Les adaptations et réécritures italiennes d’Alice à travers le miroir

February 22, 2012
By

Ce compte rendu a été rédigé par Stéphanie Delcroix

Le 28 janvier 2012, à l’occasion de la quatrième séance du séminaire « Littérature et culture d’enfance. Transferts, traductions, adaptations » organisé à l’Ecole Normale Supérieure de Paris et en collaboration avec l’AFRELOCE, Mariella Colin (Université de Caen) a tenu une conférence sur « Les adaptations et réécritures italiennes d’Alice à travers le miroir ». Deux romans publiés au début des années 1920 ont particulièrement retenu son attention : La scacchiera davanti allo specchio de Massimo Bontempelli (1922) et Sua Altezza! Favola candida d’Annie Vivanti (1923). La rencontre s’est déroulée en toute convivialité et la discussion qui a suivi a permis le partage d’anecdotes entre les différents chercheurs présents.

Mariella Colin a divisé son intervention en trois parties : la première, dédiée à l’hypotexte de Lewis Carroll, Through the Looking-Glass (1872) ; les deux autres portant chacune sur l’une des adaptations italiennes. Elle a mis en évidence les questionnements que chacun de ces récits a suscités, ce qui a assuré la cohésion entre les différentes parties de l’intervention.

En guise d’introduction, Mariella Colin a procédé à une brève mise au point : elle a résumé la trame de Through the Looking-Glass, avant de rappeler la genèse et surtout les caractéristiques structurelles et stylistiques du récit de Lewis Carroll. En particulier, trois éléments ont inspiré Massimo Bontempelli et Annie Vivanti : l’invention langagière, qui fait « le délice des lecteurs et le cauchemar des traducteurs », le passage d’un environnement réaliste à un monde merveilleux par le biais d’un objet (miroir ou tableau) et la présence du jeu d’échecs, qui chez Carroll organise véritablement le texte.

D’emblée, à propos de La scacchiera davanti allo specchio, Mariella Colin signale qu’elle préfère parler d’une « appropriation » plutôt que d’une « adaptation » de Through the Looking-Glass. L’influence de Lewis Carroll est indéniable et des points communs existent entre les deux textes. Dans l’incipit de La scacchiera davanti allo specchio, un garçon âgé de dix ans est enfermé par punition dans une pièce. Il s’ennuie et son attention est attirée par un jeu d’échecs, placé devant un miroir sur le manteau d’une cheminée. Comme dans Through the Looking-Glass, les contours du miroir s’estompent et l’enfant passe de l’autre côté.

Figure 1

 

Pourtant, des divergences importantes apparaissent également. D’une part, le choix par Massimo Bontempelli d’un narrateur adulte racontant un souvenir d’enfance à la première personne est différent de celui de Lewis Carroll. D’autre part, l’univers coloré et très animé présenté dans Through the Looking-Glass laisse la place chez l’auteur italien à un paysage morne et silencieux. Le temps y est immobile et l’espace infini. Dans cet univers éloigné de toute féerie, le protagoniste rencontre les images de plusieurs personnes, figées au jour où elles se sont regardées pour la première fois dans le miroir. Ces images, « étrangères à la culture enfantine, […] évoquent plutôt les âmes rencontrées par Dante » (1). Si le lien avec le récit de Lewis Carroll demeure évident aux yeux du lecteur actuel – l’illustration de couverture (cf. fig. 1) et le titre du roman en soulignent l’importance –, Mariella Colin remarque que les récits de Lewis Carroll n’étaient probablement pas très connus des lecteurs italiens contemporains de Bontempelli. En effet, selon Pompeo Vagliani (Università degli Studi di Torino), la première traduction complète de Through the Looking-Glass, suivie de celle d’Alice’s adventures in Wonderland, est datée de 1913 et serait l’œuvre de l’éditeur Silvio Spaventa Filippi (2). Ces deux oeuvres, en 1922, n’appartenaient pas encore à la tradition italienne et ne suscitaient probablement pas d’échos dans l’esprit des lecteurs italiens. Cela pourrait expliquer l’absence de références intertexuelles explicites dans le roman de Bontempelli.

Selon Mariella Colin, l’influence de la peinture métaphysique de De Chirico sur La scacchiera davanti allo specchio est aussi fondamentale pour la description de l’univers imaginaire qui se trouve de l’autre côté du miroir. La chercheuse a présenté plusieurs des illustrations sobres et stylisées de Sto (Sergio Stofano) en parallèle avec quelques tableaux de De Chirico.

En guise de synthèse sur La scacchiera davanti allo specchio, Mariella Colin est revenue à une question essentielle : ce roman est-il un roman pour la jeunesse ? En répondant à cette question, elle a souligné le « double retour éditorial » qu’a connu le roman à la fin du vingtième siècle. D’abord publié dans la collection pour la jeunesse « Biblioteca Bemporad per i ragazzi », le texte n’a plus connu de réédition pendant plus de trente ans. En 1955, Mondadori publie le récit, amputé de ses illustrations, dans une collection pour adultes, et ce n’est qu’en 2007 que le roman de Bontempelli, traduit en anglais (The Chess Set in the Mirror), est à nouveau édité, avec les illustrations originales de Sto, dans une collection pour young adults. Le second mouvement de retour sur lequel Mariella Colin a attiré l’attention du public porte sur la langue et l’espace géographique. En s’appropriant le roman de Lewis Carroll, Bontempelli a exploré et fait connaître aux lecteurs italiens plusieurs des motifs présents dans Through the Looking-Glass. La traduction de son œuvre en anglais offre à présent aux lecteurs anglo-saxons une interprétation originale de ces motifs désormais connus et peut-être aussi des pistes pour une compréhension renouvelée des récits de Lewis Carroll.

L’appartenance de Sua altezza! Favola candida à la littérature pour la jeunesse a aussi posé question. Mariella Colin a expliqué que, lorsqu’il a paru en 1923 chez Bemporad, dans une collection non spécifiquement dédiée à la jeunesse, ce récit était dépourvu d’illustrations. À la demande de l’auteur, la couverture était « grise, sobre, modeste ». Il semblerait qu’Annie Vivanti ait craint d’être étiquetée comme un « auteur pour la jeunesse » et donc dépréciée par la critique italienne. Pourtant, selon Mariella Colin, le texte appartiendrait sans ambiguïté au registre de la littérature de jeunesse : d’une part, parce qu’il met en scène les aventures de deux très jeunes protagonistes ; d’autre part, en raison des multiples références à la culture enfantine italienne.

Figure 2

 

Cet aspect ne sera assumé par l’auteur que dix ans plus tard. En effet, en 1933, le roman est réédité sous le titre Il viaggio incantato (cf. fig. 2), dans la collection « Il romanzo dei ragazzi ». Le texte est allégé par la suppression de plusieurs chapitres et, en même temps, enrichi d’illustrations en couleurs. Bien que l’invention langagière soit fortement présente dans Sua Altezza! Favola candida, elle diffère sensiblement des jeux de mots et calembours que l’on trouve dans les textes de Lewis Carroll. Tandis que l’auteur anglais développe une poétique du non-sense, notamment en jouant sur les rapprochements phonétiques et les ambiguïtés syntaxiques, Annie Vivanti cherche davantage la dimension ludique dans l’écart entre sens propre et sens figuré. De cette manière, elle met en évidence l’hypocrisie et les mondanités dont font preuve les adultes au sein de la fiction. Pour illustrer ce mécanisme, Mariella Colin a rappelé la scène du déjeuner, au premier chapitre : les deux jeunes protagonistes, Bobby, sept ans, et sa sœur aînée Tina, déjeunent en compagnie de leur mère, de sa jeune sœur la tante Céleste, de l’oncle Camillo et d’un ami de ce dernier, le Comte Balestrieri. Alors que la tante Céleste dit vouloir passer les vacances à Alassio, sur le bord de mer, Bobby demande s’il s’agit de la ville où les maris se tiennent dans l’eau (« È lì, vero? che si tengono nell’acqua i mariti? », p. 14). Le jeu porte sur l’expression italienne familière « pescare marito » – littéralement « pêcher un mari » (3).

Contrairement au récit de Massimo Bontempelli, celui d’Annie Vivanti a, selon Mariella Colin, toutes les caractéristiques du roman d’initiation. Partis à la recherche de « l’Âme de l’artiste », qu’ils imaginent comme « un petit oiseau chamarré, ou comme un papillon » (4), Tina et Bobby se lient d’amitié avec deux personnages a priori effrayants et laids, un gnou et le Babao, une créature issue du folklore italien, équivalent du croque-mitaine, que les parents d’enfants désobéissants menacent de faire venir. Tandis que le protagoniste de La scacchiera davanti allo specchio ne semble pas avoir appris grand-chose à la fin de son aventure, Bobby et Tina apprennent que l’usage d’un mot peut avoir des conséquences. Ainsi, lorsque Bobby surmonte son dégoût et exprime ses bons sentiments à l’égard du Babao, ce dernier disparaît, puisque la peur qu’il provoque est la seule raison de son existence. À la fin du récit, lorsque les deux enfants revenus à la réalité évoquent leur aventure commune, Tina demande à Bobby de ne plus prononcer le nom du Babao, car ce dernier lui fait peur. Le lecteur assiste alors à la réapparition de la créature dans le monde merveilleux du tableau.

À propos de ces « réappropriations » de Through the Looking-Glass, Mariella Colin a insisté sur la notion de frontière qui, d’après elle, distingue les deux romans italiens. Outre le contenu qui met en scène le passage d’une réalité domestique à un univers imaginaire marqué par le renversement, elle souligne la place marginale qu’occupe chacun de ces deux récits au sein de l’œuvre de Massimo Bontempelli et d’Annie Vivanti : dans les deux cas, il s’agit du seul récit pour la jeunesse écrit par ces auteurs et, dans les deux cas, cet aspect n’est pas pleinement assumé. Les différentes éditions témoignent d’une hésitation, voire d’une oscillation, entre le jeune public et un public adulte. De plus, La scacchiera davanti allo specchio, plus encore que Sua Altezza! Favola candida, serait une œuvre charnière parce qu’elle aurait permis à Massimo Bontempelli de développer ce qu’il appellera en 1926 le realismo magico. Enfin, si Mariella Colin a évoqué l’adhésion d’Annie Vivanti et de Massimo Bontempelli au mouvement interventionniste, puis au fascisme, elle a rappelé plusieurs fois l’absence d’allusions au contexte politique de l’après-guerre ainsi que l’absence de propagande dans leurs écrits pour la jeunesse. Pour cette raison, chacune de ces « réappropriations » de Through the Looking-Glass reste immédiatement lisible, notamment du point de vue éthique, pour le jeune lecteur contemporain.

Pour en savoir plus, le lecteur pourra consulter : Mariella Colin, « Les enfants de Mussolini » Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Caen, Presses universitaires de Caen, 2010 ; Pompeo Vagliani (dir.), Quando Alice incontrò Pinocchio: le edizioni italiane di Alice tra testo e contesto, Torino, Trauben per libreria stampatori, 1998. Pompeo Vagliani est également le directeur de la Fondazione Tancredi di Barolo (Turin, Italie) qui abrite une riche collection d’ouvrages italiens pour la jeunesse et d’objets culturels liés à l’enfance.

Notes:

(1)     Mariella Colin, « Les enfants de Mussolini » Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Caen, Presses universitaires de Caen, 2010, p. 56.

(2)     Cf. Pompeo Vagliani (dir.), Quando Alice incontrò Pinocchio: le edizioni italiane di Alice tra testo e contesto, Torino, Trauben per libreria stampatori, 1998.

(3)     D’autres exemples dans Mariella Colin, « Les enfants de Mussolini » Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Caen, Presses universitaires de Caen, 2010, pp. 59-61.

(4)     Mariella Colin, « Les enfants de Mussolini » Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Caen, Presses universitaires de Caen, 2010, p. 59.

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature comparée et littérature de jeunesse Université Paris 13 Membre de l'équipe de recherche Pléiade (CENEL)

More Posts

Print This Post Print This Post

Tags: , , , , ,

Posted in: Ressources, Comptes rendus, Séminaire de l'Afreloce, Actualités de la recherche, Séminaires

Leave a Reply

La revue de l'association

  • Strenae Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance.

Research blogs