Horreurs enfantines: Tim Burton et la culture de l’enfance

Nous signalons ce colloque qui, parce qu’il s’intéresse à l’imaginaire de l’enfance tel qu’il se déploie dans l’œuvre du cinéaste Tim Burton, saura interpeller les chercheurs et curieux s’intéressant à la culture de l’enfance et à sa subversion (ou non?) au cinéma, mais aussi dans les arts plastiques – rappelons que ce colloque se tient à l’occasion de l’exposition de dessins, sculptures, photographies, etc. de Tim Burton à la Cinémathèque, ouverte depuis le 7 mars.

Le programme complet est téléchargeable à partir de la page en lien ci-dessous.

 

Colloque international « Tim Burton : horreurs enfantines »

Première journée à la Cinémathèque française, le 5 avril 2012

Deuxième journée à l’INHA, le 20 avril 2012

Tim Burton, cinéaste ayant navigué entre les pôles independant et mainstream (notamment l’alliance très médiatisée avec les studios Disney) a été à l’origine d’une esthétique qui devait renouveler durablement le genre de l’horreur et l’iconographie enfantine, s’inscrivant systématiquement au confluent entre le film d’horreur et l’imaginaire enfantin.Le colloque vise à cerner l’ambivalence présente dès l’origine dans l’œuvre du cinéaste, en le situant d’emblée à la croisée de plusieurs genres et de plusieurs destinations apparemment contradictoires. D’une part, une dimension horrifique, ou du moins inquiétante, (le cinéaste a participé à ses débuts à la célèbre série Alfred Hitchcock présente) l’inscrivant dans la lignée parfois sanglante, occasionnellement violente et souvent perturbante, des grands maîtres de l’horreur. La fascination pour les représentations macabres, pour les manifestations corporelles inquiétantes, la problématique de la monstruosité : autant d’éléments présents dès l’origine, souvent associés à une forme d’humour macabre récurrent, qui ont contribué à construire une atmosphère noire, portée par un imaginaire foisonnant qui deviendra la marque de fabrique de Burton. D’autre part, une volonté revendiquée de s’adresser aux enfants et de s’emparer des monuments de la littérature enfantine en y incorporant des éléments de son esthétique macabre.

C’est cette ambivalence fondamentale que le colloque tentera d’examiner plus en détail, sur les plans thématiques, techniques et économiques. Plus généralement, le colloque sera donc l’occasion, par-delà le « cas » Tim Burton, de s’interroger sur l’ambiguïté culturelle plus large traversant la culture et les œuvres destinées aux enfants, et de creuser la question de l’imaginaire enfantin à travers une analyse des références de Burton.

Comité scientifique : Vincent Deville, Eric Dufour, Laurent Jullier, Barbara Le Maitre, Alison McLahan, François Thomas.

Organisatrices du colloque : Mélanie Boissonneau, Bérénice Bonhomme et Adrienne Boutang (IRCAV)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *