’une table, illustrant ainsi le jeu de mots du titre (Wer liest, ist = qui lit, est et Wer liest, isst = qui lit, mange). Un petit sondage dans la salle suffit à Mathilde Lévêque pour montrer quels étaient les artistes connus, car représentés, en France et quels étaient les blocages. Elle a conclu en émettant l’hypothèse que la publication de De la petite taupe… en 1993 a certainement eu un effet déclencheur sur l’intérêt porté par les Français aux albums allemands. Reste à le vérifier en remontant un peu plus dans le temps.


Cécile Boulaire

maître de conférences à l’Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 mai 2012

    […] hasard du calendrier a fait qu’est resurgie, lors du dernier séminaire de l’Afreloce à l’Ecole Normale Supérieure, l’évocation d’un poème romantique allemand, Der kleine Häwelmann, de Theodor Storm, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *