Isabelle Jan, une vie unifiée par l’enfance

Hommage à Isabelle JAN, par Jean Perrot

Isabelle Jan, grande figure de la littérature destinée à la jeunesse – son livre La Littérature enfantine date de 19691 – nous a quittés le 2 février 2012. Nous l’avons bien connue, avec son franc parler, son esprit incisif, sa lucidité, le rire qu’elle lançait sur les choses du monde et la complicité généreuse qu’elle tissait dans les rencontres. Une manière d’être qui correspond sans doute à une certaine philosophie de l’existence. Notre hommage consistera en une présentation de quelques traits significatifs de son activité d’écrivain, d’éditrice et de traductrice.

Née le 13 décembre 1931, fille de Jean Cassou et nièce de Vladimir Jankélévitch, Isabelle Jan abrège le nom de sa mère dont elle ne retient que les trois premières lettres : tant il est vrai qu’avoir pour père un écrivain et poète célèbre, Résistant pendant la guerre, conservateur en du Musée national d’art moderne de 1945 à 1965, et pour oncle un philosophe prestigieux, peut susciter la discrétion. L’enfant n’échappe pas aux contrecoups de l’Histoire: Jean Cassou est emprisonné pour l’affaire du réseau du Musée de l’Homme de décembre 1941 à juillet 1942, puis interné dans le Tarn jusqu’en 1943. L’héritage d’Isabelle Jan, au fort capital littéraire et culturel, est en prise avec les réalités de l’engagement social.

Celui-ci conduit, peut-être par fronde, l’étudiante de Lettres Modernes à la recherche d’un sujet de mémoire universitaire à la bibliothèque de L’Heure joyeuse : là, « éblouie par la fraîcheur d’une littérature ignorée des universitaires, des linguistes, des savants et même des pédagogues », comme elle le confie dans l’introduction d’un article sur Andersen2, elle est bibliothécaire stagiaire et s’initie aux livres pour enfants dans le riche fonds de ce prestigieux centre pionnier fondé en 1924. Elle fait la connaissance de Natha Caputo avec qui elle co-produira dans les années 60 l’émission La Ronde des livres. Elle se forme aussi comme assistante stagiaire du Père Castor et participe aux débuts de La Joie par les Livres. Elle publie une première histoire illustrée, Sous ce parapluie (coll. « 1000 images », ill. Françoise Estachy, La Farandole) en 1956, puis une autre, Dans la forêt chez le même éditeur en 1964 et se lance dans l’adaptation et la traduction de textes destinés aux enfants : deux albums, aux dates que la Bibliothèque nationale laisse incertaines, ouvrent la marche : Les Ballons d’Olivier de Danuta Gellnerowa (adapté du texte polonais, La Farandole, 1964), Les Pokkoulis, sur un thème de Masako Kodaira (Paris, Flammarion, Albums du Père Castor, 1965). Premiers pas d’une aventure éditoriale que d’innombrables lectures et traductions rendront plus assurée.

Les « voyages » de la littérature comparée: « répondre aux besoins profonds de l’enfance »

 La Littérature enfantine est l’acte fondateur qui offre un résumé des recherches entreprises pour mettre au monde la collection « La Bibliothèque internationale » créée en 1968 par Isabelle Jan dans la maison de Fernand Nathan. Acte, à l’époque courageux, visant la reconnaissance d’un domaine relativement ignoré de l’institution académique. Le « voyage » est véritablement international et s’inscrit dans le sillage des travaux du comparatiste Paul Hazard. Comme elle l’écrit alors en quatrième de couverture : « L’histoire comparée de la Littérature enfantine, riche en observations historiques, sociales, morales, etc., nous conduit dans l’Angleterre d’Alice, l’Amérique de Tom Sawyer, la Scandinavie d’Andersen, l’Italie de Pinocchio, l’Allemagne de Grimm, la France de Perrault, de Mme de Ségur, de Jules Verne, de Marcel Aymé… »3 Le propos est original : à la même époque, Marc Soriano se livre, toujours en 1968, aux exégèses des contes de Perrault en s’appuyant sur la psychanalyse, Raoul Dubois pratique une approche sociologique liée à son engagement de communiste (il a participé en tant que tel à la commission de la loi de 1949 sur la presse),  Georges Jean inaugure un long itinéraire de poète et critique avec Les Mots entre eux (Seghers, 1969) et Bernard Épin, plus proche de l’école, s’intéresse au roman comme à l’image et forge la méthode qu’il formulera dans une page de garde de Les livres de vos enfants, parlons-en en affirmant « Le critique discute pour faire discuter4». Pour sa part, Isabelle Jan laisse à son amie Marion Durand l’exploration des albums explicitée avec Gérard Bertrand en 1975 dans L’Image dans le livre pour enfants à l’École des loisirs et prend avant tout en compte les dimensions esthétiques de la création textuelle et de la fiction.

Son point de vue, censé « répondre aux besoins profonds de l’enfance », n’exclut pas une certaine mystique, car il repose sur la confiance accordée à « de bienveillants génies ; ces auteurs qui ont la connaissance des mystères de l’enfance. » Une confiance reposant sur « les thèmes et les mythes » abordés, mais aussi sur l’appréciation des styles et sur la qualité des traductions. Celles-ci seront nombreuses et la Bibliothèque Internationale a permis aux jeunes lecteurs français de découvrir un grand nombre de récits étrangers alors pratiquement inconnus et certains devenus depuis des « classiques contemporains ». Citons Moumine le Troll de Tove Jansson (1968), Tom et le jardin de minuit de Philippa Pearce (1969), Le Secret du verre bleu de Tomiko Inui (1971), Trois garçons en Amazonie d’Antonieta Diaz de Moraes (1973). La directrice de collection traduit elle-même certains récits, comme El Hombrecito vestido de gris y otros cuentos de Fernando Alonso illustré par Ulises Wensell (Le Petit Homme vêtu de gris et autres contes, 1979), ou, depuis la version anglaise, Candy Floss de Rumer Godden (Angélique, 1984). Elle revoit et présente la traduction de Nicolas Nickleby (Union Générale d’éditions, 1980), rédige une postface à la traduction par Cécile Loeb de La Chasse au trésor d’Edith Nesbit (1981).

Isabelle Jan introduit tous ces auteurs avec humour et passion, souvent d’une manière péremptoire, comme lorsqu’elle remarque la fascination exercée sur l’enfant par un « réalisme » romanesque susceptible de satisfaire son « besoin de sécurité affective », « son plaisir infini rien qu’à nommer les choses » et conclut :

« D’où l’énumération, l’accumulation, le catalogue. Dans cet esprit le chef-d’oeuvre le plus pur de la littérature réaliste pour enfants est sans doute, la série Little House de Laura Ingalls Wilder, écrivain spontané et primitif, sorte de Gramma Moses littéraire. Cette fille de pionniers, devenus fermiers, s’est aidée de ses souvenirs d’enfance pour écrire une œuvre naïve et raffinée à la fois, qui est véritablement le roman des choses5 ».

Le sens de la formule bien frappée (que faut-il entendre par la « pureté » d’un chef-d’œuvre ?) et des qualificatifs savoureux, l’emportement de la phrase qui s’efforce de traduire le rapport personnel à l’art et au réel, comme l’ensemble des traits d’une personnalité littéraire, confèrent à toute sa démonstration un style bien particulier. Isabelle Jan n’hésite d’ailleurs pas à exprimer des réserves, comme lorsqu’elle écrit à propos des Aventures d’Alice au pays des merveilles :

« Souvent pour les enfants étrangers, son mystère suscite le malaise, sans intriguer, et son comique paraît simple idiotie. Livre unique et génial, il ne peut être considéré comme universel classique de l’enfance.6»

Dans le monde de Lewis Carroll, en effet, elle considère que « l’aspect extérieur des choses et des gens, au contraire, perd tout caractère de stabilité7 ». Car le réalisme, tout en cultivant l’imaginaire, ne devrait pas aux yeux d’Isabelle Jan perdre de vue les préoccupations existentielles de l’enfance et ses suffrages ici vont à Hans Christian Andersen auquel elle consacrera un livre entier en 19778. Comme elle l’écrit significativement déjà en 1969 :

« Voilà la grande vérité : l’enfance ne se termine jamais. Elle n’est pas une situation marginale qui confine l’être humain dans un univers à part, dont il jouit un moment jusqu’à la rupture marquant son entrée dans la vie. Andersen ne croit pas à cette rupture entre l’état d’enfance et l’état d’adulte ; il refuse le rite d’initiation. Pour lui l’enfance, partout présente, toujours vivante, se développe éternellement dans la continuité de la vie9 ».

Revenant dans un article de La Revue des livres d’enfants de 2005 à ce conteur « imprégné d’une religiosité sentimentale et d’un panthéisme directement inspiré de Rousseau », elle voit en lui un « homme des Lumières, mais avant tout un poète qui ne pense que par images » et dont les personnages « sont l’expression sans cesse renouvelée de la condition humaine, serrée au plus près, dans son étrangeté et sa banalité10 ». Il semble bien qu’elle partage, elle aussi, cette proximité poétique de l’adulte et de l’enfant, baignant quasiment dans une atmosphère à la Wordsworth. N’a-t-elle pas publié en 1975 l’anthologie Poèmes de toujours pour l’enfance et la jeunesse (Les éditions ouvrières) ? Une proximité qui met en jeu avant tout le langage et ses développements, ce qui la conduit à pratiquer plus techniquement un autre « comparatisme » lors de sa participation au le livre de Laurence Lentin Du parler au lire: interaction entre l’adulte et l’enfant réalisé avec Christiane Clesse, Jean Hébrard (Éditions E.S.F., 1977 ; 8ème édition, 1994).

On comprend ainsi qu’elle ait accepté de collaborer avec Jean Gattegno, spécialiste de Lewis Carroll et d’Oscar Wilde. Devenu Directeur du Livre et de la Lecture de 1981 à 1989, celui-ci lui a commandé un Rapport sur l’extension de la lecture publique : hôpitaux, prisons, entreprises publié en 1983. Il devait de son côté préfacer 1988 son livre au titre symbolique, Les Livres pour la jeunesse, un enjeu pour l’avenir (Éditions du Sorbier, 1988). Un livre, visant, comme les contes d’Andersen, à développer « l’enfance dans la continuité de la vie ». Dans le même esprit de promotion de la littérature de jeunesse, Isabelle Jan rédigerait, l’année suivante, la préface des Petits Français illustrés, 1860-1940 de Claude-Anne Parmegiani traitant de l’illustration pour enfants, des modes de représentation, des grands illustrateurs et des formes éditoriales (Éditions du Cercle de la librairie, 1989). Enfin, avec une étude sur Alexandre Dumas, romancier (Les éditions ouvrières, 1973), une autre sur Molière (Nathan, 1986, modifiée en 1993), la création de la collection « Arc-en-ciel » en 1979, « Arc-en-Poche » en 1984, toutes deux chez Nathan (elle publierait Pretty Louise dans le seconde en 1987), prolongeraient inlassablement son travail de diffusion engagée des œuvres. Elle écrirait même La Justice avec Emmanuel Fraisse (Les éditions ouvrières, 1991), tout en se réservant des plages personnelles de création en littérature générale (Ecrits par cœur, Garance, 1982). Le souvenir de la profession de son père aussi, a dû peser sur sa décision de publier une série de livres d’initiation à l’art (Watteau, Vermeer, Renoir, Picasso, Chagall, Hopper) de 1993 à 1995 pour Calmann-Lévy et la Réunion des Musées nationaux…

La « leçon » et l’humour de Dickens : Pickwick, « bébé intact », « l’enfance en soi » ou la mort

C’est très vite par l’appréciation de l’humour des grands maîtres anglo-saxons qu’Isabelle Jan s’est laissée emporter. Charles Dickens est apparu en première ligne dans ce domaine, exerçant très tôt une fascination dont elle donnera plus tard la clef en 2003 dans Divinités du tic: en lisant Charles Dickens11, car, écrit-elle alors dans cet essai éblouissant d’esprit et de finesse :

 « Dickens n’est pas à la recherche de son passé, il ne s’efforce pas d’éveiller, à l’aide de d’associations présentes, sa propre enfance, l’enfance perdue, il est à la recherche de l’enfance en soi, de l’intervalle absurde, incongru, très court ou très long, mais de toute façon scandaleux qui se produit entre la sortie au jour et la vie d’adulte, plus exactement entre l’heure de la naissance et l’interminable entrée en agonie.12 »

« L’enfance en soi », au sommet de l’émotion littéraire, contre « l’interminable agonie » de l’adulte. Comme si l’analyste  offrait dans ces phrases une méditation sur le sens même de sa propre recherche et sur les fondements de sa démarche. Plus précisément pour Isabelle Jan, Dickens, « un immense artiste, maître du langage et annonciateur de frissons inconnus », est d’abord « une impression printanière » ; il apporte « l’ensoleillement » de Monsieur Pickwick, « chef-d’œuvre des chefs-d’œuvre. » où s’estompe l’opposition entre l’adulte et l’enfant. A ses yeux :

 « Pickwick, le héros du premier roman, conserve tout au long du livre sa fraîcheur et son innocence de bébé, sage comme un docteur et naïf comme un saint. M. Samuel Pickwick est le seul enfant à l’état pur, non altéré, non menacé… ».

Dans une remarque révélatrice de l’intérêt qu’elle accorde au prodige comparé à Charlie Chaplin, adepte d’une esthétique du « charabia » et de « la mimique », Isabelle Jan reconnaît la chance du romancier qui atteint d’emblée avec l’humour de ce personnage le sommet de son art: « Rien ne vient entraver la naissance heureuse d’un bébé intact »13… ». Ainsi on ne s’étonne pas d’apprendre que c’est avec Dickens qu’elle a inauguré son travail éditorial en publiant dès 1960 les traductions de Paul Dottin de Monsieur Pickwick (« quelques aventures, choisies par Isabelle Jan », Bourrelier, 1960) et Nouvelles aventures de Monsieur Pickwick (d’après « the Posthumous papers of the Pickwick club », Bourrelier, 1961). Elle découvre dans ces pages, où le grotesque le dispute au sentimental, des êtres haut en couleur et à la langue savoureuse révélant l’énergie exceptionnelle de la création et un sens aigu de la vie concrète et de ses contradictions. Chez Dickens que Henry James, autre adepte de l’enfance victorienne, qualifiait de « plus grand des romanciers superficiels » (« the greatest of superficial novelists14 »), apparaissent, pathétiques comme chez Andersen, les drames de l’enfance et l’engagement d’un romancier qui en souligne les souffrances : l’écrivain plaide pour « les enfants-victimes », dénonce le sort « de Jo, le petit chiffonnier de La Maison d’Âpre-Vent qui, sans trêve et par tous les temps, balaie les dalles mortuaires »15 d’un cimetière.

Un tel engagement est remarqué dans La Littérature enfantine qui présente aussi les grandes lignes de l’histoire de l’écriture destinée à la jeunesse et précise: « Le premier grand et véritable héros-enfant est sans doute Olivier Twist. Et il apparaît dans le roman avec la soudaineté de la vie elle-même16 ». Mais Isabelle Jan, examinant dans l’essai de 2003 la fragilité qui caractérise la naissance de David Copperfield, « jeune mortel », « enfant posthume17 », est amenée à conclure dans sa dernière phrase: « C’est l’œuvre toute entière qui proclame la convergence absolue du naître et du mourir », car « l‘essentiel » d’une destinée pour Charles Dickens c’est bien « l’enchevêtrement de la naissance et de la mort18 ». Cette caractéristique paradoxale renvoie à « l’impossibilité de jamais naître un jour, la bienheureuse éventualité de demeurer en suspens hors la vie, jusqu’à la fin des temps19 ». Constat lucide ou désespéré20 ? Au terme de son parcours, Isabelle Jan aurait-elle éprouvé la nostalgie de d’éternité, après l’emballement et le « printemps » des années 60 ? Ou bien a-t-elle tenu à réaffirmer une dernière fois en 2003 son indéfectible détermination dans sa défense et illustration d’un destin partagé avec cet Autre mystérieux qu’est l’enfance ?

Dans le recueillement ultime d’une intimité dernière ne nous sont plus parvenues enfin que quelques fusées poétiques de Bastringue (Tarabuste, 2010) ou, contre la nuit de l’absence et pour la lumière des rencontres et des amitiés, ces vers de 2005 de Résidu diurne :

« Tu ne m’as jamais fait confiance dit la nuit

ni toi ni personne

on ne me fait confiance

il vous faut toujours un bout de jour

juste un bout presque rien

à peine une lumignote

un clignement

ça vous rassure… ».

 

  1. Il a été traduit en italien sous le titre Genitori, ragazzi e libri : origini e sviluppi della letteratura per l’infanzia, Roma, Armando, 1970 ; en anglais en 1973 sous le titre On Children’s Literature, Preface by Catherine Storr, London, Allen Lane, 1973 ; New York, Schocken Books [1974, c1973]. []
  2. Isabelle Jan , « Andersen, écrivain de toujours ? », La Revue des livres pour enfants, N°226, Décembre 2005, p. 75. []
  3. La Littérature enfantine, op. cit., Quatrième de couverture. Le titre du livre est en gras dans cette phrase. []
  4. Editions Messidor/La Farandole, 1985. Ouvrage précédé, chez Seghers de Découvrir la littérature d’aujourd’hui pour les jeunes, anthologie, 1976. []
  5. La Littérature enfantine, op. cit., p. 113. []
  6. Ibid.p .p. 63. []
  7. Ibid., p . 62. []
  8. Andersen et ses contes, Paris, Aubier Montaigne, 1977. []
  9. La littérature enfantine, op.cit., p. 52. []
  10. Isabelle Jan « Andersen, écrivain de toujours ? », Numéro spécial Hans Christian Andersen, La Revue des Livres pour enfants, N° 226, Décembre 2005, p. 82. []
  11. Divinités du tic : en lisant Charles Dickens: essai (Éditions du Rocher, 2003).  []
  12. Ibid., p. 36. []
  13. Ibid. Pour ces citations, voir les pages 45-47. []
  14. Ibid., p.58. La formule est tirée de l’article De James sur Our Mutual friend paru dans The Nation du 16 novembre 1865. []
  15. Ibid ., p. 93. []
  16. Isabelle Jan, La Littérature enfantine,  coll. « Enfance heureuse », Les éditions ouvrières, 1969, p. 89. []
  17. Divinités du tic… op.cit., p.92. []
  18. Ibid., p.128. []
  19. Ibid., p. 138. []
  20. On consultera utilement l’article de Christophe Annoussamy, « Isabelle Jan, Divinités du tic. En lisant Charles Dickens », Labyrinthe [En ligne], 16 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2008, consulté le 05 février 2012. URL : http://labyrinthe.revues.org/320 []

Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27 février 2017

    […] dans les années 1970 et 1980. La collection Bibliothèque internationale, créée en 1968 par Isabelle Jan, reflète les convictions et les nombreux centres d’intérêt de cette éditrice passionnée. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *