Une histoire de l’Alsace qui rénove la BD historique à caractère didactique

2 janvier 2011
Par

Par Alain Chiron

Les albums de bande dessinée qui ont aidé à mieux connaître l’histoire très originale de l’Alsace sont nombreux, et en 1981 on avait vu paraître chez deux éditeurs concurrents une Histoire de l’Alsace en BD et L’Alsace en bandes dessinées. Si le premier se situait dans la veine de L’Histoire de France en bandes dessinées chez Larousse, le second avec un scénario de Marie-Christine Périllon était conçu pour compter cinq tomes mais il n’y eut jamais de second tome. Une tonalité tragicomique, destinée en priorité  à un jeune public, entoure les cinq tomes d’Une Histoire illustrée de l’Alsace ; il s’agit d’une série parue aux éditions Le Verger autour de 2006.

Le projet de concevoir une histoire de l’Alsace qui se veut dense et prend appui sur les recherches historiques (et non sur différentes mémoires concurrentes et “images d’Epinal”). La scénariste Marie-Thérèse Fischer est titulaire d’une thèse de doctorat sur le Mont Saint-Odile et a su vulgariser ses connaissances en d’autres occasions. Le graphisme a été confié à des illustrateurs d’une très grande expérience et les dessins sont attrayants, ce sont Marcel Uderzo (le frère d’un des deux pères d’Astérix), Francis Keller, Robert Bressy et Christophe Carmona. Douze tomes sont prévus pour Cette histoire qui a fait l’Alsace ; le sixième volume vient de paraître (c’est donc là que nous prenons nos exemples) mais on attend déjà avec impatience le tome 10 intitulé L’Alsace dans le Reich afin de découvrir le tableau contrasté qui devrait être fait de la région à cette époque. Le tome 6, qui traite de la période de 1477 à 1604, et son précédent le 5, où le fil rouge est la dimension des libertés communales de 1270 à 1477 dans une Alsace qui relève du Saint-Empire germanique, auraient une place heureuse dans les CDI des collèges et lycées ; les jeunes en-dessous de douze ans auront par contre des difficultés à lire les ouvrages de cette série. Sans suivre la vie particulière d’un personnage, le livre a choisi de signaler les acteurs majeurs d’un événement, sont présents des protagonistes individuels (l’archiduc Sigismond de Habsbourg, le duc Charles de Lorraine…) mais aussi collectifs comme les paysans et les populations urbaines. Une chronologie en fin d’ouvrage les rappelle en les illustrant par un dessin. Il est très intéressant de comprendre en quoi la réforme agite et singularise les cités alsaciennes. Strasbourg accueille Jean Calvin qui s’y marie mais la ville passe pour un temps au luthéranisme, Mulhouse devient calviniste et se fait une alliée des cantons suisses, Horburg (près de Colmar) qui appartient au duc de Wurtemberg appartient de ce fait à la confession d’Augsbourg, alors que certains villages de l’Alsace bossue en recevant des populations francophones huguenotes en provenance de Metz ou de plus loin, perdent une bonne partie de leur germanité. La Guerre des paysans (conséquence indirecte des conflits religieux) qui agite le sud-ouest des pays germaniques connaît un épisode alsacien très sanglant en 1525. L’iconographie des albums s’appuie sur nombre de documents d’époque ; les bâtiments et objets les plus significatifs sont signalés en fin de volume et le lecteur est invité à aller les découvrir sur place et en particulier dans les musées qui en ont hérité (comme le retable d’Issenheim au musée Unterlinden de Colmar ou les livres de la bibliothèque humaniste de Sélestat).

Le tome 6 s’intitule Dans une Europe en ébullition (1477-1606) ; ce début de la période moderne est extrêmement très riche pour cette région et certains épisodes présents avaient servi dans le passé de support à une trame narrative d’un album ; parmi les plus réussis celui qu’un des dessinateurs de la série qui nous intéresse avait proposé en 1988 La Guerre des Rustauds et une série passionnante Martin Lohrer de Jean-Marc Thiébaut et Francis Keller qui était parue dans les années quatre-vingt-dix. Notons que Jacques Martin, créateur de la série Alix, est né à Strasbourg et  il rend hommage à sa région d’origine tant dans l’album Les voyages de Jhen. 4, Haut-Koenigsbourg (action dans le Moyen-âge finissant) que dans Lefranc. 1, La Grande Menace (ce sont les années cinquante qui sont évoquées). Bien qu’appartenant à l’univers des histoires en images (et non de la BD), il est évident que les albums d’Hansi réédités à la Nuée bleue sont à redécouvrir à cette occasion, l’Histoire de l’Alsace racontée aux petits enfants par l’Oncle Hansi est disponible chez Belin ; deux ouvrages d’étude (ceux de Benoît Bruant et Michel Loetscher) parus récemment éclairent utilement l’ensemble de l’œuvre d’Hansi.

Fischer, Marie-Thérèse. Cette histoire qui a fait l’Alsace, tome 6 Dans une Europe en ébullition (1477-1606). Strasbourg : Editions du Signe, 2010. 12,80 euros.

Fischer, Marie-Thérèse. Cette histoire qui a fait l’Alsace, tome 5 Quand les villes voulaient être libres (1270-1477). Strasbourg : Editions du Signe, 2010. 12,80 euros.


Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature comparée et littérature de jeunesse Université Paris 13 Membre de l'équipe de recherche Pléiade (CENEL)

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualités de la recherche, Nous signalons...

Laisser un commentaire

La revue de l'association

  • Strenae Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance.

Carnets de recherche