L'aire du jeu

June 10, 2011
By

L’équipe Hicsa (EA 4100, Université Paris 1) organise les 23 et 24 juin un colloque intitulé L’aire du jeu. Des enfants qui jouent : espaces et représentations.

23 et 24 juin 2011, INHA, 
Galerie Colbert
, Salle Perrot, 2ème étage
- 2 rue Vivienne - 75002 Paris –
accès : 6 rue des Petits-Champs

Dans l’histoire de l’art, la figure de l’enfant est traditionnellement couplée à la représentation du jeu. Du Brueghel des Jeux d’enfants aux photographies d’Helen Levitt sur la rue newyorkaise, en passant par le Chardin de L’Enfant au toton et le Vuillard des Jardins publics, l’iconographie de l’enfance et celle du jeu entretiennent des liens si étroits qu’il est difficile d’interroger l’une sans considérer l’autre. On sait, après Johan Huizinga, que le jeu a la propriété de constituer son propre espace : « Le jeu n’est pas la vie “courante” ou “proprement dite”. Il offre un prétexte à s’évader de celle-ci pour entrer dans une sphère provisoire d’activité à tendance propre  », lit-on dans Homo ludens. Maints exemples, dans l’histoire de la peinture, font surgir un espace ludique de l’enfance à l’intérieur de l’espace total de la composition, généralement comme une aire localisée – fonctionnant souvent en contrepoint symbolique et moral de l’univers adulte –, plus rarement comme espace principal du tableau. Alors que la société moderne tendait à impartir une place fixe à l’espace enfantin du jeu (les « aires de jeux »), des artistes, photographes et cinéastes contemporains ont a contrario souligné l’aptitude du jeu enfantin à investir tout type d’espace, intérieur ou extérieur, privé ou public, avec une faculté d’adaptation et un capacité spectaculaire à « fictionner » les lieux. L’aire du jeu déborde toujours les aires de jeux, même lorsque la première compose avec les secondes. Est-il besoin de souligner que le jeu des enfants entre, à cet égard, en résonance avec les oeuvres d’art actuelles qui appréhendent la ville entière comme un terrain d’aventure ? Réunissant des personnalités d’horizons divers, ce colloque se donne une ambition à la fois rétrospective et contemporaine. Il souhaiterait examiner la place spécifique qu’a occupée le jeu d’enfant dans l’histoire de l’art à travers quelques exemples significatifs. Il voudrait parallèlement définir ce jeu en termes d’espace et mobiliser à cet effet tant la réflexion théorique des historiens et des anthropologues que les créateurs actuels qui se sont spécialement penchés sur la question de l’aire du jeu dans la société contemporaine.

Cécile Boulaire

Cécile Boulaire, maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse. De 2008 à 2011, elle a coordonné une ANR consacrée à la maison Mame, sous l'angle de sa production pour la jeunesse. Le blog 'mameetfils' était le carnet de route de ce programme de recherches. Depuis la fin de ce projet, elle se consacre de nouveau à l'étude de l'album, sous un angle esthétique aussi bien qu'historique. Le carnet 'album '50' en témoigne.

More Posts

Print This Post Print This Post

Tags: ,

Posted in: Actualités de la recherche, Colloques

Leave a Reply

La revue de l'association

  • Strenae Recherches sur les livres et objets culturels de l'enfance.

Research blogs