La Guerre dans la BD

Merci à Alain Chiron de nous avoir transmis ce compte rendu de lecture.

Mike Conroy livre là un ouvrage qui est fort utile pour le grand public qui souhaite connaître les bandes dessinées de qualité du monde anglo-saxon ayant  choisi comme décor et principal ressort de leur action les conflits armés. C’est là l’objectif de son auteur et les seules rares BD d’auteurs non anglophones (Tardi et Keiji Nakazawa) qu’il évoque, sont présentes par le fait qu’elles ont connues un certain succès outre-Atlantique.

Une grande partie de cet univers a séduit plusieurs générations de jeunes des années trente à 2010. Sept chapitres permettent de se centrer sur les mises en images des guerre européennes (antiques, médiévales et napoléoniennes), des conflits sur le sol américain, de la première guerre mondiale (œuvres américaines), du second conflit international (œuvres américaines), première et deuxième guerres mondiales (BD britanniques), Corée et Vietnam, conflits contemporains (Malouines, Bosnie, Iraq, Afghanistan, Israël, Irlande). Dans l’avant-propos Mike Conroy propose une synthèse concentrée en quatre pages sur le traitement du thème guerrier dans la BD anglo-saxonne.

L’ouvrage ne se donne pas comme objectif l’exhaustivité, mais il a fait le choix d’une abondante iconographie avec une bonne taille des couvertures et vignettes (ainsi que des références bibliographiques précises). On découvre ou retrouve les grands auteurs de la BD : Franck Miller, Harvey Kurtzman, Art Spiegelman, Archie Goodwin, Jack Kirby, Sam Glanzmann, Garth Ennis, Joe Sacco, Pat Mills, Russ Heath… Si au moins un paragraphe est consacré à chaque titre, certains ouvrages ou revues sont évoqués par une page entière de texte et une d’illustrations. Ainsi en est-il Charley s’en va-t-en guerre de Mills, un livre remarquable qui raconte la Grande Guerre à travers les yeux d’un jeune engagé volontaire anglais qui combat en France. Cette poignante série des années 70 et 80, dont le scénario trouve appui sur une solide documentation, a connu l’édition en français d’une premier tome en octobre 2011 chez Delirium (le second est pour avril 2012). La Mort blanche de Robbie Morrison a bénéficié de la même largesse ; il a connu une traduction en français et ce sont toujours des épisodes authentiques de la Grande Guerre qu’il évoque, mais du côté du front italien. Un chapitre comme celui consacré à la vision de la résistance aux nazis dans les territoires occupés est particulièrement porteur d’informations et il permet de découvrir entre autre Mademoiselle Marie de Bob Kaninger et Jerry Grandenetti.  Cette dernière est la maîtresse du  Sergent Rock de Bob Kaninger et Joe Kubert qui paraît dès les années 50. Parmi les autres pages les plus intéressantes on relève tout ce qui touche à la marine et à l’aviation  à plusieurs époques ainsi que ce qui concerne les interventions récentes dans des pays musulmans. Le titre paru en 2006 (tant en anglais qu’en français) Pride of Baghad, sur un scénario Brian K. Vaughan et des dessins du canadien Niko Henrichon, suggère de vivre la prise de Bagdad à travers les aventures des lions échappés du zoo de la capitale. La Guerre dans la BD présente six vignettes tirées de cette BD animalière et un abondant commentaire sur le contenu ce celle-ci. La Guerre dans la BD se révèle comme un précieux outil pour l’approche d’un secteur important de la bande dessinée anglophone, des pages avec des histoires contemporaines du conflit choisi y côtoient des évocations ultérieures.

Alain Chiron

CONROY, Mike. La Guerre dans la BD. Eyrolles, 2011. 29 euros.   

 


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *