Filmer la classe…

31 mars 2011
Par

… du pensionnat de fiction au huis-clos documentaire de la classe d’aujourd’hui, un genre entre tradition cinématographique et médiatisation de faits de société

Appel à communications – Journée d’étude proposée par « Textes et Cultures, centre Robinson », EA 4028, Université d’Artois

Vendredi 20 janvier 2012, campus de l’université d’Artois/IUFM site d’Arras
organisée par Christine Prévost,
MCF didactique du français, Université d’Artois
école intégrée de la formation des maîtres (IUFM)

Filmer la classe

Une des lignes de recherche du Centre Robinson porte sur les sociabilités juvéniles. Après un colloque sur Les bandes d’enfants, sous la direction d’Evelyne Thoizet (à paraître dans les Cahiers Robinson n°30, deuxième semestre 2011), cette question est traitée « entre les murs », ceux de la classe, où le cinéma ne cesse de se glisser de manière plus ou moins fantasmatique.
En obtenant une palme d’or à Cannes en 2008, délivrée après un accueil relativement consensuel à la fois des professionnels du cinéma et du grand-public, le film de Laurent Cantet Entre les murs a confirmé, mais aussi infléchi une tendance amorcée avec Être et avoir de Nicolas Philibert (2000), également récompensé à Cannes, et poursuivie depuis avec La journée de la jupe de Lilienfeld (2009), ou La fracture d’Alain Tasma (2010).

Filmer le huis-clos scolaire (Les Disparus de Saint-Agil de Christian-Jaque, 1939, inspiré d’un roman de Pierre Véry à qui l’on doit aussi Les anciens de Saint-Loup, film de Georges Lampin, 1950 ; La Cage aux rossignols de Jean Dréville, 1944, dont s’inspire Barratier pour Les Cchoristes en 2004) est une tradition du cinéma français qui permet de mettre en scène des élèves, garçons surtout, qui se structurent en groupe, clan, bande…..
Face au groupe, l’adulte censé dicter les règles et les faire respecter, a pu être dépeint comme le maître providentiel dont le charisme, ou la modernité des méthodes pédagogiques, (L’école buissonnière de Le Chanois, 1949), ou encore la conception musclée de la discipline, dans le cinéma anglo-saxon notamment, finit par obtenir le respect d’élèves enfin disciplinés, ou simplement séduits : Graine de violence de Richard Brooks, (1955), Les anges aux poings serrés de James Clavell (1967), Esprits rebelles de John N. Smith, (1995), déclinaison au féminin de l’apologie de la manière forte. Le cercle des poètes disparus de Peter Weir, 1989 ; Professeur Holland de Stephen Herek, 1996, complètent la liste de ces enseignants de Lettres, de Musique, de Philosophie, de Théâtre, portés par des acteurs dont la popularité garantit le succès commercial, et clonés dans leurs dérivés télévisuels (tels les sympathiques enseignants de l’école de spectacle de Fame (Alan Parker, 1980) déclinés en personnages récurrents de la série télévisée du même nom, pour ne citer qu’un exemple de circulation, entre cinéma et produits dérivés télévisés, de ces profs exemplaires parce que « sévères mais-justes-et-compétents », qui ont le bon goût de ne pas enseigner les Maths, la Physique, ou autre matière rébarbative ne pouvant être confiée qu’à un enseignant sans imagination répandant la terreur… comme le professeur de potion magique Rogue, dans Harry Potter à l’école des sorciers (Chris Colombus, 2003), pris comme exemple d’une étude en cours menée par l’IUFM de Nice sous la direction de Nicole Biagioli (« Les disciplines magiques dans Harry Potter: un miroir pour une physique mal-aimée », intervention de Jean-Jacques Legendre, équipe I3DL, IUFM Nice, colloque Harry Potter, la crise dans le miroir, 12 et 13 novembre 2008).
La liste était donc déjà longue de ces films, mais aussi téléfilms et feuilletons, prenant un lieu, l’école (le lycée, l’université, l’institut…) et une situation (la relation maître(s)-élèves) pour filmer un type de relations, depuis le conflit poussé au tragique, ou désamorcé par un humour potache dans des comédies sans autre prétention que de distraire, jusqu’à la relation de complicité, la solidarité retrouvée d’une micro-société, et même parfois l’amitié (Merlusse de Pagnol, moyen-métrage de 1935, L’ombre d’un homme d’Anthony Asquith, 1951). Mais avec la médiatisation de ce qui est dorénavant nommé « la violence en milieu scolaire », et son corollaire, « le malaise des profs », le même lieu et les mêmes situations qui ont nourri tant de scénarios de fiction, sont entrés dans les sommaires des magazines d’information, d’abord comme faits divers puis comme faits de société inspirant des courts métrages documentaires à l’origine d’une nouvelle production filmique. Certaines de ces productions, à la manière d’un Raymond Depardon filmant un autre huis-clos où s’affrontent ceux qui font respecter les règles et ceux qui les transgressent (le cabinet du juge d’instruction, le prétoire…), revendiquent de n’enregistrer que la réalité quotidienne de la classe (Le futur de l’imparfait, Sylvie Ditmann, 2002, L’école du respect, Delphine Prunault, 2000), tout en comptant sur un lot de situations suffisamment dramatiques pour se passer d’un scénario.
Le succès d’Entre les murs vient confirmer l’intérêt du grand-public français pour le motif de l’école, et en même temps rompt avec la nostalgie de l’école d’autrefois dont Etre et avoir était encore implicitement porteur (une école rurale et une classe unique), pour poser sur la classe un regard entre fiction et documentaire. Ce « regard-caméra » est aussi la transposition d’un livre, le récit autobiographique de François Bégaudeau, publié dans le flot, abondant ces dernières années, de confessions d’enseignants.
Cet objet filmique qu’est le film de classe nécessite donc d’être interrogé de façon interdisciplinaire, en y conviant les études cinématographiques, bien sûr, mais aussi les sciences de l’éducation, la sociologie, l’histoire….
Quelle évolution, et quels éléments d’interprétation, peut-on repérer en replaçant ces productions dans une perspective historique ? De la violence produite par l’école et dont les élèves fournissaient les victimes (ou contre laquelle ils se construisaient en héros entrés en rébellion, comme dans Zéro de conduite de Jean Vigo, 1933, souvent présenté comme l’ancêtre des films sur/dans la classe), à la violence produite par les élèves contre, ou simplement « à l’intérieur de » l’école, violence qui laisse les adultes désemparés, quelles évolutions des scénarios ? Que nous disent sur notre société ces représentations des relations entre pairs, entre enseignants et élèves ?
Outre les productions anglo-saxonnes et françaises, qui semblent converger (la sélection d’un film français par les professionnels du cinéma américain est un fait rare qui semble indiquer un même intérêt des publics), qu’en est-il de ce thème dans les autres pays ayant une tradition cinématographique ?
Plusieurs de ces films transposant des récits, une comparaison pourrait également être envisagée avec la représentation des groupes d’élèves dans les fictions littéraires en général.
Quant à la réception, elle est aussi sujet d’interrogation : deux récompenses en si peu de temps, faut-il y voir l’expression d’une culpabilité ? La récompense à Cannes pour soulager la conscience collective de ne pas savoir « réparer » l’école ?

Bibliographie en construction:
- François Vallet, L’image de l’enfant au cinéma, cerf, 1991, chapitre « L’école », p.159-162.
- Didier Nourrisson, Paul Jeunet (textes rassemblés par), Cinéma-école : aller-retour, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2001, première partie « Images de l’école au cinéma », p. 15-90.
- Patrick Louguet, « De la cour de récréation à l’agora : La guerre des boutons (par la bande, les enfants au cinéma », Arras, Cahiers Robinson n° 18, Troupes et jeunesse, 2005, p. 161-174.
- Patrick Louguet, « L’enfant fugueur au coeur de l’art du cinéma : les 400 coups de François Truffaut », Arras, Cahiers Robinson n° 24, Critiquer la littérature de jeunesse, 2008, p. 227-234.
- Roland Carrée, « « Ping-pong verbal. Mise en scène et mise en jeu de la langue dans Entre les murs de Laurent Cantet », Cahiers du littoral, vol.1, n°8, Quand le cinéma prend la parole, Shaker Verlag Gmbh, 2011, p. 119-131.
- Pierre Bruno, « De la « critique d’humeur » à l’analyse critique », Le Français Aujourd’hui, N° 171, Enseigner, militer….crises et mutations du métier, Armand Colin, décembre 2010, p. 29-38.

Comité d’organisation :
Patrick Louguet, Eléonore Hamaide-Jager, Pierre-Eric Jel, Francis Marcoin

Date limite de réception des propositions : fin septembre 2011  – envoi par mail d’un résumé de la contribution à  christine.prevost@lille.iufm.fr

Réponse adressée au cours du mois d’octobre


Marie-Pierre Litaudon

Docteur en littératures comparées. Université Rennes 2 Membre du laboratoire CELLAM Chercheur associé à l'Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine (IMEC)

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Annonces diverses, Appels à communications

Laisser un commentaire

La revue de l'association

  • Strenae Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance.

Carnets de recherche