Appel à communications: La représentation de Noël dans la littérature de jeunesse

Danièle Henky (Université de Strasbourg / France)

Robert Hurley (Université Laval / Québec)

Au XXe siècle, en France et au Québec, catholiques et protestants se trouvent confrontés au phénomène inéluctable de la laïcisation occidentale mais aussi aux guerres et aux modifications qu’elles entraînent.

Dans l’Hexagone, le processus de la laïcisation a progressé avec la promulgation des lois Ferry en 1881-1882 et la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905. En revanche, les années 1930-40 apparaissent en France comme en Belgique, dans un contexte politique et social favorable, comme les années fastes de la diffusion des idées chrétiennes. Les valeurs confessionnelles s’y affichent sans complexe et on n’hésite pas à inviter les jeunes à se lancer dans une croisade semblable à celles du Moyen âge pour redonner à la chrétienté ses lettres de noblesse. Cependant, le passage des guerres mais plus encore les questionnements politiques et religieux de l’après-guerre mettront à mal beaucoup de ces convictions qui s’amenuisent dans les années soixante avec l’avènement des « modernités ». Et même au cœur des Eglises, on semble passé de l’esprit missionnaire chrétien d’évangélisation à un humanitarisme laïcisé.

Au Québec, la sécularisation est plus récente. A partir de la deuxième moitié du XXe siècle, là où l’Église a longtemps joué un rôle de protectrice de la langue française et de l’identité nationale, elle est de plus en plus perçue comme un agent d’oppression et de contrôle social. C’est sans doute pourquoi la génération québécoise du baby-boom nourrit un anticléricalisme assez virulent. Sous l’effet de la « Révolution tranquille » des années soixante, les églises se vident et la place de la religion chrétienne s’en trouve à jamais transformée.

Ainsi, dans le monde occidental, les jeunes générations finissent par témoigner une réelle indifférence à l’égard de la religion. La traditionnelle pratique religieuse du dimanche et, avec elle, bon nombre d’usages et d’observances liés au calendrier de l’Eglise en sont sérieusement écornés. Certes, l’on continue à chômer à Pâques, à l’Ascension et à la Toussaint, mais la signification spirituelle de ces solennités chrétiennes s’est progressivement estompée dans la conscience des Occidentaux.

Malgré cette tendance à la laïcisation, une fête, celle de Noël, a su résister à ce rejet du religieux dans la vie contemporaine. La fête de Noël n’est-elle pas, actuellement encore, plus chargée de signification qu’une quelconque manifestation folklorique telle l’antique célébration du solstice hivernal ? N’est-elle pas autre chose que la grande messe annuelle de la consommation ? Le caractère bien vivace de la nativité se confirme notamment dans les productions artistiques qui continuent à la mettre en scène. (cf. bibliographie jointe). À la différence des autres fêtes religieuses, Noël est depuis longtemps sorti de son cadre purement liturgique et clérical. Au-delà du consumérisme que l’on y associe de nos jours, l’attrait que cette fête continue d’exercer sur nos sociétés s’explique en partie peut-être par le message d’espoir et de joie dont elle est porteuse.

Suite à cette réflexion préliminaire, nous invitons les littéraires, théologiens, historiens, sociologues et pédagogues intéressés par le sujet à réfléchir sur la représentation de Noël dans la littérature lue par les jeunes d’aujourd’hui, qu’il s’agisse d’ouvrages classiques comme Le chant de Noël de Dickens, de romans contemporains comme Les Rois mages de Michel Tournier, de contes comme La petite fille aux allumettes d’Andersen ou encore d’ albums illustrés comme Boréal express de Chris van Allsburg.

Les différents articles réunis par nos soins seront publiés dans un ouvrage collectif. Les propositions envisageront, par exemple, la façon dont un auteur met Noël en intrigue ou se demanderont si, dans la représentation de Noël, on rencontre encore des références à Jésus Christ et à sa naissance ou si elle s’est vidée de son sens pour n’être que symbolique ou encore quels sont les personnages actuellement porteurs et/ou représentatifs du message de Noël.  Mais ce ne sont que là que quelques pistes. Il va de soi que chacun abordera la problématique aussi librement qu’il le souhaite.

Ce projet s’insère dans le cadre de notre recherche en littérature de jeunesse et spiritualité. Nous vous prions de faire parvenir vos abstracts (une page maximum) accompagné d’une rapide biobibliographie par courrier électronique conjointement  à Robert Hurley robert.hurley@ftsr.ulaval.ca et à Danièle Henky daniele.henky@wanadoo.fr pour le 31 juillet 2009 dernier délai.

Nous demanderons aux auteurs des propositions retenues, de nous faire parvenir leur texte au plus tard le 30 janvier 2010.

Au plaisir de vous lire…

Robert HURLEY

Danièle HENKY


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Membre de l'équipe d'accueil Pléiade (EA 7338)

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *