1066

1066, Guillaume le conquérant :
la tapisserie de Bayeux, jalon capital du neuvième art élégamment mis en bandes dessinées
Cette information nous est transmise par Alain Chiron.
La tapisserie de Bayeux, a été confectionnée vers 1075 pour raconter la conquête de l’Angleterre par les Normands dix ans plus tôt ; elle est constituée grâce au lin de neuf panneaux (le dernier est perdu) de cinquante centimètres de large qui couvrent une longueur de plus de soixante mètres. Composée de cinquante-huit séquences expressives délimitées par des arbres ou un détail accompagnées d’un texte narratif elle constitue une étape importante dans l’histoire de la bande dessinée. La Normandie fête en 2011 son onzième centenaire (le chef viking Rollon devient comte de Rouen en 911) et la sortie de cette BD prend place dans l’activité culturelle liée à cette commémoration. L’album 1066, Guillaume le conquérant, dont la lisibilité convient à des jeunes à partir de neuf-dix ans, choisit un dessin et des couleurs qui gardent une partie de la tonalité de la tapisserie, proposant à intervalles irréguliers une quinzaine de photographies de celle-ci pour illustrer un évènement capital dans l’histoire européenne. Le scénario suit scrupuleusement le récit porté par la tapisserie, il débute par l’exposé des conditions dans lesquelles Harold (frère de la reine d’Angleterre) arrive en Normandie, combat les Bretons de Dol à Dinan et comment il est amené à jurer allégeance au futur Guillaume le Conquérant, fils bâtard du roi. Lors de la mort de ce dernier, Harold se proclame pourtant roi et déclenche ainsi le courroux du duc de Normandie qui par sa victoire à Hastings gagne son surnom de conquérant. Cet album propose un interview de la conservatrice du musée de la Tapisserie de Bayeux qui apporte un certain nombre d’informations historiques et techniques.
Ce n’est pas le premier album de bande dessinée à évoquer la tapisserie de Bayeux et Gilles Pivard, alors professeur des écoles détaché au service pédagogique du musée, avait produit pour de jeunes enfants l’an dernier le scénario de La Tapisserie de Bayeux en bande dessinée en demandant à l’illustrateur de garder d’un bout à l’autre le style graphique de la tapisserie. L’usage des bulles entamant même légèrement les dessins, outre un léger sentiment d’anachronisme, vandalise quelque peu l’illustration originelle (il aurait mieux valu supprimer les contours des bulles et pouvoir n’intercaler le texte que dans les espaces blancs existants). D’autre part consacrent une place à cette œuvre Le Serment d’Hastings de la série des Timour, Nordman: les Vikings en Normandie, le premier volume des séries Les Voies du seigneur, Northmen, L’Epte comme Shane. Une vision de la tapisserie de Bayeux est notable dans les trois tomes de la série Les Riches Heures d’Arnault de Bichancourt ; le héros se fond au deuxième volume dans la tapisserie de Bayeux. Trois albums sans liens les uns avec les autres au titre de Guillaume le conquérant ainsi qu’un album présentant l’histoire du Calvados répondent à notre critère. Un titre traduit de l’anglais Gare, v’là les Normands! La vérité vraie sur 1066 présente une vision humoristique de la conquête normande, une enfant y découvre une reproduction où l’épisode de la traversée est ponctué par les acteurs de réflexions où l’humour provient de préoccupations en avance d’un millénaire. Il est à noter que l’exposition consacrée à la série des Tours du Mois-Maury, proposée par Glénat, comprend six panneaux entièrement dévolu à cette tapisserie ; Itinéraires du Mois-Maury l’ouvrage de présentation de cette épopée est parsemé de très nombreuses photographies de l’œuvre du musée et le dessinateur-scénariste P. Hermann explique qu’il a réinvesti dans les premiers tomes qui se déroulent dans les royaumes de France et d’Angleterre les multiples informations qu’il a puisé dans l’observation attentive de l’œuvre . Si la couverture du tome 7 William montre un large extrait de la Tapisserie de Bayeux, c’est parce qu’au début de l’ouvrage le héros Aymar séjourne en Angleterre (un an avant la bataille d’Hastings) venant de Normandie où dans le cadre du tome 6 il a fait connaissance de William descendant direct des Vikings.
Patrick Weber; Emanuele Tenderini. 1066, Guillaume le conquérant. Le Lombard, 2011. 16 euros.
Gilles Pivard ; Arthur Shelton. La Tapisserie de Bayeux en bande dessinée. OREP, 2010. 12 euros. Dossier pédagogique de 10 pages.
Jap de Boer. Guillaume le conquérant. Ouest-France, 2007.
Gabella, Mathieu ; Murzeau, Emmanuel. Northmen. 1, Les yeux d’Odin. Petit à petit, 2006.
Marc Lavelee ; Serge Mogère. Les Riches Heures d’Arnauld de Bichancourt. 3 tomes. ASSOR BD, 2000, 2004 et 2010. 14 euros.
Di Giorgio, Jean-François ; Teng, Paul. Shane. 1, L’impératrice sauvage. Le Lombard, 1998.
Eriamel ; Darvil. L’Epte, des Vikings aux Plantagenêts. 1, Le sang de Rollon pour St Clair coulera. ASSOR BD, 1998
Bardet Daniel, Stalner Eric. Nordman: les Vikings en Normandie. Glénat, 1996.
Gillian Clements. Gare, v’là les Normands! La vérité vraie sur 1066. Ducolot, 1987. Traduction de Jean-Claude Lapp, titre original The Normans are coming.
Michel Conversain. Guillaume le conquérant. Centurion ; Ville de Caen, 1986.
Thierry Ferrand. Guillaume le conquérant 1028-1087. CORLET, 1986.
Sirius. Timour,16 Le Serment d’Hastings. Dupuis,1964. Prépublication en 1962 dans Spirou.
Wisznia, Léon ; Juillard, André. 2000 Ans d’histoire du Calvados. Crédit agricole du Calvados, 1981.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 9 mai 2011

    […] http://magasindesenfants.hypotheses.org/1464 2 textes l’un sur les auteurs de littérature de jeunesse ayant un rapport avec la Normandie […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *