Ay Buéno ! ou "Le Petit Livre Bleu" par un bleu de la BD

14 juin 2011
Par

Merci à Alain Chiron de nous avoir confié cette information

En entendant et en lisant la masse des critiques de personnes qui n’avaient pas pu potentiellement lire Le Petit Livre Bleu (vu les dates de disponibilité de l’ouvrage chez la très grande majorité des journalistes et des libraires), on était tenté dans un premier temps de se rappeler l’épisode où Boris Vian recevait des centaines de lettres d’injures d’anciens combattants qui s’étaient persuadés qu’ils étaient visés par J’irai cracher sur vos tombes. Ce n’est pas la premières fois qu’un universitaire (ou assimilé) francophone se penche sur un héros de BD et médiatise ses recherches. Le travail d’André Stoll intitulé Astérix : L’Épopée burlesque de la France publié en 1974 est le pionnier en la matière ; les réflexions avancées sur la parodie des mythes, le système de valeurs et les identités polyvalentes des Gaulois et Romains ne manquaient pas d’intérêt. Les études de Serge Tisseron sur Tintin et son créateur eurent certains côtés extrêmement lumineux et récemment  Jean Tulard proposait une synthèse autour des Pieds Nickelés. Tous ces travaux reçurent un bon accueil auprès des lecteurs assidus de chacune des séries en question.

La différence entre ces trois auteurs et Antoine Buéno est de taille : les premiers ont une culture bédéistique au contraire du dernier. Il semblerait que les lectures en matière de BD se limitent chez Antoine Buéno uniquement aux ouvrages en album de Peyo (et qu’il n’a même pas une connaissance du support d’origine des Schtroumpfs). Ceci a des conséquences énormes car considérant que ce qu’il ne connaît pas n’existe pas, il écrit par exemple « fait unique dans l’histoire de la BD, Thierry Culliford, le fils de Peyo, a poursuivi l’œuvre de son père ». Quand on a un minimum de connaissances de l’univers bédéistique, on sait que le scénario de Rahan est passé de Roger Lécureux à son fils Jean-François. Lorsqu’on traque l’univers communiste dans Les Schtroumpfs, le minimum est de connaître les deux héros principaux du journal Pif (l’autre est le héros éponyme), à capitaux venus de Parti communiste français. Même si Babar est de l’histoire illustrée (ancêtre de la BD), un nombre considérable de Français n’ignore pas que Laurent de Brunhoff a pris la suite de son père Jean pour les aventures de cet éléphant. Pour ne pas charger la barque, nous nous abstiendrons de citer des exemples de ce type pris dans l’univers non francophone. Dire que le physique des Schtroumpfs rappelle celui de Mickey laisse perplexe (Florence Cestac, qui se décarcasse avec ses personnages, appréciera cette comparaison à sa juste valeur), on a une BD anthropomorphique et une BD animalière de l’autre côté ; cela permet toutefois de glisser que les Schtroumfs sont un anti-Mickey. Plutôt que d’aller chercher des résonnances du chapeau des Schtroumpfs dans celui des lutins (Peyo désignant ses héros comme des lutins), A. Buéno nous parle de bonnet phrygien, symbole révolutionnaire ; la culture historique est plaquée où elle n’a pas à être et manque cruellement quand on en a besoin.

L’auteur ne dit pas un mot du journal Spirou des années cinquante, ignorant totalement ce qu’on pouvait s’autoriser de dessiner (ou être permis par la censure des journaux pour enfants) à l’époque. Pages trente-six et trente-sept on peut lire cette interrogation fondamentale : « Mais ont-ils également un anus et des organes génitaux ? (…) La BD ne nous informe pas sur le point de savoir si ces êtres défèquent ou urinent ». L’univers du Petit Spirou, aux gags très ancrés dans l’univers de la sexualité infantile et le dénigrement de certaines réalités du monde adulte, est très contemporain à nous ; une BD avec de telles allusions est totalement impensable pour  les années qui voient la parution des aventures des héros de Peyo dans Spirou. Elle n’aurait pas fait bon ménage avec Les Belles Histoires de l’Oncle Paul, Timour et Jerry Spring. Globalement le journal Spirou, avec en particulier Buck Danny de Charlier, plongeait le jeune lecteur plutôt ouvertement dans l’apologie des valeurs du "monde libre" que dans la dénonciation allusive aux sociétés totalitaires. A. Buéno ne se pose pas le problème de la réception des Schtroumpfs, aucun jeune lecteur de 1958 à aujourd’hui ne voit l’ombre de ce que lui imagine et les adultes relisent généralement les albums de cette série avec leurs yeux d’enfants. Après qu’Antoine Buéno ait vu Staline dans le Grand Schtroumpf, il assimile avec un certain arbitraire le schtroumpf à lunettes avec Trotski. Le fondateur de l’Armée rouge a droit à ce traitement à cause de l’indice des lunettes, de son rôle de donneur de leçons et de la quasi-totale hostilité à son égard qui est attribuée aux autres Schtroumpfs. Les camarades du NPA, de LO et du POI alias le PT apprécieront qu’un chargé de cours à Sciences politiques identifie "Le Vieux" à ces trois caractéristiques. En 1958 Staline est mort mais Peyo ne peut ignorer la dimension du personnage, par contre ce denier n’avait sûrement pas la moindre idée de la personnalité de Trotski d’après la biographie qui est consacrée à l’auteur belge par ailleurs. En fait les références culturelles de Peyo, qui avait fréquenté peu de temps un collège technique, étaient surtout celles du monde de la BD et quand le fils du créateur de la série déclare que le schtroumpf à lunettes renvoie à Agnan du Petit Nicolas, A. Buéno se dispense de nous le faire savoir. On reste confondu devant l’usage de certains qualificatifs qui n’apportent qu’une pincée de vulgarité gratuite comme dans « Ève goûte au fruit défendu et incite Adam à en faire autant (la salope !) ». Quelques pages après, A. Buéno nous montre un Peyo ayant une vision traditionnelle du rôle de la femme ; il est toutefois très vraisemblablement exclu que lui les ait traitées un jour de "salopes" (même pour rire). La dissertation sur la taille des Schtroumpfs en centimètres, évaluée en fonction de la hauteur de trois pommes mises les une sur les autres, est consternante ; elle s’appuie sur le fait que Peyo avait écrit que ses héros étaient hauts comme trois pommes, expression imagée bien connue de tous mais que A. Bueno prend au sens propre. Lily Jean-Javal qui a écrit le roman pour enfants Ma Cousine Trois-Pommes aurait elle aussi savouré si elle était encore de ce monde.

Les deux pages les plus intéressantes de l’ouvrage sont tirées de la bonne biographie réalisée par H. Dayez sur Peyo au sujet de la vision qu’avait le créateur des Schtroumpfs sur la Schtroumpfette. Le passage sur la transposition des conflits entre Wallons et Flamands dans  Schtroumpfs verts et Verts Schtroumpfs est très pertinent mais cette réflexion n’est pas à l’origine celle de l’enseignant de sciences politiques. Le titre de cet album provient du belgicisme "chou vert et vert chou" qui signifie "bonnet blanc et blanc bonnet". Que Gargamel ait un profil qui rappelle les caricatures antisémites, cela est incontestable. Toutefois le physique rapace de ce personnage est là bien plus pour évoquer son désir de s’emparer des Schtroumpfs que pour dénoncer une action néfaste des Juifs. Cette dernière idée ne parle absolument pas au lectorat potentiel ; de plus Peyo votait pour le parti libéral belge qui dans les conflits qu’Israël a connus avec ses voisins a toujours été farouchement du côté de ce dernier. Quant à donner au chat de Gargamel le nom d’Azraël (ange de la mort dans la tradition hébraïque), la connaissance de la culture juive, qu’il implique, incite plutôt à penser que ce choix vient plus d’un philosémitisme que d’un antisémitisme, ce que confirme Ivan Delporte (rédacteur en chef de Spirou et collaborateur de Peyo) ; à l’origine de l’idée, il affirme qu’il s’agit d’un clin d'œil à la judéité de son épouse. Ivan Delporte a d’ailleurs appelé au départ le méchant  Gargamel par référence à Gargantua et Pantagruel (héros de Rabelais) ; A. Buéno ne peut l’ignorer mais cela dérangeant sa démonstration, il nous le masque (alors que son cours sur l’utopie à l’IEP porte sur l’abbaye de Thélème).

Se proclamer "écrivain prospectiviste" sur son site ne dispense pas l’auteur d’une connaissance de l’histoire de la BD et de la presse des jeunes, surtout s’il veut décrire un univers apparu il y a plus de cinquante ans. Le tollé suscité par le contenu de cet ouvrage devrait heureusement nous épargner la publication d’une étude par Antoine Buéno sur d’autres œuvres populaires comme nous le promettait déjà l’auteur. Cet ouvrage trouvera sa place dans les anthologies de la recherche en BD ; il se pourrait même qu’"Ay Buéno !" devienne une expression qui saluerait une étude en bande dessinée (ou sur tout sujet littéraire) où l’auteur partirait de présupposés arbitraires et irait à la pêche d’exemples peu significatifs car coupés du contexte de leur création. Cela pourrait être la plus grande gloire de cet auteur mais peut-être aura-t-il aussi tué en France et outre-Quiévrain le secteur éditorial consacré aux études sur la BD … Quant à l’éditeur Hors Collection, il publie l’excellente bande dessinée Calvin et Hobbes de Bill Waterson, dont le tome dix Tous aux abris ! est sorti récemment ; il s’agit de l’histoire d’un petit garçon râleur à l’imagination débordante.

BUÉNO, Antoine. Le Petit Livre bleu. Éditions Hors Collection. 12,90 euros.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature comparée et littérature de jeunesse Université Paris 13 Membre de l'équipe de recherche Pléiade (CENEL)

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Ressources, Comptes rendus, Actualités de la recherche, Nous signalons..., Actualités de la recherche, Vient de paraître

Laisser un commentaire

La revue de l'association

  • Strenae Recherches sur les livres et objets culturels de l'enfance.